« Pousser les Gazaouis au suicide : la politique de l’humiliation », par Ramzy Baroud

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

.

Le taux de suicide est en hausse alarmante à Gaza. Les Gazaouis sont poussés à bout. Le journaliste Ramzy Baroud témoigne.

Palestiniens portant le corps du pêcheur Tawfiq Abu Reala (AFP/File Mahmud Hams)

Muhammad Abed est chauffeur de taxi du village de al-Qarara, près de Khan Younes dans la bande Gaza. Il a 28 ans, mais il n’a pas de dents.

L’absence de traitements et de soins dentaires lui ont coûté la perte de toutes ses dents qui ont pourri et sont tombées, alors qu’il était très jeune. Et il n’a pas eu les moyens de s’acheter un dentier. Ses proches sont venus à la rescousses et ont réussi à réunir quelques centaines de dollars qui ont finalement permis à Muhammad de manger.

Muhammad n’est pourtant pas au chômage. Il travaille 10 H, parfois plus, tous les jours. Le vieux taxi qu’il conduit entre Khan Yunes et Gaza City ne lui appartient pas. Et son salaire quotidien atteint entre 20 à 25 shekels, soit environ 6 euros.

Elever toute une famille, avec 4 enfants, avec un aussi maigre salaire, n’a pas permis à Muhammad de se payer le luxe de se faire soigner les dents ou de se payer un dentier.

Mais aussi étrange que cela puisse paraître, Muhammad a quand même de la chance.

Le chômage à Gaza est l’un des plus élevé au monde, atteignant quelque 44 %. Et ceux qui sont « employés », comme Muhammad, doit quand même lutter pour survivre. Au total, 80 % des Gazaouis sont dépendants de l’aide humanitaire.

En 2015, les Nations Unies avertissaient que Gaza ne serait plus viable en 2020, en raison du manque d’électricité , de l’eau polluée, de l’accaparement par Israel d’une partie importante des terres arables, de l’impossibilité pour les pêcheurs de pêcher, etc…

Le blocus de Gaza se poursuit depuis maintenant 10 ans et la situation continue à se détériorer.

La Croix Rouge a averti en mai dernier qu’une grave crise du secteur de la santé publique en raison de la privation d’électricité. Et ensuite même le gaz pour faire la cuisine s’est mis à manquer.

En février dernier, Israel a restreint de moitié sa fourniture de gaz à la bande de Gaza.

“Les postes d’approvisionnement en gaz pour la cuisine ont arrêté de remplir les bonbonnes de gar, car leurs réservoirs sont vides », a indiqué Mahmoud Shawa, président de l’association des propriétaires d’essence et de gaz.

Il y a 3 mois, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité Palestinienne (AP) à Ramallah, décidait de baisser les salaires de ses dizaines de milliers de fonctionnaires dans la bande de Gaza.
Cet argent jouait un rôle essentiel pour maintenir cette économie vacillante à flots/ Avec la plupart des salariés recevant la moitié, voire moins, de leurs salaires, l’économie de Gaza est mourante.

‘H’ est professeur d’université, et sa femme ‘S’ est médecin. Avec leur 5 enfant, ce couple de la moyenne bourgeoisie vivait une vie assez confortable jusqu’aux premières années du blocus. Maintenant, ils me confient qu’ils doivent faire très attention à chacune de leurs dépenses pour éviter le sort commun à la plupart des Gazaouis.

Le salaire de ’S’ vient de Ramallah. Et elle ne touche maintenant de 350 euros par mois. ’H’ ne touche pas d’argent de l’Autorité Palestinienne, mais son salaire a été réduit de moitié, car un grand nombre d’étudiants n’ont plus les moyens de payer leur frais d’inscription désormais.

Muin, qui vit dans e camp de réfugiés d’ al-Nuseirat Refugee Camp, est dans une situation encore plus critique. En tant qu’enseignant à la retraite, il ne touche que 200 euros par mois, il a du mal à mettre sur la table de quoi nourrir sa famille : avec 4 fils adultes tous au chômage et une épouse qui récupère difficilement d’un AVC et a du mal à marcher, Muin est obligé de faire appel à l’aide humanitaire.

Sans accès à la Cisjordanie en raison du blocus imposé par Israel et pratiquement aucun à l’Egypte, par la frontière de Rafah, Gaza vit ses jours les plus sombres. littéralement. Depuis le 11 juin, Israel a encore réduit sa fourniture d’électricité à la bande de gaza appauvrie, à al demande de l’Autorité Palestinienne d’Abbas.

Le résultat est catastrophique : les foyers ne bénéficient que de 2 à 3 H d’électricité par jour, et même pas à heures fixes.

‘S’ m’explique que sa famille est constamment en alerte. « Quant l’électricité arrive à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, tout le monde doit s’y mettre. Il faut alors recharger toutes les batteries le plus vite possible, mettre le linge en machine à laver, y compris à 3 H du matin ».

Mais les Gazaouis sont des résistants. Ils ont survécu à d’incroyables difficultés pendant des années. Toutefois, les malades atteints de cancers ne peuvent pas survivre, uniquement grâce à leur force de caractère.

Rania, qui vit à Gaza City, et qui a 3 enfants, se bat contre un cancer du sein depuis un an. En l’absence de chimiothérapie à Gaza, elle a effectué le pénible voyage de Gaza à Jérusalem à plusieurs reprises pour y être traitée. Jusqu’à ce qu’israel décide de refuser le passage aux malades en phase terminale et que bon nombre de ces malades en meurent, et que d’autres comme Rania, vivent chaque jour dans l’espoir qu’un miracle va se produire, avant que son cancer se métastase.

Israel et l’Egypte ne sont pas les seuls coupables. L’Autorité Palestinienne à Ramallah utilise le blocus pour faire pression sur son rival, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 10 ans. Le Hamas, de son côté, cherche à s’allier avec son ancien ennemi, Muhammad Dahlan, pour obtenir que le blocus sois allégé du côté de l’Egypte, en échange du poste de responsable des affaires étrangères pour la bande de Gaza.

Dahlan est également un ennemi d’Abbas, lui ayant disputé la direction du Fatah pendant des années. Et la demande d’Abbas à israel, concernant la réduction de l’électricité à Gaza, ainsi que ses propres réductions de salaires, visent à dissuader le Hamas de s’allier à Dahlan.

Les Palestiniens à Gaza souffrent ; ou plutôt, ils sont en train de mourir.

Et penser que les « dirigeants » palestiniens sont en train de resserrer le siège ou de l’instrumentaliser pour obtenir respectivement des concessions politiques, est écoeurant.

Pendant qu’Israel profite de ces rivalités et continue impunément à s’accaparer illégalement la Cisjordanie et Jérusalem, les Palestiniens sont pris au piège d’intérêts personnels minables sur le « contrôle » d’une terre occupée.

Pour Omar Shakir, directeur régional de Human Rights Watch, israel, en privant d’électricité les Gazouis, n’obéit pas à une demande de l’Autorité palestinienne : « israel contrôle toutes les frontière, l’espace aérien, les eaux de Gaza, et a donc une responsabilité qui va bien au-delà de la requête de l’Autorité Palestinienne », estime-t-il.

N’empêche qu’entre l’indifférence d’israel aux appels internationaux à lever le blocus et les jeux de pouvoir pathétiques des Palestiniens, les Gazaouis sont abandonnés, incapables de se déplacer librement ou de vivre selon les normes de vie le plus minimales.

Fatima qui habite à Rafah et qui est âgée de 52 ans, a essayé de se suicider il y a quelques jours. Ses enfants lui ont arraché le couteau avec lequel elle voulait mettre fin à ses jours. Quand j’ai dit à Fatima, qu’elle avait de bonnes raisons de s’accrocher à la vie, elle a étouffé un sanglot et gardé le silence.

Le taux de suicide à Gaza est de plus en plus élevé à Gaza, et le désespoir semble bien être la cause de ce phénomène très alarmant. »

Ramzy Baroud

  • Ramzy Baroud est d’origine palestinienne. il vit aux Etats-Unis où il écrit sur le Moyen-orient depuis une vingtaine d’années. Il a écrit plusieurs livres et a fondé le site alestineChronicle.com.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Maan news Agency

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article13147

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111108

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Gaza : l’Autorité Palestinienne empêche les malades de sortir

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

.

La contribution de l’Autorité Palestinienne à l’étranglement, aux côtés d’Israël et de l’Egypte, de la population de Gaza, ne concerne pas seulement la fourniture d’électricité, mais aussi les malades ayant besoin d’un traitement médical urgent à l’extérieur de leur minuscule territoire, rapporte Haaretz.

Gaza : l’Autorité Palestinienne empêche les malades de sortir dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME erez_grilles-62fa4

Le journaliste du quotidien israélien Jack Khoury écrit ainsi qu’il a recueilli une série de témoignages d’habitants de Gaza affirmant que depuis deux mois, l’Autorité Palestinienne a cessé d’envoyer aux Israéliens les permis exigés par ces derniers pour permettre la sortie de malades gazaouis ayant besoin d’un traitement urgent, que ce soit en Cisjordanie, en Jordanie ou en Israël.

Ces témoignages corroborent les données recueillis par Physicians for Human Rights (PHR, Médecins pour les Droits de l’Homme) : selon les chiffres de cette ONG israélienne, l’Autorité Palestinienne n’a pas payé –aux Israéliens-, les « chèques de sortie » d’au moins 1.600 malades ayant un besoin urgent de soins qu’ils ne peuvent recevoir dans l’enclave assiégée. Cela concerne notamment des enfants et des adultes souffrant de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Plus de 90% des gens qui ont fait une demande au mois de mai sont toujours dans l’attente. Et sur les quelque 120 dossiers adressés quotidiennement au ministère de la Santé à Ramallah, à peine une dizaine ont reçoivent une réponse favorable, écrit Jack Khoury.

Ces chiffres contrastent drastiquement avec ceux de l’année 2016, où l’Autorité délivrait en moyenne 2.000 chèques de sortie par mois, étant entendu que l’Etat israélien, qui essaie de vendre au reste du monde son image de grand humanitaire, n’a jamais sorti un seul shekel pour soigner des Palestiniens.

“On parle à juste titre beaucoup de la crise de l’électricité, mais celle des traitements médicaux est tout aussi dramatique », déclare un responsable de l’ONG.

Aïcha Majdalawi, une jeune fille de 14 ans du camp de réfugiés de Djabaliya, souffre d’une maladie des vaisseaux qui affecte l’irrigation sanguine du foie et de la rate. Depuis 10 ans, sa prise en charge à l’hôpital israélien Ichilov de Tel-Aviv était financée par l’AP. Mais le 21 juin, elle n’a pu aller au rendez-vous, faute de paiement. Un nouveau rendez-vous a été fixé au 31 juillet … si d’ici là, l’Autorité Palestinienne paye le permis.

Une délégation de PHR a pu se rendre la semaine dernière dans la bande de Gaza, pour la première fois depuis le mois de mai.

Les cinq médecins israéliens en faisant partie ont réalisé des interventions chirurgicales à l’hôpital Shifa de Gaza-ville, et à l’Hôpital de Khan Younès. L’équipe a aussi donné des consultations en ambulatoire dans divers dispensaires.

La pénurie de Fentanyl, un antalgique/anesthésique indispensable en chirurgie, menace de conduire à l’arrêt de toutes les opérations dans les hôpitaux publics de la bande de Gaza, s’alarment-ils. Et des médecins palestiniens ont déclaré à leurs collègues israéliens que cette pénurie était due au refus de l’Autorité Palestinienne de transférer le précieux médicament dont il y a des stocks disponibles en Cisjordanie.

« Nous trouvons une situation qui empire à chacun de nos déplacements à Gaza. Il y a plus qu’urgence à transférer à ce territoire des fonds, de l’électricité et des médicaments, et à permettre la libre circulation de ses habitants », commente, désespéré, le Dr Salah Haj Yahya, responsable de la délégation israélienne.

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article13149

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111105

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Appel au secours des centres de santé de Gaza !

Posté par onsbouge le 22 juin 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

.

Ci-dessous le communiqué des hôpitaux privés et centres de santé de la bande de Gaza, qui demandent la levée du blocus de Gaza, pour ne pas assister à l’effondrement complet de leur système de santé.

Appel au secours des centres de santé de Gaza ! dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME hopital_pediatrique_gaza_pas_d_e_lectricite_-4-e5838

COMMUNIQUÉ

« Les conséquences de la détérioration des services de santé sur le territoire de Gaza devient de plus en plus grave, conséquence directe du siège imposé.

Nous manquons de médicaments, de matériel médical, de pièces de rechange pour ces matériels, en raison du blocus et de la fermeture de tous les passages frontaliers.

L’électricité coupée presque tout le temps entraîne un accroissement du coût des carburants qui font marcher les générateurs électriques, indispensables aux hôpitaux et centres de santé.

Ceci se trouve aggravé par la diminution de l’aide extérieure, affectant gravement la qualité des soins offerts aux malades.

Le plus grave reste la pollution des rives et des côtes qui se répercute sur la santé de la population. L’eau de la mer est polluée par les eaux des égouts, en l’absence d’électricité pour assainir ces dernières.

A cela s’ajoutent l’impossibilité de conserver les produits alimentaires, les coupures d’eau et la pollution de l’air, liée à l’utilisation des nombreux générateurs qui fonctionnent au diesel.

Ce spectacle choquant pour l’humanité provoque l’extension d’épidémies et de maladies infectieuses, et menace d’une catastrophe humanitaire toute la société, et notamment ses composantes les plus vulnérables, dont les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, handicapées, et les personnes les plus pauvres et marginalisées.

Cette situation pourrait conduire à l’effondrement complet des services de santé de la bande de Gaza.

Nous les professionnels du secteur de santé privé, lançons un appel urgent à tous les responsables et les personnes concernées à tous les niveaux pour que soit épargné notre système de santé, pris en otage pour des raisons politiques.

Nous demandons à toutes les institutions internationales, à toutes les associations de défense des droits de l’Homme et des libertés, d’assumer leurs responsabilités par rapport aux habitants de la bande de Gaza et à leur droit à la santé garanti par les conventions internationales.

Il faut accentuer la pression pour la levée du blocus, et se mobiliser pour la sauvegarde du système de santé :

L’union des comité d’action sanitaire

Le Croissant Rouge de Gaza

L’Association de Secours médical de Gaza

L’Association des Amis des Malades

Le Programme de Gaza pour la santé mentale

L’association des services publics

L’Hôpital AL WAFA de rééducation

L’hôpital EL KARAMEH des spécialités

Le centre médical SAHBA

L’Hôpital DAR ALSALAM

L’Hôpital privé Arabe

L’Hôpital JAFFA

L’Hôpital koweitien des spécialités

L’Union des Eglises

L’Union des comités de protection de la santé

Le Centre Médical JENIN

L’Association de l’Enfance Blessée

gaza_eau_enfant-5811a gaza dans - DROIT

  • *****************

TEXTE EN ARABE REÇU LE 19 JUIN 2017 :

Ⓜ *||19/6/2017*

  • بيان صحفي صادر عن المؤسسات الصحية الأهلية في قطاع غزة*
  • حول الأزمة الصحية في قطاع غزة*

لقد بات اليوم واقع تردي الخدمات الصحية في قطاع غزة شاهدا للعيان، وباتت الآثار السلبية الناتجة عن حصار قطاع غزة تهدد منظومة العمل الصحي وتطوره… حيث يعاني القطاع الصحي مشاكل نقص الدواء والمستلزمات الطبية وعدم توفر قطع الغيار للأجهزة الطبية، ومنع سفر المرضى لتلقي العلاج بالخارج نتيجة إغلاق المعابر، ومما ضاعف أزمة جميع هذه المشاكل مجتمعة مشكلة انقطاع التيار الكهربائي في معظم ساعات اليوم والذي زاد من فاتورة شراء المحروقات لتشغيل المولدات الكهربائية في المستشفيات والمراكز الصحية،مما أضاف أعباء جديدة على مقدمي الخدمات الصحية وذلك في الوقت الذي نشهد فيه شح الموارد المحلية وضعف المساعدات والمنح الخارجية الداعمة للقطاع الصحي، مما انعكس سلبا على تقديم الخدمات الصحية بمجملها، ولكن أخطر ما في الموضوع اليوم آثار المشكلة على الصحة العامة للسكان حيث نرى تلوث شواطئ بحر غزة بمياه الصرف الصحي وفقدان حفظ الأغذية بالطريقة الصحية السليمة وانقطاع المياه وزيادة تلوث الهواء الناتج عن استخدام مولدات الكهرباء كمصدر بديل للطاقة … إن هذا المشهد الصادم للإنسانية يساعد على انتشار الأوبئة والأمراض المعدية و ينذر بكارثة صحية على جميع أفراد المجتمع وخاصة الأطفال والنساء وكبار السن وأصحاب الاحتياجات الخاصة والفئات الهشة وقد يؤدي في أي لحظة من اللحظات إلى الانهيار التام لمنظومة الخدمات الصحية في قطاع غزة.
إننا في المؤسسات الصحية الأهلية العاملة في قطاع غزة إذ نعاني أيضا من آثار هذا الحصار من قلة الموارد والمساعدات والانقطاع المتواصل للكهرباء مع محدودية الامكانيات، لذا نرسل بنداء استغاثة عاجل جدا لجميع المسئولين والمعنيين على كافة المستويات و نطالب بتحييد القطاع الصحي عن الخلافات و التجاذبات السياسية، وندعو لأن تتحمل جميع الجهات والمؤسسات العربية والدولية والحقوقية وأحرار العالم مسؤولياتهم الكاملة تجاه الحق في الصحة لجميع السكان في قطاع غزة كحق أصيل من حقوق الإنسان كفلته المواثيق والمعاهدات الدولية، وأن تضغط على الاحتلال لفك الحصار الظالم عن قطاع غزة، وأن تعمل بكل جهدها من أجل استمرار الخدمات الصحية المقدمة للمواطنين وخاصة في ظل تردي أوضاعهم المعيشية والاقتصادية و الاجتماعية … وصحة أبناء قطاع غزة في أعناق الجميع.
المؤسسات الصحية الأهلية الموقعة على البيان :
1. اتحاد لجان العمل الصحي 2. جمعية الهلال الأحمر لقطاع غزة
3. جمعية الإغاثة الطبية الفلسطينية 4. جمعية أصدقاء المريض الخيرية
5. برنامج غزة للصحة النفسية 6. جمعية الخدمة العامة
7. مستشفى الوفاء للتأهيل الطبي 8. مستشفى الكرامة التخصصي
9. مجمع الصحابة الطبي 10. مستشفى دار السلام
11. المستشفى الأهلي العربي 12. مستشفى يافا
13. المستشفى الكويتي التخصصي 14. جمعية اتحاد الكنائس
15. اتحاد لجان الرعاية الصحية 16. مركز جنين الطبي
17. جمعية الطفل الجريح

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article13118

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=110588

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Qaraqea : Les prisonniers qui ont fait la grève de la faim présentent des symptômes graves

Posté par onsbouge le 14 juin 2017

black-313636_640-2

ISM-France

.

Palestine occupée – 13 juin 2017

Qaraqea : Les prisonniers qui ont fait la grève de la faim présentent des symptômes graves

Par Palestinian Prisonners Club

La Commission des détenus et des ex-détenus a déclaré dimanche (11 juin) que de nombreux prisonniers qui ont été en grève de la faim illimitée présentent des symptômes graves, et que plusieurs d’entre eux souffrent de dommages cérébraux et de problèmes neurologiques et psychologiques, du fait de la répression et des pressions exercées contre eux qui ont entraîné une importante détérioration de leur santé.

Qaraqea : Les prisonniers qui ont fait la grève de la faim présentent des symptômes graves

La commission a révélé qu’un des prisonniers souffre d’un problème psychologique sérieux, il reste silencieux et fait des mouvements involontaires. Il n’arrive pas à dormir et répète : « je pense que quelqu’un a pris mon cerveau ». Il a des hallucinations et croit qu’il va être kidnappé.

Issa Qaraqea, le directeur de la commission des affaires des détenus et ex-détenus, a déclaré que le gouvernement israélien et l’administration pénitentiaire sont responsables des graves problèmes de santé des prisonniers qui ont fait la grève de la faim pendant 41 jours, comme de toutes les actions brutales et répressives pratiquées contre eux qui ont détérioré leur état.

Qaraqea a demandé que les médecins de la Croix-Rouge internationale examinent les prisonniers qui ont fait la grève de la faim d’un point de vue psychologique et médical, de manière à faire un diagnostic sur leur état.

Qaraqea a ajouté que les prisonniers continuent de vivre dans des conditions sanitaires difficiles et qu’ils souffrent de problèmes de vue et d’équilibre ; il a précisé que les problèmes les plus dangereux dont ils souffrent sont des dommages cérébraux qui nécessitent une intervention immédiate et urgente pour les sauver.

Source : Palestinian Prisonners Club

Traduction : MR pour ISM


Publié par ISM-France
URL  http://www.ism-france.org/communiques/Qaraqea-Les-prisonniers-qui-ont-fait-la-greve-de-la-faim-presentent-des-symptomes-graves-article-20330?ml=true

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=109805

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Choléra au Yémen: plus de 100.000 cas suspects et 789 morts

Posté par onsbouge le 8 juin 2017

black-313636_640-2


jeudi 8 juin 2017

.
Choléra au Yémen: plus de 100.000 cas suspects et 789 morts

 

Choléra au Yémen: plus de 100.000 cas suspects et 789 morts dans - ECLAIRAGE - REFLEXION a3

 

L’épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, a fait 789 morts et plus de 100.000 cas suspects dans ce pays en guerre, a annoncé jeudi l’Organisation mondiale de la santé.
« A ce jour, 101.820 cas suspects de choléra et 789 décès ont été signalés dans 19 provinces » depuis l’apparition de la maladie, le 27 avril, a détaillé un porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic.
Le 19 mai, alors qu’il y avait plus de 23.000 cas suspects, l’OMS avait dit craindre jusqu’à 250.000 cas dans les six mois.
Selon un communiqué publié jeudi par l’ONG Oxfam, actuellement au Yémen, une personne décède chaque heure du choléra.
« Le Yémen est au bord du gouffre », a déclaré le directeur d’Oxfam au Yémen, Sajjad Mohammed Sajid, cité dans le communiqué.
Si l’épidémie n’est pas endiguée, elle va « menacer la vie de milliers de personnes dans les prochains mois », estime l’ONG, qui appelle à un « cessez-le-feu immédiat » pour permettre aux travailleurs humanitaires d’intervenir.
Le choléra est une infection intestinale aiguë due à l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae.
L’épidémie se répand rapidement dans ce pays pauvre de la Péninsule arabique, dont les installations hospitalières et les conditions d’hygiène se sont profondément détériorées en raison de la guerre qui oppose depuis plus de deux ans rebelles et forces loyalistes, soutenues par une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite.
Le conflit au Yémen a fait plus de 8.000 morts et 45.000 blessés depuis deux ans, selon l’ONU. Fin mai, le médiateur de l’ONU avait annoncé devant le Conseil de sécurité qu’aucun progrès n’avait été obtenu pour relancer des négociations de paix ou obtenir un accord sur l’avenir du port de Hodeida (ouest), aux mains des rebelles et par lequel transite le gros des importations du Yémen.

pa1


Publié par
URL  https://assawra.blogspot.fr/2017/06/cholera-au-yemen-plus-de-100000-cas.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=109322

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE, - PRECARITE, - SANTE | Commentaires fermés

12345...72
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots