• Accueil
  • > Recherche : lettre parrainage

Résultats de votre recherche

Le Maroc, silence médiatique sur une grève de la faim

Posté par onsbouge le 14 mars 2014

Par Comité de soutien et VDB ( section Tanger )

-

Le Maroc, silence médiatique sur une grève de la faim

comite de soutien et VDB ( section Tanger )

-

Dans les geôles de ce pays politiquement super-protégé, des prisonniers politiques en sont à plus de soixante jours de jeûne, avec les arrestations qui continuent sans légitimité ni droit … Où va-t-on ? Est ce que cela  nous mène à comprendre que la lutte est notre seule arme ?

C’est dans un silence médiatique assourdissant que plus d’une vingtaine de détenus politiques marocains observent une grève de la faim. Tarek Hammami et Abdes-semad Haïdour, à la prison de Taza, l’ont entamée depuis plus de soixante jours. Hassan Koukou, Soufiane Sghéri, Mounir Aït Khafou et Hassan Ahmouch, détenus à la prison Toulal 2 de Meknès en sont, eux, à leur cinquantième jour de jeûne. Tous protestent contre les conditions de leur détention et les exactions (tortures, viols sur certains détenus) dont ils sont l’objet. Quasiment aucune ligne n’y a été consacrée dans la presse hexagonale. Pas un mot ni d’images dans les télés et radios. Comme s’il ne fallait surtout ne pas froisser l’image d’un Maroc accueillant pour ces touristes d’un genre particulier – personnalités du monde politique et culturel (Strauss-Kahn, Jack Lang), philosophes comme Bernard-Henri Lévy – qui disposent de «riads» à Marrakech quand ils ne sont pas pris en charge par le palais comme ce fut le cas du couple Sarkozy!

Ahmed Benamar_1Pourtant, l’état de santé de ces détenus, dont certains appartiennent au Mouvement des jeunes du 20février, principal animateur du «printemps marocain», se détériore de jour en jour. Les associations marocaines de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch et Amnesty International ne cessent d’alerter sur la situation des 172 prisonniers politiques, dont certains (des militants sahraouis) sont condamnés à la prison à vie. Une campagne de parrainage dans laquelle s’est impliqué l’écrivain Gilles Perrault a été lancée pour alerter l’opinion. Driss El Yazami, ancien président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), aujourd’hui président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) mis en place par le roi Mohamed VI, destinataire d’une lettre de l’Asdhom (association marocaine de défense des droits de l’homme), observe un silence royal sur cette situation.
Et les dernières nouveautés concernant nos militants et nos camarades Ml , l’assassinat de Ahmed ben Amar militant et camarade Ml .

En substance notre lutte continue malgré eux et nous serions à leur chemin et la victoire est la nôtre et à ce propos, nous tenons la main à tous nos camarades détenus et en grève de la faim qui a recommencé il y a 3 semaine et nous rappelons que l’état de nos camarades est en danger, les photos ne sont pas disponibles par manque de communication avec nos braves détenus et militants ML .

Ahmed ben Amar

Comité de soutien et VDB ( section Tanger )

________________

Manif pour rendre hommage à notre martyr Ahmed Benamar

comite de soutien et VDB ( section Tanger )_1  comite de soutien et VDB ( section Tanger )_2  comite de soutien et VDB ( section Tanger )_3

Voir également
Marrakech : Ahmed Benamar… assassinat politique !?

Publié dans - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - LUTTES, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Parrains français pour les prisonniers palestiniens

Posté par onsbouge le 12 juillet 2013

Parrains français pour les prisonniers palestiniens

Le monde n’est pas seulement fait de malfaisants, d’assassins, d’ignares et de vautours. Il y a aussi des femmes et des hommes courageux, généreux et plus qu’on ne croit. Il y a surtout du côté du mouvement progressiste une règle d’or : la solidarité.

France-Palestine mène un combat sans relâche pour la paix, la libération des prisonniers palestiniens, la reconnaissance de leur patrie.

L’association a mis en place un réseau de parrainages de prisonniers. Régulièrement, le parrain français adresse à « un » prisonnier une lettre, une carte postale en évitant toute référence au conflit, une condition fixée par la censure israélienne. Mesure-t-on bien l’impact de ce courrier ?

Un prisonnier palestinien a fait parvenir un message. Le voici :

« Ici, des prisonniers reçoivent les lettres de correspondants français. J’aimerais que vous puissiez les voir quand ils reçoivent le courrier ! Ils savent à ce moment que quelqu’un est solidaire avec eux et avec leur cause. Ils savent que quelqu’un les soutient dans leur lutte. Ceci est vital surtout quand nous ne sommes pas toujours soutenu par notre propre peuple. En toute honnêteté, je connais beaucoup de ces prisonniers qui ne reçoivent pas de courrier de leurs frères ou sœurs alors que des inconnus font preuve de solidarité. Cette campagne est très importante pour nous et nous donne beaucoup d’espoir. C’est une preuve que nous ne sommes pas oubliés en prison. Le seul problème est que le correspondant ne met toujours pas son adresse afin que l’on puisse répondre. Nous sommes très touchés par cette solidarité »

Un petit geste, une lettre, une carte postale. Au bout de la chaîne, des femmes et des hommes privés de liberté pour une seule raison : l’amour de leur patrie et de la liberté.

Et si vous deveniez, vous aussi, un parrain ?

Parrainer un(e) prisonnier(e) politique palestinien(ne)s voir sur :

http://www.france-palestine.org/Parrainer-un-e-prisonnier-e

Publié dans - FRANCE - DOM-TOM, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Sans papiers – Francis Mumbudi, le parrainé-rejeté de Manuel Valls

Posté par onsbouge le 1 janvier 2013

DANS LA PRESSE

ARRÊT SUR IMAGES

enquête le 27/12/2012 par Sébastien Rochat

Francis Mumbudi, le parrainé-rejeté de Manuel Valls

En 2010, l’actuel ministre de l’Intérieur écrivait à Hortefeux pour sa régularisation

Contenu reconnu d’Utilité Publique Ce contenu a été voté « d’utilité publique » par nos abonnés, ou sélectionné par la rédaction pour être gratuit. Il est temporairement accessible à tous, abonnés et non abonnés

Ce contenu est accessible gratuitement pendant 24 heures. Partagez-le !

« Bonjour, vous allez bien ? » Lorsque Manuel Valls croise Francis Mumbudi le 2 décembre dernier sous l’œil des caméras, le ministre de l’Intérieur connaît déjà la réponse à sa question. Non, Mumbudi ne va pas bien. Et pour cause : dans l’opposition, Valls a toujours soutenu ce sans-papiers de vingt-huit ans, père de famille, pour qu’il soit régularisé. De l’organisation du parrainage de ses enfants à l’envoi d’une lettre manuscrite à Brice Hortefeux alors ministre de l’Intérieur, le maire d’Évry a tout fait pour la régularisation de Mumbudi. Seulement, depuis que Monsieur le maire est devenu Monsieur le ministre, tout a changé. Il n’est plus question de le régulariser.

Lire la suite… »

Publié dans - LIBERTES, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots