Les Palestiniens, plus divisés que jamais commémorent la mort d’Arafat

Posté par onsbouge le 11 novembre 2014

Assawra – الثورة

Site du Mouvement Démocratique Arabe

« Où fait-il bon même au cœur de l’orage, où fait-il clair même au cœur de la nuit » (Louis Aragon)

mardi 11 novembre 2014

Les Palestiniens, plus divisés que jamais commémorent la mort d’Arafat

Les Palestiniens, plus divisés que jamais commémorent la mort d'Arafat  dans - ECLAIRAGE - REFLEXION arafat5

Les Palestiniens commémoraient mardi le dixième anniversaire de la mort de Yasser Arafat, figure emblématique de la lutte pour l’indépendance, dans un climat de divisions qui a empêché la tenue des célébrations dans la bande de Gaza.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé mardi le Hamas islamiste de « saboter » et de « détruire » la réconciliation palestinienne, après qu’une série d’explosions eut visé les biens des cadres de son parti, le Fatah, dans la bande de Gaza.
« Ceux qui ont perpétré les explosions à Gaza sont les dirigeants du Hamas, et ils sont responsables », a lancé M. Abbas lors d’un discours à Ramallah à l’occasion du 10ème anniversaire de la mort de Yasser Arafat.
Le contraste était de fait saisissant entre Gaza et Ramallah, la capitale de l’Autorité palestinienne. Dans cette ville de Cisjordanie occupée, des milliers de personnes ont brandi le drapeau jaune du Fatah dans la Mouqataa où Arafat a été enterré après son décès dans un hôpital parisien le 11 novembre 2004.
La foule se pressait derrière un parterre de responsables du parti, tandis que fanfares, chorales, drapeaux palestiniens et délégations venues de Cisjordanie occupée s’agitaient.
« L’heure de la liberté et de l’indépendance a sonné », proclamait un poster géant sur l’estrade où Mahmoud Abbas, le successeur d’Arafat, devait prononcer un discours.
A Gaza, au contraire, aucune banderole ni portrait du leader défunt n’a été accroché sur les murs. L’estrade qui devait accueillir la cérémonie de commémoration porte encore les stigmates de l’explosion qui l’a visée vendredi.
« On espérait que cet anniversaire marquerait la fin de la division palestinienne et prouverait l’unité nationale. Que le Hamas serait aux côtés du Fatah pour cet hommage », a regretté Souheila Barbah, une jeune gazaouie.
Abou Ammar, du nom de guerre d’Arafat, « incarnait l’unité nationale », se rappelle Refaat Hajaj, un trentenaire gazaoui. « On nous a privés de cet anniversaire. Mais l’histoire ne pardonnera pas à ceux qui freinent le plan d’Abou Ammar pour la libération de la Palestine ».
Au lieu de l’unité sacrée, la bande de Gaza, où le Hamas rechigne à remettre les clés du pouvoir à l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, successeur d’Arafat et chef de son parti le Fatah, s’est réveillée mardi plus divisée que jamais. Après la série d’explosions ayant visé vendredi les maisons et les voitures des cadres du Fatah, le Hamas avait annoncé que sa police ne pourrait pas sécuriser les célébrations qui ont, de ce fait, été annulées.
Des dirigeants du Fatah ont pointé du doigt le Hamas. Ce dernier a condamné ces attentats et dénoncé une campagne contre lui. Et la division, qui avait déjà mené en 2007 à une quasi-guerre civile, s’est un peu plus aggravée.
Privé de sa victoire aux législatives de 2006, le Hamas avait chassé un an plus tard le Fatah de Gaza. Au printemps, les Palestiniens, réconciliés, ont formé un gouvernement d’union et le Fatah avait été autorisé, pour la première fois depuis 2007, à célébrer l’anniversaire de la mort de son chef historique à Gaza.
Mais l’union a fait long feu et le porte-parole du Fatah à Gaza, Fayez Abou Eita, dénonçait mardi « les prétextes du Hamas pour se soustraire à ses responsabilités ». Il réclamait une enquête sur les explosions « terroristes ».
Mahmoud Abbas a récemment annoncé qu’il déposerait d’ici la fin novembre son projet de résolution à l’ONU.
En 2012, les Palestiniens ont obtenu le statut d’Etat observateur à l’ONU mais ils entendent désormais soumettre au Conseil de sécurité un calendrier pour la fin de l’occupation israélienne.
Ce texte devrait en l’état être rejeté par un veto américain. Aussi les Palestiniens ont-ils déjà prévu d’autres étapes: l’adhésion à la Cour pénale internationale qui leur permettrait de pousuivre les dirigeants israéliens pour « crimes de guerre », et la rupture des accords de coopération sécuritaire avec Israël.
Pourquoi attendre?, a lancé de sa prison israélienne Marwan Barghouthi, figure du Fatah et leader de la deuxième Intifada (2000-2005).
Il faut « mettre fin immédiatement à la coopération sécuritaire » qui fait des policiers palestiniens des « supplétifs de l’occupant », a lancé celui qui est présenté comme la principale menace pour M. Abbas si jamais il pouvait concourir à une présidentielle.
« Poursuivre le choix de la résistance globale et armée », c’est « être fidèle à l’héritage d’Arafat », poursuit-il dans une lettre publiée par la presse.
Le spectre d’un nouveau soulèvement se fait de plus en plus précis en Palestine: les violences, désormais ininterrompues à Jérusalem, ont gagné les villes arabes d’Israël et la Cisjordanie occupée.

(11-11-2014 – Avec les agences de presse)

« Non au terrorisme d’État d’Israël » :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à « Assawra »,
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 – Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 – as-sawra+subscribe@googlegroups.com
   Publié par à 12:40

**

URL de l’article  http://assawra.blogspot.fr/2014/11/les-palestiniens-plus-divises-que.html


Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Armistice ( Al Faraby )

Posté par onsbouge le 11 novembre 2014

Assawra – الثورة

Site du Mouvement Démocratique Arabe

« Où fait-il bon même au cœur de l’orage, où fait-il clair même au cœur de la nuit » (Louis Aragon)

mardi 11 novembre 2014

Armistice

Armistice ( Al Faraby ) dans - BILLET - DERISION - HUMOUR - MORALE palestine1102

« Dis papy… »
« oui fiston? »
« c’est quoi un armistice? »
« ce n’est ni un cessez-le-feu, ni un traité de paix »
« je vois »
« tu vois quoi? »
« ça ne peut pas fonctionner chez nous »
« …!? »

Al Faraby
Mardi, 11 novembre 2014

« Non au terrorisme d’État d’Israël » :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à « Assawra »,
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 – Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 – as-sawra+subscribe@googlegroups.com
   

Publié par à 12:29

**

URL de l’article   http://assawra.blogspot.fr/2014/11/armistice.html

Publié dans - BILLET - DERISION - HUMOUR - MORALE, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Yasser Arafat : 2004 / 2014

Posté par onsbouge le 11 novembre 2014

Yasser Arafat : 2004 / 2014

Rassemblement mardi 11 novembre 2014
de 16h00 à 17h00
devant le ministère des Affaires étrangères
Métro Invalides – Paris

Publié dans - DATE A RETENIR, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Pétition « Non au terrorisme de l’État d’Israël »

Posté par onsbouge le 11 novembre 2014

Pétition

« Non au terrorisme de l’État d’Israël »

http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Publié dans - DROIT, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Burkina Faso : le changement dans la continuité

Posté par onsbouge le 11 novembre 2014

Dimanche 9 novembre 2014

Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, loin de l’opulence des pays riches, la diplomatie occidentale continue de frayer avec les dictateurs qu’elle paye grassement pour engager des guerres par procuration. En clair, pour lutter contre ses propres ennemis. Le dernier exemple en date est celui de l’ex-Président du Burkina Faso Blaise Compaoré, déposé à la faveur d’un soulèvement populaire.

Le curriculum vitae de l’ex-dictateur retrace l’une des périodes les plus sombres de l’Afrique contemporaine. Le Burkina Faso s’appelait la Haute-Volta et était encore une colonie française lorsque naquit dans une petite ville au nord de Ouagadougou Blaise Compaoré, en 1951. Fils d’un ancien tirailleur, il s’engage dans l’armée de son pays après être passé par des écoles militaires, au Cameroun, au Maroc puis à l’École d’infanterie située à l’époque à Montpellier. Le beau Blaise comme on l’appelait à cette époque en raison de son physique avantageux est affecté en 1981 à la tête du centre national d’entraînement commando où il succède à un certain Thomas Sankara. Celui-ci est son aîné de deux ans. Les deux hommes s’étaient liés d’amitié lors d’un stage d’instructeur parachutiste à Rabat, en 1978. Au sein de l’armée voltaïque, le duo fonde avec d’autres camarades de promotion le Regroupement des officiers communistes.

La Haute-Volta est alors en proie à des coups d’État militaires à répétition depuis son accession à l’indépendance, le 5 août 1960. Cette instabilité chronique profite aux courants progressistes, dont l’idéologie influence la génération montante des officiers subalternes à laquelle appartiennent Thomas Sankara et Blaise Compaoré, principaux acteurs de la Révolution de 1983.

Le premier nommé parvient finalement au pouvoir le 4 août 1983 et préside par la même occasion le Conseil national de la Révolution. Thomas Sankara fait rapidement changer le nom de la Haute-Volta, nom issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africain, le Burkina Faso, ce qui signifie le pays des hommes intègres. Il définit son programme comme anti-impérialiste, notamment dans son discours d’orientation politique. Ce dernier, comme son nom l’indique, est la référence théorique de la révolution. Blaise Compaoré est ministre dans ce gouvernement qui entend privilégier les éléments les plus fragiles de la société.

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est assassiné dans un énième coup d’État. Accusé d’être le cerveau derrière la disparition tragique de son ami et prédécesseur, Blaise Compaoré nie toute implication. Vingt-sept ans après les faits, le mystère de cette disparition reste entier. Le gouvernement français de l’époque, un gouvernement de cohabitation avec Jacques Chirac Premier ministre et François Mitterrand président de la République, ainsi que plusieurs gouvernements africains proches de la France, sont soupçonnés d’avoir joué un rôle dans les événements qui ont précipité la fin de Thomas Sankara et de treize de ses compagnons.

Le comité des droits de l’homme des Nations Unies a condamné en 2006 le Burkina Faso pour « refus d’enquêter sur les circonstances de la mort de l’ancien chef d’État ». Blaise Compaoré n’en a pas moins continué son parcours en entretenant des relations très étroites avec Paris, ce qui lui permet de promouvoir les intérêts de l’ex-puissance coloniale en Afrique. Son clan a en parallèle soutenu activement les milices de Charles Taylor au Liberia et en Sierra Leone, participé à des trafics de diamants au profit du mouvement rebelle angolais de l’UNITA pour finalement jouer un rôle trouble vis-à-vis de certains groupes armés qui ont occupé le nord du Mali à partir de début 2012.

Compaoré est aussi devenu un courtier politique au profit des États-Unis. Ces derniers disposent depuis 2007 d’une base dans la capitale burkinabé. Cette base constitue un réseau d’espionnage dans la région avec des avions espions survolant la Mauritanie, le Mali et le Sahara. Par ailleurs, l’Oncle Sam a offert en début d’année des équipements militaires d’une valeur totale de 1,8 million de dollars comme « matériel de soutien pour les forces de maintien de la paix burkinabé » (sic). Ce n’est pas pour rien que le quotidien Le Monde titrait le 26 avril 2010 son article consacré à la présidentielle gagnée par le président burkinabé avec près de 81 % des voix : « Blaise Compaoré, ex-putschiste devenu artisan de la stabilité en Afrique ».

Alors que le président déchu a été exfiltré par les forces spéciales françaises en Côte d’Ivoire, le nouvel homme fort du pays semble être le lieutenant-colonel Isaac Zida. Adoubé par l’armée, il a affirmé lundi 3 novembre vouloir ouvrir la porte à un régime de transition dirigé par un civil. Paris et Washington ne semblent pas inquiets de la tournure des événements. Le nom du futur dirigeant importe finalement peu, du moment que l’armée, équipée et entraînée par l’Occident, soit en mesure de mettre fin à toute situation instable.

Nous assistons en quelque sorte à une valse des dictateurs, comme si finalement personne n’était descendu dans la rue pour les destituer. Rien ne serait pire pour les puissances occidentales qu’un régime islamique, nous dit-on. Ces basses manœuvres seraient donc organisées pour conjurer la fièvre islamiste. Soit. Mais est-il possible que personne ne se rende compte que cette politique, basée sur l’ingérence et le mépris des peuples, ne fait qu’alimenter la popularité des groupes djihadistes, perçus comme la seule alternative anti-impérialiste et révolutionnaire dans ces régions ?

Bruno Delahaye, ex-responsable de la cellule africaine de l’Élysée, affirmait dans un entretien publié par le Figaro le 12 janvier 1998 qu’il avait dû recevoir dans son bureau quatre cents assassins et deux mille trafiquants de drogue. « On ne peut pas ne pas se salir les mains avec l’Afrique », ajouta-t-il. Tout n’est pourtant qu’une question de volonté. Il semble néanmoins qu’on s’achemine vers un changement dans la continuité. Dommage que les Africains soient les derniers à en profiter. Le continent noir est sous pression. Les troubles qui ne manqueront pas d’éclater à terme auront au moins le mérite de clore cette partie de l’histoire que d’aucuns ont appelée à tort la décolonisation.

Capitaine Martin

**

http://www.resistance-politique.fr/article-burkina-faso-le-changement-dans-la-continuite-124969121.html

Site Web : http://www.resistance-politique.fr/

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE | Commentaires fermés

1...53905391539253935394...6363
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots