Une “guerre de la communication d’anéantissement”

Posté par onsbouge le 15 août 2014

SANS LANGUE DE BOIS

 

Une “guerre de la communication d’anéantissement”

Une “guerre de la communication d’anéantissement” dans - ECLAIRAGE - REFLEXION zWRuumlImVAIc82RAFYFuYwtFoc

*

CategoriesIls ne se battent pas contre la Russie, ils se battent contre la vérité, – ce que nous nommons “vérité de la situation” pour introduire un élément de relativité que nous jugeons nécessaire, mais qui devient, dans les exemples détaillés ci-dessous, vérité pure et simple.

Il n’y a alors nul besoin d’être prorusse en l’occurrence, même si l’on peut l’être, car le seul spectacle des forces-Système, – ici le POTUS-Obama et les journalistes US à Moscou, – suffit à se faire une religion sur l’étrangeté et l’exceptionnalité de la situation. L’exceptionnalisme se niche partout…

Lire la suite

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL | Commentaires fermés

Fièvre de guerre…

Posté par onsbouge le 15 août 2014

SANS LANGUE DE BOIS

 

Fièvre de guerre…

Ukraine

*

CategoriesA la fin de la semaine dernière, un article a fait grand bruit en Allemagne. Il s’agit de «The West Is On The Wrong Path», de Gabor Steingart, directeur de la rédaction du prestigieux quotidien financier allemand Handelsblatt. (Voir le 8 août 2014. L’article est repris également sur Information ClearingHouse, le 8 août 2014, avec une présentation de Paul Craig Roberts venue de son propre site, également le 8 août 2014.)

Lire la suite

Publié dans - INTERNATIONAL | Commentaires fermés

Mustapha MEZIANI, étudiant marocain marxiste-léniniste, détenu à Fès, est mort le 13-8-2014

Posté par onsbouge le 15 août 2014

SANS LANGUE DE BOIS

 

Mustapha MEZIANI, étudiant marocain marxiste-léniniste,

détenu à Fès, est mort le 13-8-2014

Meziani-Maroc-Grève-faim-mort

*

CategoriesNous avons appris avec tristesse, ce 13 août 2014, la mort de Mustapha, au 73ème jour de grève de la faim. Le PRCF condamne fermement la répression des autorités marocaines contre les étudiants qui luttent contre un régime despotique et adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux camarades de Mustapha Meziani, notre camarade marocain.

Lire la suite

Publié dans - DATE A RETENIR, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Comment évaluer la situation en Ukraine ? par Petro Simonenko

Posté par onsbouge le 15 août 2014

PRCF INITIATIVE COMMUNISTEComment évaluer la situation en Ukraine ?

par Petro Simonenko (*)

 (*) Premier secrétaire du Parti communiste de l’Ukraine

**

Le pays est au bord du gouffre. Et si l’Ukraine continue, selon le vœu de l’Occident et des Etats-Unis, sa trajectoire de transformation en état périphérique, servant les intérêts des sociétés transnationales, si elle continue sa trajectoire de guerre, où une guerre civile risque de se transformer en conflit entre Etats, nous allons nous retrouver face à une menace réelle de destruction de l’intégrité territoriale, la perte de l’indépendance.

Les oligarques qui ont pris le pouvoir après le coup d’Etat sur le Maïdan en février et leurs complices nationalistes, cherchant à justifier leurs crimes sanglants dans les régions d’Odessa, Marioupol, Donetsk et de Lougansk, prétendent assister aujourd’hui à la naissance d’une nouvelle nation unie.

C’est un mensonge flagrant. Lorsque un Ukrainien tue un autre Ukrainien, lorsque sont massacrés vieillards, femmes, enfants, lorsque les villages sont rasés, les fabriques et les usines, les écoles, les hôpitaux, les crèches, les infrastructures des grandes villes des régions de Donetsk et de Lougansk sont détruits, lorsque des centaines de milliers de citoyens de l’Ukraine à la recherche de paix laissent leurs maisons et deviennent des réfugiés, parler d’une nation unie est un blasphème!

images-1Le régime national-fasciste mène une guerre de l’information, dont le but est de justifier les crimes contre son propre peuple par une lutte contre les séparatistes et les terroristes.

