Hassan Tamimi, hospitalisé après un refus de soin en prison

Posté par onsbouge le 30 mai 2018

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

Comme nous l’avions indiqué dans un article récent, Hassan Tamimi, âgé de 16 ans, et emprisonné depuis maintenant 3 mois, parce qu’il est de la même famille qu’Ahed, était très malade et perdait énormément de poids. Malgré cela, ses geôliers israéliens refusaient de lui donner le moindre traitement ou de l’envoyer à l’hôpital. Il a fallu qu’il tombe dans le coma pour qu’ils l’hospitalisent.

Hassan Tamimi, hospitalisé après un refus de soin en prison dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME hassan_tamimi_hopitalise_-416c0

Sa famille, dont Manal de Nabi Saleh, nous alerte sur son état et nous demande d’intervenir pour qu’il ne soit pas réemprisonné s’il survit.

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article14331
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=139473

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JEUNES ADULTES - ADOLESCENTS - ENFANTS, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Refus de soins pour le jeune Hassan Tamimi, malade et emprisonné par Israel

Posté par onsbouge le 30 mai 2018

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

Hassan Tamimi, âgé de 17 ans, cousin d’Ahed Tamimi, a été arrêté et emprisonné il y a deux mois, dans le cadre des représailles israéliennes contre la famille Tamimi. Alors qu’il est malade, les autorités pénitentiaires lui refusent tout traitement ou transfert à l’hôpital.

Refus de soins pour le jeune Hassan Tamimi, malade et emprisonné par Israel dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME hassan_tamimi-61732

« Il est dans un état critique », alerte Manal Tamimi de Nabi Saleh.

« Hassan souffre d’une grave pénurie de protéines et de sels, et vomit tout ce qu’il mange. Il perd donc beaucoup de poids. »

« Intervenez ! », nous demande Manal.

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article14319&debutencart4=6
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=139441

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JEUNES ADULTES - ADOLESCENTS - ENFANTS, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

Un repas par jour : Des mères yéménites essaient de nourrir leur famille. Par Maggie Michael

Posté par onsbouge le 26 mai 2018

black-313636_640-2

LES CRISES

 

Géopolitique

26.mai.2018 // Les Crises

Un repas par jour : Des mères yéménites essaient de nourrir leur famille. Par Maggie Michael

Un repas par jour : Des mères yéménites essaient de nourrir leur famille. Par Maggie Michael dans - DROIT tags ,

Source : AP News, Maggie Michael, 03-05-2018

1-40-590x393 arabie saoudite dans - ECLAIRAGE - REFLEXION

ADEN, Yémen (AP) – La jeune mère est montée sur la balance pour le médecin. Même avec toutes ses robes noires, elle ne pesait que 84 livres – 38 kilogrammes. Umm Mizrah est enceinte, mais elle meurt de faim pour nourrir ses enfants.

Et son sacrifice n’est peut-être pas suffisant pour les sauver.

Le bureau du médecin est couvert de dizaines de photos de bébés émaciés qui sont passés par l’hôpital Al-Sadaqa à Aden, victimes d’une guerre de trois ans au Yémen qui a laissé des millions de personnes au bord de la famine.

Des mères comme Umm Mizrah sont souvent la seule défense contre la faim qui a tué des milliers de personnes. Elles sautent les repas, dorment pour échapper aux crampes d’estomac. Elles cachent des visages osseux et des corps émaciés sous de volumineuses tuniques abaya noires et des voiles.

Le médecin a demandé à la mère de remonter sur la balance en tenant son fils, Mizrah. À 17 mois, il pesait 5,8 kilogrammes (12,8 livres), soit environ la moitié du poids normal pour son âge.

Il montrait tous les signes d’une « malnutrition aiguë sévère », le stade le plus grave de la faim. Ses jambes et ses pieds étaient enflés, il n’avait pas assez de protéines. Lorsque le médecin a enfoncé un doigt dans la peau de ses pieds, les empreintes ont persisté.

Environ 2,9 millions de femmes et d’enfants souffrent de malnutrition aiguë ; 400 000 autres enfants luttent pour leur vie, dans les mêmes conditions que Mizrah.

Près d’un tiers de la population du Yémen – 8,4 millions sur 29 millions d’habitants – dépend entièrement de l’aide alimentaire sous peine de mourir de faim. Ce nombre a augmenté d’un quart au cours de la dernière année.

2-18-590x393 yémen dans - INGERENCE - HEGEMONIE

Des photographies de nourrissons souffrant de malnutrition grave étaient accrochées au mur du bureau administratif de l’hôpital d’Aden. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Les organismes d’aide préviennent que certaines parties du Yémen pourraient bientôt connaître une mortalité généralisée due à la famine. De plus en plus de gens dépendent d’une aide qui ne parvient déjà pas à atteindre la population. La guerre, vieille de trois ans, traîne interminablement entre les rebelles chiites Houthis du Yémen qui détiennent le nord du pays, et la coalition dirigée par les Saoudiens, armée et soutenue par les États-Unis, qui a cherché à bombarder les rebelles pour les soumettre avec une campagne aérienne implacable en soutien au gouvernement yéménite.

On ne sait pas combien d’entre eux sont morts, car les autorités ne sont pas en mesure de suivre les cas. Save the Children a estimé à la fin de l’année dernière que 50 000 enfants pourraient être morts en 2017 de faim extrême ou de maladie, étant donné que jusqu’à 30 pour cent des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère non traitée meurent.

Le reportage de l’AP sur la guerre au Yémen est financé par une subvention du Pulitzer Center on Crisis Reporting.

« Malheureusement, le Yémen est aujourd’hui considéré comme la plus grande urgence humanitaire au monde », a déclaré Stephen Anderson, directeur du Programme alimentaire mondial au Yémen. Quelque 18 millions de personnes ne savent pas d’où vient leur prochain repas.

Même avant la guerre, la nation la plus pauvre du monde arabe luttait pour se nourrir. C’est un pays de déserts et de montagnes dont les ressources en eau s’amenuisent, où seulement 2 à 4 pour cent des terres sont cultivées, de sorte que la quasi-totalité de sa nourriture et de ses approvisionnements doivent être importés.

La guerre a brisé tout ce qui maintenait le Yémen juste au-dessus de la famine. Les avions de guerre de la coalition ont détruit des hôpitaux, des écoles, des fermes, des usines, des ponts et des routes.

La coalition a également imposé un embargo terrestre, maritime et aérien sur les zones contrôlées par les Houthis, y compris le port de la mer Rouge de Hodeida, qui était le point d’entrée de 70 pour cent des importations du Yémen. Aujourd’hui, il y en a beaucoup moins, car les navires de la coalition au large des côtes ne laissent passer que les navires commerciaux et d’aide inspectés et approuvés par l’ONU, souvent avec des retards.

Les États-Unis apportent un soutien important à la campagne de la coalition, en fournissant des renseignements et des milliards de dollars de munitions ainsi qu’une aide logistique comme le ravitaillement en vol des avions de la coalition. Selon le département d’État américain, Washington a fourni près de 854 millions de dollars pour faire face à la situation humanitaire au Yémen.

Dans de nombreux endroits, il y a de la nourriture sur les marchés, mais les gens n’en ont tout simplement pas les moyens, car les salaires ne sont pas payés, le travail est plus difficile à trouver et la valeur de la monnaie s’est effondrée.

Umm Mizrah et son mari, qui ont trois jeunes filles en plus de Mizrah, mangent généralement un repas par jour, souvent juste du pain et du thé. L’Associated Press l’identifie par le surnom qu’elle utilise souvent – qui signifie « mère de Mizrah » – pour protéger sa vie privée.

Lorsque le médecin d’Aden lui a dit que la malnutrition peut être fatale, elle a tremblé. Les parents se sentaient impuissants. Des brûlures de cigarettes étaient visibles sur le ventre du bébé. Désespéré, le père s’était tourné vers un remède populaire yéménite appelé « maysam », ou « branding » – utiliser les brûlures pour expulser les mauvais esprits.

« Je ne sais pas ce qu’il a au juste », dit-elle tranquillement. « Il était enjoué et allait bien, puis il a commencé à tomber malade et a cessé de s’allaiter et de jouer. »

L’AP a voyagé à travers le sud du Yémen, territoire détenu par le gouvernement soutenu par la coalition, et a visité plusieurs districts parmi les 107 régions du pays que l’ONU met en garde contre le risque de tomber dans la famine.

C’est un paysage de désespoir.

LA MORT PAR LA FAMINE

3-10-590x412 dans - INTERNATIONAL

Un médecin montre sur son téléphone portable une photo de Fadl, un garçon yéménite de 8 mois pris dans ses derniers jours avant de mourir de faim, sur cette photo du 10 février 2018 dans un hôpital de Mocha, au Yémen. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Une vidéo filmée par un médecin montre Fadl, âgé de 8 mois, dans les derniers jours de sa vie.

Le bébé tortille ses jambes de douleur. Il pleure mais il est tellement déshydraté que ses yeux ne peuvent pas produire de larmes. Son ventre est aussi tendu qu’un ballon. Vous pouvez facilement compter les 12 rangées de côtes saillantes sur sa poitrine palpitante. Ses parents désespérés ont plâtré sa tête avec du henné noir, un colorant qui est utilisé comme remède populaire.

Fadl est né dans le désert. Sa mère, Fatma Halabi, était enceinte de huit mois lorsqu’elle et des milliers d’autres ont fui la région autour de son district de Mowza alors que les forces gouvernementales descendaient sur les Houthis.

Séparée de son mari, Halabi a conduit ses quatre enfants et deux chèvres à travers la Grande Vallée, la plaine aride débordant des montagnes vers la ville de Mocha sur la Mer Rouge.

Ces étendues désolées sont historiquement un lieu de mort. Il y a plus de 400 ans, un dirigeant musulman a envoyé de force la quasi-totalité de la population juive du Yémen pour refus de se convertir. Les chroniqueurs disent que les deux tiers d’entre eux sont morts de chaleur et de privation.

Halabi et les enfants se cachaient dans des buissons d’épines pour éviter l’artillerie et les frappes aériennes le long de la ligne de front changeante. Un jour d’avril de l’année dernière, elle est entrée en travail et, seule, a donné naissance à Fadl sous un arbre. Et puis elle s’est évanouie.

Finalement, elle et son mari se sont retrouvés et se sont installés dans une cabane abandonnée dans la vallée.

Parlant de l’intérieur de sa maison de fortune en février, Halabi s’est assise avec une corde autour de sa taille émaciée, sa robe bleue glissant de son épaule osseuse.

Elle a parlé en phrases courtes et épuisées. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle avait mangé ce jour-là, elle a répondu « Bor », le mot arabe local qui signifie farine. « Nous restons patients », dit-elle. « Nous devons nourrir les enfants ». Quand elle a faim, elle s’allonge et essaie de dormir.

Les bébés au Yémen meurent de faim dans l’ombre de la guerre civile

Souvent, elle et son mari mangent un repas le matin et rien avant le lendemain matin.

Incapable d’allaiter Fadl, elle lui a donné du lait de chèvre ou de chamelle, qui manquent des nutriments du lait maternel ou du lait maternel. Le nouveau-né continuait à avoir de la fièvre et de la diarrhée, alors elle a emprunté de l’argent à plusieurs reprises pour l’emmener à l’hôpital de Mocha.

L’hôpital a vu 600 cas de malnutrition au cours des 10 derniers mois, mais il manque tellement de fournitures qu’il n’a même pas d’analgésiques pour soulager les maux de tête, a déclaré un médecin, Abdel-Rehim Ahmed. Il n’a pas de centre d’alimentation thérapeutique. Aucun de ses médecins n’a été formé au traitement de la malnutrition.

Et Mocha se gonfle de 40 000 personnes déplacées.

Si elle n’est pas traitée, la malnutrition prolongée fait perdre à l’organisme son stock de glucides, de graisses et de protéines. Le corps commence à se manger tout seul. Le cerveau lutte pour trouver de l’énergie, le cœur rétrécit et la peau se fendille, exposant le corps à des infections. Les reins et le foie cessent de fonctionner correctement, de sorte que les toxines s’accumulent à l’intérieur du corps, ce qui entraîne un cercle vicieux de maladies.

La dernière visite de Fadl à l’hôpital remonte au 29 novembre. À huit mois, il pesait 2,9 kilogrammes (6 livres), soit le tiers du poids normal. La circonférence de son bras, une mesure courante pour la malnutrition, était de 7 centimètres, moins de 3 pouces. Cela indique une malnutrition aiguë sévère.

4-5-590x393 dans - JEUNES ADULTES - ADOLESCENTS - ENFANTS

Le personnel mesure l’avant-bras de Salima Ahmed Koryat, une fillette yéménite de 6 mois, afin de déterminer si elle souffre de malnutrition à l’hôpital principal de Mocha. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Incapable de payer un séjour à l’hôpital, les parents de Fadl l’ont ramené chez lui.

Il a rendu son dernier souffle peu de temps après dans les bras de sa grand-mère. Ses parents épuisés dormaient par terre. La grand-mère les a réveillés et leur a dit que leur fils était mort.

La seule image de Fadl de sa courte vie de faim et de douleur est la vidéo, prise par le chef du centre de nutrition. Ses parents n’ont pas de téléphone portable ou d’appareil photo.

« Parfois, je me réveille le matin et je me souviens qu’il n’est plus là et que je commence à pleurer », a dit Halabi. « Qui ne pleurerait pas pour ses enfants ? »

« LIBÉRÉ », ET TOUJOURS AFFAMÉ.

Même dans les parties du Yémen qui sont arrachées à la domination des Houthis, la famine persiste – ou s’aggrave.

Fin février, des mères portant des bébés se sont rassemblées au centre nutritionnel de l’hôpital principal d’al-Khoukha, une petite ville sur la mer Rouge, s’attendant à recevoir des lots mensuels de préparations pour nourrissons et de fournitures nutritives.

Elles sont repartis les mains vides.

5-4-590x388 dans - JUSTICE

Des mères et des enfants se pressent dans un centre de traitement de la malnutrition à l’hôpital principal de la ville d’al-Khoukha. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Le centre n’a plus de provisions depuis des semaines. Certaines d’entre elles, couvertes d’abayas noires, ont insisté et ont protesté faiblement. Mais la plupart étaient trop faibles pour se plaindre et s’éloignaient en silence.

Al-Khoukha a été repris aux Houthis en décembre par des forces soutenues par la coalition qui avancent le long de la côte. Entre les mains des rebelles, la ville avait été directement reliée au port de Hodeida, plus au nord, la plus grande porte d’entrée de l’aide internationale au Yémen.

Maintenant coupé du port, aucun ravitaillement n’est venu du sud.

« Nous n’avons pas de vaccins. Il y a des pénuries de médicaments. L’aide a cessé », a déclaré Abdullah Doubala, chef du département de la santé d’al-Khoukha. Le fardeau s’alourdit à mesure que les familles fuyant les combats ailleurs affluent vers al-Khoukha, amenant davantage d’enfants maigres et affamés.

Les médecins estiment que 40 pour cent des enfants de la ville souffrent de malnutrition. Des enfants aux pieds nus remplissent les couloirs du centre, beaucoup sont visiblement émaciés, certains avec le paludisme ou le choléra. Certains peuvent à peine tenir debout.

Galila, âgée de neuf mois, les côtes bien saillantes, les yeux gonflés dans des orbites rétrécies, était assise sur les genoux de sa mère, Aisha.

La petite fille a attrapé le paludisme et a commencé à perdre du poids. Maintenant, elle pèse 4,5 kilogrammes (9,9 livres), comparativement à la moyenne de 6 à 8 kilogrammes (13 à 17 livres) pour une fillette de 9 mois.

Sa mère est aussi minuscule, ravagée par le manque de nourriture pour une famille qui ne cesse de grandir.

Aisha accouche chaque année ; Galila est son 14e enfant. Son mari, bûcheron, ne trouve guère de travail. Même venir à l’hôpital coûte trop cher ; si elle veut venir, elle doit attendre que son frère, qui a une moto, l’emmène.

« Je mange tout ce qui est disponible ou j’attends le lendemain », a dit Aisha. « Un repas une fois par jour. »

La faim des mères se répète encore et encore dans tout le pays ravagé par la guerre.

LA FAIM D’UNE MÈRE

Il n’y a pas que ceux qui sont chassés de chez eux qui souffrent.

Isolés dans une vallée de montagne, les 450 habitants du village de Qibli sont en train de dépérir. Les garçons et les filles qui courent pieds nus dans les chemins de terre sont rabougris.

La plupart des hommes ici sont des soldats, qui n’ont pas été payés depuis des mois, ou des ouvriers agricoles, qui ne trouvent plus de travail.

Tout l’argent qu’ils ont va à la recherche de nourriture. Le marché le plus proche est à 13 kilomètres (8 miles), ce qui signifie payer un prix élevé de l’essence en plus du prix de la nourriture elle-même, qui a doublé au cours de l’année dernière.

Assise sur le sol de sa maison, Sherine a nourri ses deux enfants de morceaux de pain trempés dans des “besbas”, une sauce à la tomate et à l’ail. Elle n’en a pas pris une bouchée pour elle-même.

Sa fille Amal, âgée d’un an, a été diagnostiquée comme souffrant de malnutrition aiguë et ne peut plus se lever.

La famille vit en grande partie de pain et de thé. Son mari fait partie des soldats non rémunérés. Son père, un soldat à la retraite, reçoit toujours une maigre pension, mais l’utilise pour aider tous ses enfants et petits-enfants, une famille de 16 personnes au total.

L’aide n’est pas arrivée à Qibli depuis 2016, selon le volontaire de secours Rashid al-Khoushbi. Seules quatre familles de la région figuraient sur les listes du Programme Alimentaire Mondial pour l’aide alimentaire. La plupart des ménages ici sont considérés comme ayant un soutien de famille masculin, ce qui en fait une priorité moindre.

6-3-590x393 dans - LIBERTES

Sherine est montrée avec ses enfants, Al-Mallah, Yémen. (AP Photo/Nariman El-Mofty)

Dans la ville principale de la région, al-Mallah, les médecins étaient introuvables dans l’hôpital. Personne ne les paie, si bien que beaucoup de collaborateurs ne se présentent pas régulièrement au travail.

Assise dans son lit, Umm Molham était si faible qu’elle pouvait à peine soulever son fils de 13 mois. Lorsque l’AP l’a rencontrée, elle était à l’hôpital depuis trois jours, attendant que quelqu’un l’examine.

Le tout-petit avait vomi, toussait et souffrait de diarrhée. La famille ne peut se permettre de lui donner une formule qu’une fois par jour. Son corps est émacié, ses yeux enfoncés, son ventre.

Sa mère était assise impuissante, le bébé sur ses genoux.

« Elle n’allaite pas », dit son mari, Anwar Said. « Elle ne mange pas bien et n’a pas de lait. »

Umm Molham n’a pas dit un mot, même quand on lui posait des questions, perdue dans son monde intérieur de fragilité et de faim.

Pour un récit de voyage explorant la géographie de la famine dans le sud du Yémen et pour voir de plus près une femme luttant pour nourrir sa famille, ainsi que des séquences vidéo, visitez : https://apimagesblog.com/yemen-dirty-war

Source : AP News, Maggie Michael, 03-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

0-35-590x393 dans - LUTTES

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]


Publié par LES CRISES
URL  https://www.les-crises.fr/un-repas-par-jour-des-meres-yemenites-essaient-de-nourrir-leur-famille-par-maggie-michael/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=139132

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JEUNES ADULTES - ADOLESCENTS - ENFANTS, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - VIDEO | Commentaires fermés

info / aluminium un poison dans nos aliment et les vaccins

Posté par onsbouge le 16 mai 2018

black-313636_640-2

info / aluminium un poison dans nos aliment et les vaccins

wanted info
Ajoutée le 15 mai 2018


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=138270

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - POLITIQUE, - SANTE, - VIDEO | Commentaires fermés

Marée Blanche : les hospitaliers en détresse manifestent à Paris

Posté par onsbouge le 15 mai 2018

black-313636_640-2

Marée Blanche :
les hospitaliers en détresse manifestent à Paris

RT France
Ajoutée le 15 mai 2018

Emmenés par la fédération syndicale SUD Santé Sociaux, solidaire de la Convergence des Hôpitaux en Lutte contre l’Hôstérité, les hospitaliers en colère ont manifesté à Paris pour alerter l’opinion publique sur l’état de leur institution.


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=138201

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS, - VIDEO | Commentaires fermés

12345...86
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots