• Accueil
  • > Recherche : lettre parrainage

Résultats de votre recherche

Non à la la participation du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (Lyon) à la Saison France Israël

Posté par onsbouge le 15 septembre 2018

black-313636_640-2


CAPJPO – EuroPalestine

Le Collectif 69 pour la Palestine vient d’adresser une lettre à Yuval Pick, Directeur du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape, pour lui demander de ne pas cautionner la saison croisée France Israël 2018″

Non à la la participation du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (Lyon) à la Saison France Israël dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME

Monsieur le Directeur,

Vous avez programmé, la pièce « Flowers crack concrete » partie du projet Passerelles dans le cadre de l’Année Croisée France Israël 2018 (ce week-end du 15 et 16 septembre).

Nous vous demandons de renoncer à ce label qui ne peut que ternir votre travail que vous dédiez au rapprochement des jeunes de nationalités, de religions, de cultures diverses.

Comme de très nombreuses personnes nous sommes opposés à la saison croisée France/Israël 2018 et avons demandé au Président de la République son annulation.

En effet :

Cette saison, permet à Israël, de se faire passer pour un pays attractif, respectueux des droits humains et ouvert à la diversité culturelle. De ce fait ces manifestations aident à « blanchir » l’image d’un État qui :

  • Exécute ou blesse en toute impunité à GAZA, abattant de sang froid des citoyens, citoyennes désarmés. Des milliers de blessés sont à déplorer dont beaucoup de personnes qui doivent être amputés…et qui ne danseront plus !
  • Dépossède le peuple palestinien de sa terre depuis 70 ans, bafouant systématiquement les résolutions de l’ONU et le droit international.
  • Poursuit sans freins, les crimes de guerre et contre l’humanité, l’occupation, le blocus de Gaza, la colonisation et la politique d’apartheid.
  • A détruit totalement le 9 août un centre culturel (centre Said Al-Mishal) à Gaza.
  • Officialise ce mois-ci, dans la loi de l’Etat-Nation Israël comme un Etat des seuls Juifs. Le chef d’orchestre Daniel Barenboim a même déclaré qu’il avait honte d’être israélien.

Israël, Etat colonial et raciste, utilise la culture pour améliorer son image Comme l’a dit Reuven Rivlin, président de l’État d’Israël, « les institutions culturelles forment une vitrine dans laquelle Israël présente d’elle-même une image démocratique, libérale et critique ». Pour cette raison, il est une obligation morale pour toute personne de conscience de refuser la normalisation des relations avec l’État d’Israël.

Des artistes s’engagent Nous saluons l’appel des artistes qui dénoncent une opération où la Culture sert de « vitrine » à l’État d’Israël et à sa politique chaque jour plus dure envers les Palestiniens. 80 personnalités issues du monde des arts, ont affirmé leur refus de participer à la « Saison France-Israël ». Parmi eux-elles : Alain Damasio, Annie Ernaux, Tardi, Nathalie Quintane ou Jean-Luc Godard ainsi que Maguy Marin, chorégraphe hors pair, de la région lyonnaise. (Maguy Marin est l’ancienne directrice et créatrice du centre chorégraphique national de Rillieux-la-pape que vous dirigez aujourd’hui.)

Israël doit faire l’objet de sanctions tant que cet État ne respecte pas le droit international. Souvenons nous, qu’en 2011, la France annulait de nombreuses manifestations de la saison France-Mexique suite à la condamnation, par la justice mexicaine de la française Florence Cassez. Les crimes israéliens, sans commune mesure avec cette affaire, devraient commander une annulation pure et simple des manifestations de la saison France Israël.

Monsieur le Directeur Yuval Pick, ne masquez pas les crimes israéliens sous le voile de la saison Croisée France Israël 2018. Renoncez à ce parrainage déshonorant !

Le Conseil d’Administration du Collectif 69 de soutien au Peuple Palestinien, Le 29 août 2018

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article14643
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=146164

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROITS, - EVENEMENT - CINEMA - ANIMATION - THEATRE - SPECTACLE, - FRANCE - DOM-TOM, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SOLIDARITE - PETITION | Commentaires fermés

Simone, veille! – par Georges Gastaud

Posté par onsbouge le 2 juillet 2018

black-313636_640-2

PRCF Initiative Communiste

 

Simone, veille! – par Georges Gastaud

 

Jeune architecte à une époque où fort peu de femmes l’étaient, femme libre d’une rare droiture de tenue et d’esprit, Simone Nicolo-Vachon entra dans la Résistance aux côtés de son ami Libertaire Rutigliano, mort à l’ennemi, dont par la suite elle ne cessa de défendre la mémoire niée.

Ardente militante du PCF, puis de la Renaissance , elle anima cent luttes politiques et idéologiques dans la Région de Nantes, sortant avec ses camarades prolétaires des centaines de numéros du « Citoyen d’Orvault ».

Engagée avec son mari André Pipard dans la « défense du droit à mourir dans la dignité », elle mit ses actes en accord avec ses idées quand, très âgée, elle apprit qu’elle était atteinte d’une maladie incurable, mortelle et très invalidante.

Refusant les dérives déshonorantes du PCF mutant, elle avait participé à la fondation du Pôle de Renaissance Communiste en France et était devenue membre de son comité de parrainage aux côtés de Georges Hage, doyen de l’Assemblée nationale et figure de proue du syndicalisme enseignant, de Nelly Dubois, ancien agent de liaison FTP en zone Sud, de Léon Landini, l’ancien officier FTP-MOI de Carmagnole-Liberté, de Pierre Pranchère, ancien député et maquisard corrézien, d’Henri Alleg, l’immortel auteur anticolonialiste de « La question », de Jeanne Colette, officier de la Légion d’honneur à titre militaire pour ses faits de Résistance en zone interdite, et de vingt autres figures du mouvement ouvrier et patriotique. Pardon de ne pouvoir les citer tous.

Cette Bretonne n’avait rien pour plaire aux bourgeois bohèmes : rouge de France et « bleue de Bretagne », elle défendait la République une, laïque, sociale et indivisible et son amour de la culture bretonne ne l’empêchait nullement de défendre la langue française, de fustiger le tout-anglais et de polémiquer durement avec l’euro-séparatisme breton dans les colonnes d’Ouest-France.

Sa connaissance des philosophes rationalistes ne l’empêchait nullement de lire avec passion Alexandra David-Neel – une autre figure méconnue de l’émancipation féminine – et de s’intéresser de près à la culture bouddhiste, qu’elle distinguait de la religion officielle et dont elle pointait de surprenants aspects pré-dialectiques.

Pas plus que Maria Delvaux, grande Résistante lensoise, agent de liaison pendant la guerre entre l’Internationale communiste basée à Bruxelles et le PCF clandestin du Nord, trésorière infatigable de la section de Lens, passionnément engagée aux côtés de la corporation minière, puis militante de la Coordination communiste du PCF, et qui n’a même pas un nom de rue à Lens, pas plus que la très modeste militante chti Julie Dewintre qui, comme Maria, prit mille risques sous l’Occupation pour notre liberté, notre Simone n’a la moindre chance d’avoir les honneurs de la grande presse. Encore moins d’entrer jamais dans ce Panthéon où les femmes sont si rares et où les communistes, hommes ou femmes, sont totalement frappés d’exclusion. Pour ne parler que d’elles, évoquons Martha Desrumeaux, la grande dirigeante communiste qui fut une figure centrale de la Grève patriotique des mineurs du Nord en mai-juin 41, Marie-Claude Vaillant-Couturier, déportée-résistante qui foudroya les nazis à Nuremberg ou Elsa Triolet, l’éminente romancière franco-russe qui fit le choix de notre langue et qui, clandestinement, anima avec Louis Aragon et Claude Morgan la bataille pour « Les Lettres françaises » en risquant cent fois sa vie.

Que voulez-vous, ces femmes communistes n’étaient pas ultralibérales, européistes, atlantistes, acharnées à détruire les acquis sociaux ; en un mot, elles ne servaient pas la classe capitaliste, ennemie de la nation, elles la combattaient, et cela ne se pardonne pas, y compris post mortem. Modestement, nos rouges camarades faisaient leur devoir de militantes, de patriotes et de citoyennes en défendant leur classe, celle des travailleurs, leur pays, celui de Jeanne d’Arc, de Louise Labé, de Louise Michel, de Flora Tristan et de Jeanne Labourbe ; sans les opposer, elles défendaient et promouvaient PAR LEUR VIE, leur sexe si longtemps rabaissé, et toute l’humanité, qu’elles invitaient par l’exemple à devenir enfin digne de s’écrire avec une majuscule, comme y invitait Jaurès.

Notre Simone et ses camarades n’entreront donc pas au Panthéon de MM. Sarkozy, l’homme qui a explosé la Libye, Hollande, qui a défait, sinon la finance, du moins le Code du travail, et d’Emmanuel Macron, qui se flatte d’instituer la « souveraineté européenne », ce cache-sexe de la nouvelle Europe berlinoise.

Dans cet étrange panthéon cher à la bourgeoisie, il n’y a pas place non plus pour l’incorruptible fondateur de la République française, Maximilien Robespierre, que la bourgeoisie thermidorienne a privé successivement de procès et de sépulture. Du Panthéon initialement républicain et Sans Culottes, la même bourgeoisie thermidorienne, amatrice de « pactes girondins », a même retiré le corps de Marat, qui fut le « premier de Corday », la meurtrière préférée de tous les réactionnaires : le corps de Marat, chef de file des Sans Culottes fut alors, dit-on, « jeté à l’égout ». Mais il y a de ces exclusions qui valent tous les hommages…

Alors Simone amie, pour pasticher Brassens, laisse-moi pour finir te dire ceci en pastichant un refrain de Brassens :

« Dans nos cœurs, chère amie de l’émancipation, / Il fait ma foi / Beaucoup moins froid / Qu’au Panthéon ».

 

Georges Gastaud,

fils de feu le Résistant Raymond Gastaud, décoré par la France, les Etats-Unis et la Pologne populaire, et dont toujours rien ne rappelle le nom sur les murs de sa ville natale.


Publié par PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/simone-veille-par-georges-gastaud/?ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=141689

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - FEMMES, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Le Maroc, silence médiatique sur une grève de la faim

Posté par onsbouge le 14 mars 2014

Par Comité de soutien et VDB ( section Tanger )

-

Le Maroc, silence médiatique sur une grève de la faim

comite de soutien et VDB ( section Tanger )

-

Dans les geôles de ce pays politiquement super-protégé, des prisonniers politiques en sont à plus de soixante jours de jeûne, avec les arrestations qui continuent sans légitimité ni droit … Où va-t-on ? Est ce que cela  nous mène à comprendre que la lutte est notre seule arme ?

C’est dans un silence médiatique assourdissant que plus d’une vingtaine de détenus politiques marocains observent une grève de la faim. Tarek Hammami et Abdes-semad Haïdour, à la prison de Taza, l’ont entamée depuis plus de soixante jours. Hassan Koukou, Soufiane Sghéri, Mounir Aït Khafou et Hassan Ahmouch, détenus à la prison Toulal 2 de Meknès en sont, eux, à leur cinquantième jour de jeûne. Tous protestent contre les conditions de leur détention et les exactions (tortures, viols sur certains détenus) dont ils sont l’objet. Quasiment aucune ligne n’y a été consacrée dans la presse hexagonale. Pas un mot ni d’images dans les télés et radios. Comme s’il ne fallait surtout ne pas froisser l’image d’un Maroc accueillant pour ces touristes d’un genre particulier – personnalités du monde politique et culturel (Strauss-Kahn, Jack Lang), philosophes comme Bernard-Henri Lévy – qui disposent de «riads» à Marrakech quand ils ne sont pas pris en charge par le palais comme ce fut le cas du couple Sarkozy!

Ahmed Benamar_1Pourtant, l’état de santé de ces détenus, dont certains appartiennent au Mouvement des jeunes du 20février, principal animateur du «printemps marocain», se détériore de jour en jour. Les associations marocaines de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch et Amnesty International ne cessent d’alerter sur la situation des 172 prisonniers politiques, dont certains (des militants sahraouis) sont condamnés à la prison à vie. Une campagne de parrainage dans laquelle s’est impliqué l’écrivain Gilles Perrault a été lancée pour alerter l’opinion. Driss El Yazami, ancien président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), aujourd’hui président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) mis en place par le roi Mohamed VI, destinataire d’une lettre de l’Asdhom (association marocaine de défense des droits de l’homme), observe un silence royal sur cette situation.
Et les dernières nouveautés concernant nos militants et nos camarades Ml , l’assassinat de Ahmed ben Amar militant et camarade Ml .

En substance notre lutte continue malgré eux et nous serions à leur chemin et la victoire est la nôtre et à ce propos, nous tenons la main à tous nos camarades détenus et en grève de la faim qui a recommencé il y a 3 semaine et nous rappelons que l’état de nos camarades est en danger, les photos ne sont pas disponibles par manque de communication avec nos braves détenus et militants ML .

Ahmed ben Amar

Comité de soutien et VDB ( section Tanger )

________________

Manif pour rendre hommage à notre martyr Ahmed Benamar

comite de soutien et VDB ( section Tanger )_1  comite de soutien et VDB ( section Tanger )_2  comite de soutien et VDB ( section Tanger )_3

Voir également
Marrakech : Ahmed Benamar… assassinat politique !?

Publié dans - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - LUTTES, - MEDIAS, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Parrains français pour les prisonniers palestiniens

Posté par onsbouge le 12 juillet 2013

Parrains français pour les prisonniers palestiniens

Le monde n’est pas seulement fait de malfaisants, d’assassins, d’ignares et de vautours. Il y a aussi des femmes et des hommes courageux, généreux et plus qu’on ne croit. Il y a surtout du côté du mouvement progressiste une règle d’or : la solidarité.

France-Palestine mène un combat sans relâche pour la paix, la libération des prisonniers palestiniens, la reconnaissance de leur patrie.

L’association a mis en place un réseau de parrainages de prisonniers. Régulièrement, le parrain français adresse à « un » prisonnier une lettre, une carte postale en évitant toute référence au conflit, une condition fixée par la censure israélienne. Mesure-t-on bien l’impact de ce courrier ?

Un prisonnier palestinien a fait parvenir un message. Le voici :

« Ici, des prisonniers reçoivent les lettres de correspondants français. J’aimerais que vous puissiez les voir quand ils reçoivent le courrier ! Ils savent à ce moment que quelqu’un est solidaire avec eux et avec leur cause. Ils savent que quelqu’un les soutient dans leur lutte. Ceci est vital surtout quand nous ne sommes pas toujours soutenu par notre propre peuple. En toute honnêteté, je connais beaucoup de ces prisonniers qui ne reçoivent pas de courrier de leurs frères ou sœurs alors que des inconnus font preuve de solidarité. Cette campagne est très importante pour nous et nous donne beaucoup d’espoir. C’est une preuve que nous ne sommes pas oubliés en prison. Le seul problème est que le correspondant ne met toujours pas son adresse afin que l’on puisse répondre. Nous sommes très touchés par cette solidarité »

Un petit geste, une lettre, une carte postale. Au bout de la chaîne, des femmes et des hommes privés de liberté pour une seule raison : l’amour de leur patrie et de la liberté.

Et si vous deveniez, vous aussi, un parrain ?

Parrainer un(e) prisonnier(e) politique palestinien(ne)s voir sur :

http://www.france-palestine.org/Parrainer-un-e-prisonnier-e

Publié dans - FRANCE - DOM-TOM, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Sans papiers – Francis Mumbudi, le parrainé-rejeté de Manuel Valls

Posté par onsbouge le 1 janvier 2013

DANS LA PRESSE

ARRÊT SUR IMAGES

enquête le 27/12/2012 par Sébastien Rochat

Francis Mumbudi, le parrainé-rejeté de Manuel Valls

En 2010, l’actuel ministre de l’Intérieur écrivait à Hortefeux pour sa régularisation

Contenu reconnu d’Utilité Publique Ce contenu a été voté « d’utilité publique » par nos abonnés, ou sélectionné par la rédaction pour être gratuit. Il est temporairement accessible à tous, abonnés et non abonnés

Ce contenu est accessible gratuitement pendant 24 heures. Partagez-le !

« Bonjour, vous allez bien ? » Lorsque Manuel Valls croise Francis Mumbudi le 2 décembre dernier sous l’œil des caméras, le ministre de l’Intérieur connaît déjà la réponse à sa question. Non, Mumbudi ne va pas bien. Et pour cause : dans l’opposition, Valls a toujours soutenu ce sans-papiers de vingt-huit ans, père de famille, pour qu’il soit régularisé. De l’organisation du parrainage de ses enfants à l’envoi d’une lettre manuscrite à Brice Hortefeux alors ministre de l’Intérieur, le maire d’Évry a tout fait pour la régularisation de Mumbudi. Seulement, depuis que Monsieur le maire est devenu Monsieur le ministre, tout a changé. Il n’est plus question de le régulariser.

Lire la suite… »

Publié dans - LIBERTES, - MEDIAS, - POLITIQUE | Pas de Commentaires »

 

la bricole |
mesventes13 |
Découverte de la Chine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lumière divine
| faire & savoir
| unelarmemillesourires