Pour l’amour de la vérité et dans l’espoir d’arrêter cette guerre fratricide, je tiens à réitérer que les protestations dans le Donbass ont commencé avec les exigences du maintien de la langue russe comme langue officielle, la nécessité de décentraliser le pouvoir et renforcer les pouvoirs des collectivités locales, la possibilité de référendums locaux. Les résidents des régions de Donetsk et de Lougansk sont opposés à la destruction des monuments et des obélisques aux héros de la Grande Guerre patriotique, contre la distorsion de l’histoire.

Ils n’ont pas voulu les entendre ni les écouter et ont déclaré la guerre à leur propre peuple.

On assiste à une chute extrêmement dangereuse de la production, à la montée de l’inflation, des prix et des tarifs, au gel des salaires des employés, à la réduction des coûts pour les programmes de soutien aux retraités, aux femmes, aux jeunes, à la lutte ouverte contre les dissidents et la censure violente dans les médias. La signature d’un accord désastreux d’association avec l’UE, d’un protocole esclavagiste avec le FMI, la perte du marché en Russie et la situation catastrophique avec le gaz (manque d’approvisionnement par la Russie) conduira inévitablement à une hausse du chômage, une baisse du niveau de vie et une montée de la tension sociale.

En 2014, comme en 2004-2005, est venu au pouvoir en Ukraine le même groupe d’oligarques, complètement dépendants et exécutant tous les ordres des USA et de l’Europe. Le danger de leur maintien au pouvoir est
renforcé par le fait qu’ils ont pris pour complices l’organisation profasciste « Svoboda » et d’autres courants nationalistes d’extrême-droite. L’arrivée au pouvoir des milliardaires, tant dans l’Administration présidentielle qu’à la direction des régions (à Donetsk – Tarouta, à Dnipropetrovsk – Kolomoysky), la création d’armées de mercenaires privés montrent la division réelle du territoire de l’Ukraine en principautés oligarchiques (féodales).

La guerre continue dans l’intérêt des États-Unis – à savoir le nettoyage des zones pour assurer l’extraction du gaz de schiste.

627900-us-president-barack-obama-shakes-hands-as-he-hosts-a-meeting-with-ukraine-prime-minister-arseniy-yatCette guerre est une lutte des oligarques pour la redistribution des richesses, et ceux qui sont arrivés au pouvoir à Kiev s’efforcent par la guerre de détruire les fabriques et les usines dans la plus grande région économique de l’Ukraine, ce qui rend impossible pour les oligarques du Donbass d’augmenter leurs richesses. Et cela signifie des centaines de milliers de chômeurs.

Cette guerre – c’est la destruction physique des citoyens de l’Ukraine qui se sont permis de revendiquer le droit à la vérité de l’histoire, de parler leur langue, de demander l’utilisation de l’argent gagné pour le développement de leurs régions, et non pas pour nourrir les fonctionnaires de Kiev qui piochent dans le budget pour se remplir les poches.

Cette folie doit cesser!

Lire la suite

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL | Commentaires fermés

Abu Ahmad, porte-parole des Brigades al-Quds : « Nous sommes capables de viser au-delà de Tel Aviv »

Posté par onsbouge le 14 août 2014

Site du Mouvement démocratique arabe

« Résister à l’occupation, c’est vivre libre »

Abu Ahmad, porte-parole des Brigades al-Quds : « Nous sommes capables de viser au-delà de Tel Aviv » dans - ECLAIRAGE - REFLEXION naji

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

 

Abu Ahmad, porte-parole des Brigades al-Quds :

« Nous sommes capables de viser au-delà de Tel Aviv »

arton8288 dans - HISTOIRE

jeudi 14 août 2014, par La Rédaction

La première et la seule interview, au cours de l’agression sioniste, Abu Ahmad l’a accordée au journaliste du quotidien algérien al-Shourouq, par estime envers le peuple algérien et des liens qui unissent les « deux peuples révolutionnaires ».

Qu’est-ce qui a le plus surpris l’occupation, de la part de la résistance palestinienne, et plus particulièrement des Brigades al-Quds ?

Nous pensons que l’ennemi a été surpris par plusieurs faits, au cours de la bataille « Edifice serré », mais les deux surprises les plus importantes sont probablement, d’abord les fusées de longue portée qui ont été intensément lancées sur les villes de l’ennemi, qui pensait qu’elles étaient à l’abri des fusées de la résistance. Il fut surpris par leur nombre et l’intensité des frappes, entraînant 4 millions de colons à se réfugier dans les abris. Ce n’est pas seulement la portée des fusées qui l’a surpris, mais la précision avec laquelle elles ont été lancées. L’ennemi a essayé de cacher un grand nombre de buts atteints, mais il sera finalement obligé, après la fin de la bataille, de découvrir toutes les zones que les fusées palestiniennes ont touchées, ces fusées qui sont en majorité de fabrication locale. Quant à la seconde surprise, c’est celle des tunnels, car l’ennemi pensait qu’il s’agissait d’une propagande de la résistance pour l’empêcher de mener une bataille terrestre à Gaza. Il fut surpris par cette arme stratégique qui a bouleversé les rapports de force dans la bataille et entraîné de lourdes pertes parmi ses forces d’élite. Il est important de noter que les tunnels sont de deux sortes : la première est pour le lancement des fusées de longue portée, qui empêchent l’ennemi de poursuivre et de viser les combattants qui les lancent, et la seconde sert aux attaques et aux opérations de contournement.

Le bombardement de Tel Aviv est devenu une pratique quotidienne… Que porte l’avenir ?

Nous n’exagérons pas si nous disons que Tel Aviv est devenu pour nous comme Sderot, séparée de la bande de Gaza par 6 kms seulement. Ceci est dû au développement qualitatif dans la fabrication locale des fusées, où nous avons imité les fusées fabriquées dans le monde, et nous avons excellé en ceci, par la grâce de Dieu. Les fusées Bouraq 70 et M75 ressemblent beaucoup aux fusées Fajr5 qui nous ont servi à repousser l’attaque en 2012. C’est pourquoi, puisque nous avons réussi à maîtriser la technologie de cette industrie et avons acquis une grande expérience dans ce domaine, nous pouvons, avec la permission de Dieu, la développer pour atteindre de portées plus lointaines encore. Nous avons la capacité dès à présent d’atteindre des villes plus éloignées que Tel Aviv. Nous avons bombardé Natanya qui est séparée de Gaza par 95 Kms, et ce n’est pas tout ce que nous avons. La bataille peut se durcir et s’allonger, c’est pourquoi nous avons gardé ce qui est plus puissant, pour l’utiliser en temps utile.

Vous avez déclaré à plusieurs reprises avoir bombardé des centrales nucléaires. Ne craignez-vous pas les effets sur la Palestine et la région ?

Votre question est importante, et c’est pourquoi nous disons que nous réalisons très bien qu’en bombardant Dimona ou les réacteurs de Nahal Sourak près de Tel Aviv, qu’une catastrophe peut survenir dans la région, si une de nos fusées touchait une partie des réacteurs, mais nous sommes certains que les réacteurs nucléaires sont enterrés à des centaines de mètres sous terre, et nos fusées ne peuvent les atteindre. Tout ce que nous essayons de cibler, ce sont les les contructions entourant ces réacteurs, dans le but d’adresser un message à l’ennemi, lui disant qu’aucun lieu dans son Etat n’est protégé contre les fusées de la résistance. C’est le message que nous avons envoyé lorsque nous avons bombardé le bâtiment du Knesset dans al-Quds et le bâtiment du ministère de la guerre, à Tel Aviv, lorsque Netanyahu organisait une conférence de presse, il a dû fuir, devant les caméras de la télévision. Souvent, l’effet psychologique est plus important que l’effet militaire.

La confrontation terrestre aux abords de Gaza fut difficile. Comment avez-vous trouvé les soldats de l’occupation au cours de la bataille ?

Nous ne nions pas que la confrontation a été très dure, non pas à cause de la force ou de la témérité des soldats de l’occupation, qui sont entrés aux abords de Gaza, mais à cause du bombardement intense qui visait nos combattants qui se trouvaient aux premières lignes de la bataille. Mais lorsqu’il y a eu lutte rapprochée, les combattants de la résistance avaient toujours le dessus. C’est ce qui est apparu avec les déclarations des soldats de l’occupation qui fuyaient le champ de la bataille ou qui se tiraient des balles dans les jambes pour ne pas aller au front. Il y a de nombreuses histoires qu’il est impossible de raconter maintenant mais qui seront marquées en or, qui racontent les épopées héroïques du simple combattant palestinien, qui a remporté la victoire sur l’élite de l’armée ennemie, qui était la fierté de cette armée mais qui fut écrasée aux abords de Gaza.

Nous remarquons que votre grande action au cours de la guerre n’a pas eu sa place dans les médias. Pourquoi ? Est-ce intentionnel ?

Cela est malheureusement clair. Certains ont intentionnellement masqué notre action pour servir des agendas locaux ou régionaux. Mais dans tous les cas, nous ne recherchons pas la gloire auprès du public, mais recherchons la récompense de Dieu. Peu nous importe si les médias nous accordent une place comme les autres ou pas, l’essentiel pour nous est de défendre notre peuple et d’assumer notre devoir, rien ne se perd auprès de Dieu. Il nous suffit que notre peuple sache qui sont les Brigades al-Quds, et les martyrs qu’elles ont sacrifié pour sa défense et la défense de notre chère terre de Palestine.

Quelle est l’efficacité du dôme de fer face à vos fusées ?

Un général sioniste que l’ennemi a surnommé « le père spirituel du dôme de fer » a répondu à cette question. Il fut le premier à étudier et à proposer ce projet. Il a dit, au 11ème jour de l’agression, que le dôme de fer était inutile face aux fusées de la résistance. Il a affirmé dans une déclaration publiée sur les sites de l’ennemi que le taux des fusées ayant été interceptés par le dôme ne dépassait pas 12%, sans compter le coût impressionnant de ce dôme, une seule de ses fusées coûte entre 70 et 100 millions de dollars, pour faire face à une fusée qui ne coûte pas plus de 2000 dollars parfois. Que dira-t-on si l’on sait que pour intercepter une des fusées palestiniennes, 2 à 7 fusées du dôme sont lancées ? Il y a de lourdes pertes économiques avec ce dôme, qui s’ajoute à son échec d’intercepter les fusées de la résistance.

Y a-t-il coordonation avec les autres forces de la résistance, notamment les Brigades d’al-Qassam ? A quel degré ?

La coordination est parfaite, par la grâce de Dieu, de nombreuses opérations communes ont été menées, avec les Brigades d’al-Qassam, comme le bombardement de Tel Aviv, Beer Saba’ et Asdod, mais aussi lors de l’affrontement avec les forces spéciales à l’est de Khan Younes.

Au cours de la guerre précédentes, le martyr Muhammad Assi, à Ramallah, a mené l’opération d’explosion du bus à Tel Aviv. Est-ce que l’action à l’intérieur du territoire « israélien » est absente ou bien reportée à plus tard ?

En vérité, les opérations telles que celle menée par le martyr, dirigeant aux Brigades al-Quds, Muhammad Rabah Assi, au cours de l’agression de 2012, réclament un grand effort et des moyens qualitatifs. La difficulté de mener de telles opérations est due aussi à la coordination sécuritaire, malheureusement, entre l’Autorité palestinienne et les services de renseignements de l’ennemi. Ce n’est pas l’unique raison, mais parfois, la décision de reporter ce genre d’opérations est prise pour des considérations précises. Nous pensons que nous pouvons assister à ce genre d’opérations si l’agression se poursuit contre Gaza.

Quel est le minimum accepté par la résistance en cas d’accord pour un cessez-le-feu ?

Nos revendications sont claires, et sont unanimement acceptées par toutes les organisations et le peuple palestinien, en premier lieu, la levée totale du blocus contre la bande de Gaza, l’ouverture des terminaux et la reconstruction.

Si la communauté internationale décide d’envoyer des forces internationales comme celles de l’UNIFIL au sud Liban. Comment vous comporterez-vous ?

Nous ne pouvons accepter la présence de forces internationales sur notre terre, car elles seront, comme d’habitude, au service de la sécurité de l’ennemi, et non le contraire. Nous pouvons nous défendre nous-mêmes, malgré le prix élevé que nous payons. Nous nous comporterons avec toute force étrangère sur notre terre comme une force d’occupation.

(14-08-2014 – « Baladi »)

**

URL de l’article  http://www.assawra.info/spip.php?article8288

__________________________________________

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE, - SOLIDARITE - PETITION | Commentaires fermés

1...58245825582658275828...6494
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots