La ministre de la santé Agnès BUZYN ; MENTEUSE

Posté par onsbouge le 18 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur FRONT SYNDICAL DE CLASSE

La ministre de la santé Agnès BUZYN ; MENTEUSE

Publié le 16 février 2019 par FSC

Agnès Buzyn avait déjà était prise en flagrant délit de mensonge dans l’émission d’Elise Lucet  » Envoyé spécial  » en affirmant que la fermeture des maternités n’avait rien à voir avec la recherche exclusive d’économies financières en prétextant du souci de la sécurité des établissements :

http://www.frontsyndical-classe.org/2019/02/fermeture-des-maternites-le-mensonge-de-la-securite.html

********************

SOURCE http://www.sitecommunistes.org/archives/ch599hopital.html

Projet de loi santé :
A. Buzyn veut en finir avec le service public hospitalier

Présenté ce 13 février, en conseil des ministres, ce projet intitulé « ma santé 2022 »comporte à la fois la fermeture d’hôpitaux, la réduction des moyens financiers, la dégradation de la prise en charge des patients. C’est la casse programmée du service public hospitalier pour le livrer au capitalisme.

*Révision de la carte hospitalière: en 2017, 85 hôpitaux publics ont été fermés – entre 2009 et 2016, 8.856 lits d’hospitalisation complète ont été supprimés – entre 1976 et 2016, 60% des lits ont été supprimés en psychiatrie. Le nombre des maternités depuis 20 ans, est passé de 814 à 498, les fermetures continuent aujourd’hui, 35 maternités sont menacées de fermetures. Des femmes ont jusqu’à plus de 60 km à faire pour aller accoucher.

Objectif de la révision de la carte hospitalière : 1 seul hôpital par département. A. Buzyn veut achever le plus vite possible la réalisation de cet objectif commencé déjà par Roselyne Bachelot Ministre de Sarkozy et Marisol Touraine Ministre de Hollande.

Il comporte donc la fermeture des « petits hôpitaux ». La ministre de la santé répète que « qu’il n’y aura aucune fermeture de centres hospitaliers de proximité ». Faux: elle les remplace par des petites structures qui pourront seulement effectuer des radiologies et des analyses biologie, qui n’auront pas de plateaux techniques.

Dire que ce sont des hôpitaux, que c’est pour améliorer l’offre de soins, est une duperie, ce sont à peine ce qu’on a appelé il y a 40 ans des dispensaires. De plus, les patients seront pris en charge soit par des médecins hospitaliers, donc de secteur public, soit par des médecins du secteur privé dont la collaboration dit-on sera encouragée et facilitée. Ce n’est rien d’autre qu’un nouveau recul des moyens de l’hôpital public et pas de plus dans la privatisation du secteur public hospitalier.

La dégradation de la prise en charge des patients, les délais pour passer un examen, pour se faire hospitaliser, se faire opérer, avoir un rendez-vous, le gel des salaires, les arrêts de travail non remplacés, le travail à flux tendu, les soignants sous pression, la saturation des services d’urgence, tout va s’aggraver pour les patients et pour les conditions de travail des personnels hospitaliers.
Financement des hôpitaux publics :

Le gouvernement évalue à 7 millions de plus d’économies annuels générées par sa réforme du financement des hôpitaux publics. Il instaure « le financement forfaitaire ». Le financement des établissements de santé, ne sera plus une rémunération à l’acte mais une rémunération forfaitaire.

Par ex. une rémunération globale sera versée à l’établissement qui aura la charge de la répartir entre l’ensemble des professionnels de santé -publics et/ou libéraux- qui interviendront. La somme sera versée pour solde de tout compte, charge à l’hôpital de faire en sorte que les patients n’aient pas besoin de revenir. En cas de prolongation des actes médicaux, en cas de ré-hospitalisation qui financera ? L’hôpital au risque de faire exploser l’enveloppe ? Le patient qui financera sans être remboursé ?

Ce mode de financement favorisera la sélection des patients qui vont rapporter le plus, ceux qui sont en bon état général, qui ne présenteront pas de risque de complications. Les cas les plus complexes, les traitements les plus longs, les moins rentables seront réservés aux hôpitaux publics

La prise en charge de deux types de pathologies chroniques sera forfaitisée en 2019 : le diabète et l’insuffisance rénale chronique

Les budgets des hôpitaux publics progressent en moyenne deux fois moins vite que l’augmentation spontanée des charges, depuis 2005, 10 milliards d’économie ont été imposés aux hôpitaux publics.

En 2018, le déficit des hôpitaux atteint 1 milliard d’euros. Déficit imputé à une « mauvaise organisation » pour Macron, à une masse salariale trop importante pour A. Buzyn « les hôpitaux ayant des déficits structurels sont liés à des masses salariales trop importantes par rapport à leur activité ».

Le dernier rapport de l’OCDE situe la France à la 11ème place pour les dépenses de santé, et au 26ème rang des 29 pays de l’OCDE pour le salaire des infirmières/infirmiers et des aides-soignant(e)s, en France la rémunération des infirmiers se situe en dessous du salaire moyen.

Réforme des études de médecine

Buzyn et Macron insistent sur la suppression du numérus clausus, mais sont beaucoup plus discret sur la réforme des études, sur l’internat. Actuellement les CHU sont les seuls établissements hospitaliers à former des médecins. Macron a déclaré à plusieurs reprises que les CHU n’étaient plus une structure adaptée, la Cour des Comptes a été chargée d’examiner leur contribution dans le domaine de la recherche médicale et de la formation des médecins. Premier pas pour étendre cette formation au secteur privé ?

Macron veut faire vite pour imposer sa réforme. A. Buzyn annonce qu’il fera l’objet d’une « urgence absolue, ne sera soumis qu’à une seule lecture au Sénat et à l’Assemblée Nationale et que nombre des 23 articles seront adoptés par ordonnance…La loi devra être impérativement adoptée au printemps pour que cette réforme s’applique à la rentrée universitaire 2019 ».

La France a les moyens Les moyens existent pour financer un Service Public de Santé moderne intégrant les avancées scientifiques et techniques et qui permette à tous de se soigner quelle que soit leur situation.

La Santé est un marché fabuleux – la consommation de soins et de bien médicaux étaient déjà évaluée à 198,5 milliards d’euros en 2016 – que le capitalisme veut entièrement dominer. Les mesures contenues dans ce projet poursuivent l’objectif de Macron de modification en profondeur du système de santé français pour le livrer pieds et poings liés aux profits et l’adapter aux exigences du capital.

Il y a des luttes partout dans les hôpitaux La liste des hôpitaux publics en lutte n’a jamais été aussi longue, 1700 mouvements de grèves en 2018 dans les Ehpad, les hôpitaux publics, dans le secteur de la psychiatrie, grèves de la faim des personnels médicaux et paramédicaux, suicides de soignants liés aux conditions de travail.

Il ne faut pas le laisser faire. Le système français de santé, avec la Sécurité Sociale est une conquête du peuple. Il faut développer la lutte de plus en plus forte et ample pour les stopper. Seule la lutte unie des salariés de tous celles et ceux qui sont victimes de cette politique de casse du service public peut les stopper .En même temps la lutte politique contre le capitalisme, abattre le système d’exploitation capitaliste responsable de tous les maux du peuple et de la société est indispensable. Seule la lutte de classe sans compromis ni compromission permettra de construire une société au service du peuple… C’est la perspective que vous propose notre Parti et pour laquelle il combat. Rejoignez-nous dans ce combat.


Publié par  FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2019/02/la-ministre-de-la-sante-agnes-buzyn-menteuse.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=159588

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité

Posté par onsbouge le 15 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur PRCF Initiative Communiste

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité dans - LUTTES

Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d’Etat
Manifestation 8 novembre 2016 Paris – Photo Initiative Communiste

Dans les campagnes, dans les banlieues, les travailleurs de France le savent, l’euro austérité détruit les services publics un à un. Sous prétexte de rentabilité, et pour mieux les remplacer par des concurrents privatisés, dans la santé, l’éducation, les transports, les télécommunications ou l’énergie, les services publics sont réduits ou fermés.

En 30 ans 2/3 des maternités fermées

Il est un domaine particulièrement frappant, celui de la Santé. Entre 1978 et 2016 le nombre de maternité a été réduit de près de 1400 à moins de 500. Une maternité pour 70 communes. En France, les femmes de 15 à 40 ans sont plus de 10 millions. De une maternité pour 7300 femmes en 1975, la vague d’euro fermeture a fait réduire dramatiquement ce chiffre à 1 maternité pour 20 000 femmes !

2017-10-02-Santé-N°2-566x800 france dans - POLITIQUEC’est ce qu’indique une note de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la Santé (Drees), publiée en 2018 qui souligne que ce tsunami de fermeture de maternité s’est amplifié ces dernières années sous l’effet des euro réformes conduite par les gouvernements de Sarkozy, Hollande et désormais Macron. Elle frappe en premier lieu les établissements hospitaliers publics. A contrario le nombre de cliniques privées reste stable témoins de la privatisation en cours de l’Hôpital.

Le nombre d’hôpitaux public s’est réduit à 1.363 en 2017 contre 1.458 sites en 2013 (-7%). Pour les établissements privés à but non lucratif la baisse aussi est notable : 680 en 2017 contre 712 sites en 2013 (-4%). Mais c’est la stabilité pour les cliniques à but lucratif : 1.001 en 2017 contre 1.022 entités en 2013 (-2%).

index dans - SANTE

Deux fois moins de lits en maternité pour un nombre de naissance stable

En ce qui concerne les maternités, le bilan 2018 des établissements de santé démontre leur raréfaction : 1 369 en 1975, 814 en 1996, 498 en 2016 (une division par deux en vingt ans et par près de 3 en 30 ans). Et le nombre de lits d’obstétrique a lui été “quasiment divisé par deux depuis trente ans”, alors que la natalité “est restée dynamique au cours de toute la période, avec 710 000 à 800 000 naissances par an”. Car les fermetures de maternité ne s’accompagne d’une augmentation du nombre de place pour les femmes enceintes dans les établissements hospitaliers publics restant.

Les conséquences de ces euro réformes visant à privatiser l’hôpital public et réduire l’offre public de soin sont dramatiques. L’étude publiée en janvier par la Drees démontre que 167 000 Françaises (1,5 % de la population) vivent dans un désert obstétrique,, avec peu de sages-femmes et situé “à quarante-cinq minutes ou plus de la maternité la plus proche”. “Cette proportion s’élève à 5,4 % en retenant le seuil à trente minutes”, ajoute l’organisme, soulignant que “le cumul d’une faible accessibilité aux unes [les sages-femmes] et d’un éloignement aux autres [les maternités] peut entraîner des difficultés de suivi de grossesse”.

hopital-austérité-hosterite dans - SERVICES PUBLICS

Dans un département rural comme le lot, en 2018 c’est 17 accouchements qui ont eu lieu sur le bord de la route en raison de la fermeture des maternités de proximités.

Posted by: // 2-lutte des classes et renaissance communiste, articles // février 14, 2019


Publié par  PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/en-30-ans-2-3-des-maternites-ont-ete-fermees-167-000-femmes-sont-a-pres-dune-heure-dune-maternite/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=159338

.
.

« Ce blog est un blog mhttp://onsbouge.unblog.fr/?p=159338ilitant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

Ouverture à la concurrence des trains Inter-Cités : un contre-sens historique !

Posté par onsbouge le 11 janvier 2019

black-313636_640-2


Paru sur  Analyse communiste internationale

Ouverture à la concurrence des trains Inter-Cités : un contre-sens historique !

11 Janvier 2019

 Ouverture à la concurrence des trains Inter-Cités : un contre-sens historique !  dans - ECLAIRAGE - REFLEXION ob_66be26_visuel-cc-intercite

 

Publié le 10/01/2019 par PCF

Ouverture à la concurrence des trains Inter-Cités : un contre-sens historique !
Décidément, Macron et le gouvernement Philippe ont l’art du contre-pied, sinon du contresens de l’histoire. Alors que la question des services publics est au cœur du mouvement des Gilets jaunes, que des milliers de cheminots se sont mobilisés contre la réforme de la SNCF, ils ouvrent à la concurrence les lignes Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon.

Les usagers du train n’ont pas besoin de concurrence pour que le service s’améliore et soit de meilleure qualité. Ce qui est nécessaire, c’est que l’État investisse dans les infrastructures, le matériel et les hommes afin de répondre aux besoins de la population. Aujourd’hui, il faut 1h30 de plus pour réaliser Nantes-Bordeaux qu’il y a 10 ans, par manque d’investissement de l’État. Rien qui puisse inciter à laisser sa voiture pour faire ce trajet.

François de Rugy, ministre de l’Écologie, devrait donc, de son côté, plus se soucier des investissements qui sont réalisés dans le ferroviaire que d’assurer de nouveaux profits à des opérateurs privés.

Les lignes Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon ont un vrai rôle d’aménagement du territoire, répondent aux besoins de déplacements quotidiens de salariés et de lycéens, tout comme elles assurent un lien inter-régional (1 million de passagers annuels).

Cette ouverture à la concurrence, à l’instar de l’exemple anglais, va se traduire par une augmentation progressive des tarifs et une dégradation du service, tout en permettant à des promoteurs privés de réaliser des profits. C’est un contresens quand, aujourd’hui, la Grande Bretagne renationalise ses trains à la demande de la population, devant l’inefficacité des opérateurs privés.

Nous refusons cette logique. Ce dont ont besoin nos populations, c’est d’un service public de qualité, qui assure la solidarité territoriale et d’un aménagement harmonieux, en y consacrant les moyens financiers nécessaires.

Cécile Cukierman, porte parole du PCF
source: http://www.pcf.fr/articles_cc_intercite?fbclid=IwAR3j-327J4Ao7WEtDG9f4CkKBbVqaH0b8u0tByyFUGDRpTwzoPxEgIBmD7Q

Tag(s) : #PCF, #SNCF, #Intercités

Publié par Analyse communiste internationale
URL  http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2019/01/ouverture-a-la-concurrence-des-trains-inter-cites-un-contre-sens-historique.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=156106

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - LUTTES, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS, - TRANSPORTS | Commentaires fermés

Silence médiatique sur les élections professionnelles dans la fonction publique !

Posté par onsbouge le 28 décembre 2018

black-313636_640-2


Paru sur
FRONT SYNDICAL DE CLASSE

Silence médiatique sur les élections professionnelles dans la fonction publique !

Publié le 28 décembre 2018 par FSC

En faisant remarquer au passage de la CGT demeure la première organisation syndicale de la fonction publique et que seulement 11.000 voix sur 16 millions d’inscrits au total séparent la CGT de la CFDT en additionnant secteur public et secteur privé.

*************

SOURCE :

Silence médiatique sur les élections professionnelles dans la fonction publique ! dans - ECLAIRAGE - REFLEXION ob_0f2ce5_acrimed

Du 29 novembre au 6 décembre, les près de de cinq millions deux cent mille agents des trois versants de la fonction publique [1] étaient appelés à renouveler leurs représentants dans les différentes instances du personnel. Après les faillites à répétition du traitement médiatique des élections professionnelles [2], nous avons voulu vérifier si le cru 2018 nous avait réservé une bonne surprise… Disons-le tout de suite, la réponse est non.

Un scrutin important…

Dès le 29 novembre, La Croix prévient que les élections professionnelles dans la fonction publique représentent un « scrutin à fort enjeu pour les centrales syndicales » ; une semaine plus tard, L’Humanité évoque également un scrutin « très important », tout comme BFMTV, dans la perspective « d’une délicate réforme de la fonction publique ».

Ces élections si « importantes » auraient pu représenter une belle occasion de donner enfin, dans les grands médias, de la visibilité aux conditions de travail des millions de salariés évoluant dans ces différents services et aux conditions d’accès offertes aux usagers. D’autant plus que le contexte s’y prêtait à merveille :

  • Ce scrutin se déroulait en plein débat parlementaire sur le projet de loi de finances dont l’un des objets est de voter les crédits nécessaires au fonctionnement des administrations publiques ;
  • Le gouvernement prévoit de déposer au Parlement dans le courant 2019 un projet de loi sur la fonction publique qualifié de « big bang » dans Les Échos comme dans L’Humanité ;
  • en plein feuilleton des gilets jaunes, la question des services publics était d’actualité. Comme le rappelle Catherine Petillon sans sa chronique « La Bulle économique » le 15 décembre sur France Culture, l’« accès égal à des services publics de qualité » figure en bonne place parmi les revendications des gilets jaunes [3].

…rendu invisible
Entre le 1er novembre et le 6 décembre, date de clôture du scrutin, les recherches effectuées à partir des moteurs de recherche des sites internet des médias suivants, Arte, BFMTV, CNews, Franceinfo, France 2, France 3, France 5, LCI, M6, TF1, Europe 1, France Inter, Radio Classique, RMC, RTL, Sud Radio, La Croix, La Tribune, Le Figaro, L’Humanité, Le Monde, Le Parisien/Aujourd’hui en France, Les Échos, Libération, Challenges, L’Express, L’Obs, Le Journal du dimanche, Le Point, Marianne, Politis, Valeurs actuelles, Huffington Post, Mediapart et Slate, mettent en évidence un désintérêt total pour ce scrutin et ses enjeux.

Sur l’ensemble des médias examinés, nous relevons en tout et pour tout…neuf articles ou reportages, évoquant les enjeux, auxquels on peut en ajouter deux émanant du Figaro et du Parisien signalant les dysfonctionnements du système de vote électronique dans l’éducation nationale le 29 novembre :

  • deux articles parus dans L’Humanité les 12 novembre et 6 décembre [4].
  • un reportage d’une minute et cinquante et une secondes de France 3 Corse le 19 novembre.
  • deux articles dans La Croix les 29 novembre et 30 novembre qui n’en font en réalité qu’un seul tant ils se ressemblent.
  • un entretien avec Jean-Louis Arajol [5], publié par Marianne le 30 novembre, puis un article paru dans Le Monde le 1er décembre, limités au seul scrutin dans la police nationale. Le quotidien de « référence » avait également publié un article le 29 novembre.
  • un article dans Les Échos le 6 décembre.

Bref, une couverture médiatique bien maigre…

Pour voir les médias sortir – un peu – de leur sommeil, il aura fallu attendre cinq jours après la clôture du scrutin. À partir d’une dépêche AFP du 11 décembre, certains évoquent notamment un aspect qui semble les enthousiasmer : « La CFDT devient le premier syndicat en France ».

Ce résultat réjouit aussi bien Dominique Seux sur France Inter qu’Axel de Tarlé sur Europe 1. Il est également célébré par l’éditorial du Monde. Tous saluent la « responsabilité » de la centrale dirigée par Laurent Berger, tout en fustigeant la CGT, forcément archaïque. Et restent cependant inquiets : et si cette « victoire » était insuffisante pour canaliser les gilets jaunes, que les médias de maintien de l’ordre s’échinent à faire rentrer chez eux ?

La matinale du 2 décembre d’Europe 1 illustre à merveille le désintérêt des médias pour les élections professionnelles. Ce jour-là, Hélène Jouan et ses comparses Nicolas Barré et Damien Fleurot reçoivent Laurent Berger lors du « Grand rendez-vous » dominical [6]. Durant les presque quarante-six minutes que dure l’entretien, aucune question sur les enjeux du scrutin n’est posée au secrétaire général de la CFDT.

Au-delà de cet entretien, la couverture des élections professionnelles dans les secteurs privé et public auraient été l’occasion d’aller à la rencontre des millions de salariés qui y travaillent. Dès lors, comment ne pas se souvenir du touchant acte de « contrition » de Laurent Guimier, vice PDG de la station (Europe 1), et de son conseiller Guy Birenbaum, le 14 décembre dans Les Échos, en plein milieu du « feuilleton » des gilets jaunes :

Les médias doivent profiter du moment historique actuel pour se réinvestir dans les missions qu’ils ont oubliées […] D’abord, écoutons et regardons. Quittons davantage nos bureaux et le commode « journalisme de commentaire » pour aller au-devant de nos concitoyens. Il ne doit plus exister de zone de non-média. Mais surtout, quand nous sommes venus, ne nous contentons plus d’un aller sans retour ! Restons assez longtemps pour comprendre et, surtout, revenons ! Car partir et ne plus revenir, c’est abandonner une deuxième fois.

Il semble que les nouvelles ambitions affichées par le PDG d’Europe 1 rencontrent les mêmes limites, visiblement encore infranchissables dans les grands médias, depuis dix ans que nous étudions le traitement médiatique des élections professionnelles…

Jusqu’à quand ?

Denis Pérais


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/12/silence-mediatique-sur-les-elections-professionnelles-dans-la-fonction-publique.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=154760

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS - REFERENDUM, - FRANCE - DOM-TOM, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS, - SYNDICATS | Commentaires fermés

ÉCOLOGIE ET CRITIQUE DES MÉDIAS – GILLES BALBASTRE

Posté par onsbouge le 12 décembre 2018

black-313636_640-2

ÉCOLOGIE ET CRITIQUE DES MÉDIAS – GILLES BALBASTRE

Co-réalisateur des Nouveaux chiens de garde en 2012 (plus de 200 000 entrées au cinéma), Gilles Balbastre vient de réaliser (avec la CGT énergie) Main basse sur l’énergie (www.mainbassesurlenergie.com), un documentaire sur le mode narratif de la série télévisée des années 60 Les Incorruptibles. Dans ce film en six épisodes, Balbastre enquête sur les énergies renouvelables et fait le lien avec le démantèlement du service public de l’énergie. Dans le second épisode de cet entretien en deux parties, Gilles Balbastre revient sur les événements catastrophiques de cet été 2018 (incendies géants en Suède, en Californie, en Grèce et au Portugal ; effondrement d’un viaduc routier à Gênes, etcetera) et place l’ultralibéralisme comme point commun à ces catastrophes présentées comme des faits divers. Balbastre revient également sur la Marche pour le climat, qui avait eu lieu quelques jours après la démission de Nicolas Hulot – démission annoncée en direct à la radio et qui avait donné lieu à des concertinos de satisfecit chez les fins limiers du Parti de la presse et de l’argent. En fin d’entretien, le réalisateur des Nouveaux chiens de garde (qui prépare la suite de ce film : Ceux qui tiennent la laisse pour laquelle une souscription populaire est lancée : www.ceuxquitiennentlalaisse.info) fait une série de propositions originales pour en finir avec le règne des « médias qui mentent, des patrons qui plastronnent et de la gauche qui capitule ».

Sauvez Le Média : https://www.lemediatv.fr/sauvez-le-me…

Le Média

Ajoutée le 12 déc. 2018


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=153576

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ECOLOGIE - ENVIRONNEMENT, - ENERGIE, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS, - VIDEO | Commentaires fermés

12345...70
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots