Gaza : la condamnation à mort des patients atteints de cancer (Vidéo)

Posté par onsbouge le 18 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur  CAPJPO – EuroPalestine

Gaza : la condamnation à mort des patients atteints de cancer (Vidéo)

17 février 2019

Des patients décrivent la mort lente à laquelle les condamne Israel en imposant un blocus qui dure depuis 12 ans, et les prive les patients de médicaments essentiels. En 2018, 1800 malades se sont vu refuser la possibilité de sortir de Gaza pour accéder à une chimiothérapie, contre 700 en 2017, rapporte l’OMS.


TRADUCTION

Une première patiente a pu être opérée d’un cancer du sein à Gaza en 2017

Mais Sabreen Al-Najjar, 40 ans, fait partie des nombreux patients souffrant d’un cancer, que les hopitaux de Gaza ont dû éconduire en raison de la pénurie de médicaments.

« Je viens à l’hopital pour mon traitement, et vraiment je suis désemparée, il n’y a pas de traitement possible. Est-ce ma faute si les médicaments manquent et si on ne peut pas me soigner ? Et il n’y a pas que moi. Beaucoup de patients viennent pour recevoir un traitement, et n’en trouvent absolument aucun. C’est inimaginable. En fait, ils nous condamnent à mort, une mort lente. »

Le médecin :  » Avant qu’Israël nous assiège, il y avait un ministère de la santé qui était matériellement en capacité de nous fournir en médicaments en quantité suffisante, pour assurer les soins et traitements de tous nos patients, que ce soit à Gaza, ou en Cisjordanie. Mais après le blocus implacable qui nous a été imposé il y a maintenant douze ans, beaucoup de médicaments ont fini par manquer dans les h^pitaux publics de Gaza. Israël bloque à son barrage militaire d’Erez, à Beit Hanoun (Nord de la bande de Gaza), les patients qui veulent se rendre en Palestine occupée pour pouvoir suivre leurs traitements. La situation est désastreuse. C’est un grand tourment pour un médecin d’être dans ce désarroi. Trois patients sont venus me solliciter récemment pour un traitement qui n’est plus possible dans nos hôpitaux.

L’un me dit :  » Que dois-je faire, alors ? »

Et je n’avais aucune réponse à lui donner. Et avec la situation économique catastrophique qu’endure tout Gaza, ce patient ne pouvait même pas palier à cette pénurie en allant dans des pharmacies du secteur privé, car les prix y sont exorbitants. La situation est tragique pour tous ces patients, vraiment très dure pour eux. »

Un deuxième patient :  » Pour la première opération, qui devait être une opération du colon, les médecins de l’hopital Al Shifa m’ont dit qu’ils ne pourraient pas m’opérer, car l’hôpital est absolument débordé par des situations de grande urgence, alors que mon état le nécessitait absolument. Ils m’ont dit qu’ils allaient faire en sorte que je reçoive mon traitement en dehors de Gaza, mais les trois fois où j’ai pu remplir les formalités pour partir, eh bien, à chaque fois, on m’a refusé, et je ne sais pas pourquoi. »

Et les rares fois où les patients arrivent à se voir délivrer le permis qui leur donnera accès aux soins requis, en dehors de Gaza, leurs proches parents sont bien souvent dans l’interdiction de les accompagner.

Le père d’une enfant : « Ma fille souffre d’une leucémie, d’un cancer tenace au niveau des ganglions lymphatiques, qui a été diagnostiqué il y a neuf mois maintenant. Elle est en chimiothérapie, dans le cadre du protocole de soins établi par les médecins. C’est un traitement qui est impossible ici, sur place, alors elle le suit dans d’autres hôpitaux, en Israël, en Cisjordanie ou à Jérusalem. Même lorsqu’on l’envoie en Israël, en Cisjordanie et à Jérusalem, on rencontre des difficultés. Vraiment, je ne comprends pas, j’ai fait toutes les démarches dix mois durant, pour que sa mère, ou sa grand-mère, puissent l’accompagner, et on ne fait que m’opposer une fin de non-recevoir. Notre fille doit avoir sa mère à ses côtés, car elle doit passer des tests médicaux tous les jours. Elle doit rester là-bas parfois une vingtaine de jours, voire plus d’un mois, et alors elle se trouve toute seule, avec des gens qui lui sont parfaitement inconnus, qu’elle n’a jamais vus, et en plus, à chaque fois, c’est jamais les mêmes. Elle en souffre beaucoup, et psychologiquement elle en est affectée. Elle me dit :  » Papa, tu me fais partir avec des inconnus ». Elle les voit pour la toute première fois, au barrage militaire d’Erez.

Le médecin : « Les patients de Gaza ont le droit de se voir prodiguer leurs traitements, tout comme n’importe quel autre patient de par le monde. C’est un droit issu du droit international. Les partis politiques peuvent s’affronter comme bon leur semble, mais cela ne doit pas se faire sur le dos des patients (L’autorité Palestinienne fait également de la rétention sur l’envoi de médicaments à Gaza, pour monter la population contre le Hamas. NDLR). Ce sont des vies humaines qui sont en jeu, nous sommes en train de parler de la dignité des patients, nous sommes en train de parler de leur vie, nous sommes en train de parler de leur mort. »

Video réalisée par Akram al-Wa’ra et Nidal al-Waheidi.
(Traduit par Lionel R. Pour CAPJPO-EuroPalestine)
Source : https://electronicintifada.net

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par  CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article15090
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=159634

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - VIDEO | Commentaires fermés

La ministre de la santé Agnès BUZYN ; MENTEUSE

Posté par onsbouge le 18 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur FRONT SYNDICAL DE CLASSE

La ministre de la santé Agnès BUZYN ; MENTEUSE

Publié le 16 février 2019 par FSC

Agnès Buzyn avait déjà était prise en flagrant délit de mensonge dans l’émission d’Elise Lucet  » Envoyé spécial  » en affirmant que la fermeture des maternités n’avait rien à voir avec la recherche exclusive d’économies financières en prétextant du souci de la sécurité des établissements :

http://www.frontsyndical-classe.org/2019/02/fermeture-des-maternites-le-mensonge-de-la-securite.html

********************

SOURCE http://www.sitecommunistes.org/archives/ch599hopital.html

Projet de loi santé :
A. Buzyn veut en finir avec le service public hospitalier

Présenté ce 13 février, en conseil des ministres, ce projet intitulé « ma santé 2022 »comporte à la fois la fermeture d’hôpitaux, la réduction des moyens financiers, la dégradation de la prise en charge des patients. C’est la casse programmée du service public hospitalier pour le livrer au capitalisme.

*Révision de la carte hospitalière: en 2017, 85 hôpitaux publics ont été fermés – entre 2009 et 2016, 8.856 lits d’hospitalisation complète ont été supprimés – entre 1976 et 2016, 60% des lits ont été supprimés en psychiatrie. Le nombre des maternités depuis 20 ans, est passé de 814 à 498, les fermetures continuent aujourd’hui, 35 maternités sont menacées de fermetures. Des femmes ont jusqu’à plus de 60 km à faire pour aller accoucher.

Objectif de la révision de la carte hospitalière : 1 seul hôpital par département. A. Buzyn veut achever le plus vite possible la réalisation de cet objectif commencé déjà par Roselyne Bachelot Ministre de Sarkozy et Marisol Touraine Ministre de Hollande.

Il comporte donc la fermeture des « petits hôpitaux ». La ministre de la santé répète que « qu’il n’y aura aucune fermeture de centres hospitaliers de proximité ». Faux: elle les remplace par des petites structures qui pourront seulement effectuer des radiologies et des analyses biologie, qui n’auront pas de plateaux techniques.

Dire que ce sont des hôpitaux, que c’est pour améliorer l’offre de soins, est une duperie, ce sont à peine ce qu’on a appelé il y a 40 ans des dispensaires. De plus, les patients seront pris en charge soit par des médecins hospitaliers, donc de secteur public, soit par des médecins du secteur privé dont la collaboration dit-on sera encouragée et facilitée. Ce n’est rien d’autre qu’un nouveau recul des moyens de l’hôpital public et pas de plus dans la privatisation du secteur public hospitalier.

La dégradation de la prise en charge des patients, les délais pour passer un examen, pour se faire hospitaliser, se faire opérer, avoir un rendez-vous, le gel des salaires, les arrêts de travail non remplacés, le travail à flux tendu, les soignants sous pression, la saturation des services d’urgence, tout va s’aggraver pour les patients et pour les conditions de travail des personnels hospitaliers.
Financement des hôpitaux publics :

Le gouvernement évalue à 7 millions de plus d’économies annuels générées par sa réforme du financement des hôpitaux publics. Il instaure « le financement forfaitaire ». Le financement des établissements de santé, ne sera plus une rémunération à l’acte mais une rémunération forfaitaire.

Par ex. une rémunération globale sera versée à l’établissement qui aura la charge de la répartir entre l’ensemble des professionnels de santé -publics et/ou libéraux- qui interviendront. La somme sera versée pour solde de tout compte, charge à l’hôpital de faire en sorte que les patients n’aient pas besoin de revenir. En cas de prolongation des actes médicaux, en cas de ré-hospitalisation qui financera ? L’hôpital au risque de faire exploser l’enveloppe ? Le patient qui financera sans être remboursé ?

Ce mode de financement favorisera la sélection des patients qui vont rapporter le plus, ceux qui sont en bon état général, qui ne présenteront pas de risque de complications. Les cas les plus complexes, les traitements les plus longs, les moins rentables seront réservés aux hôpitaux publics

La prise en charge de deux types de pathologies chroniques sera forfaitisée en 2019 : le diabète et l’insuffisance rénale chronique

Les budgets des hôpitaux publics progressent en moyenne deux fois moins vite que l’augmentation spontanée des charges, depuis 2005, 10 milliards d’économie ont été imposés aux hôpitaux publics.

En 2018, le déficit des hôpitaux atteint 1 milliard d’euros. Déficit imputé à une « mauvaise organisation » pour Macron, à une masse salariale trop importante pour A. Buzyn « les hôpitaux ayant des déficits structurels sont liés à des masses salariales trop importantes par rapport à leur activité ».

Le dernier rapport de l’OCDE situe la France à la 11ème place pour les dépenses de santé, et au 26ème rang des 29 pays de l’OCDE pour le salaire des infirmières/infirmiers et des aides-soignant(e)s, en France la rémunération des infirmiers se situe en dessous du salaire moyen.

Réforme des études de médecine

Buzyn et Macron insistent sur la suppression du numérus clausus, mais sont beaucoup plus discret sur la réforme des études, sur l’internat. Actuellement les CHU sont les seuls établissements hospitaliers à former des médecins. Macron a déclaré à plusieurs reprises que les CHU n’étaient plus une structure adaptée, la Cour des Comptes a été chargée d’examiner leur contribution dans le domaine de la recherche médicale et de la formation des médecins. Premier pas pour étendre cette formation au secteur privé ?

Macron veut faire vite pour imposer sa réforme. A. Buzyn annonce qu’il fera l’objet d’une « urgence absolue, ne sera soumis qu’à une seule lecture au Sénat et à l’Assemblée Nationale et que nombre des 23 articles seront adoptés par ordonnance…La loi devra être impérativement adoptée au printemps pour que cette réforme s’applique à la rentrée universitaire 2019 ».

La France a les moyens Les moyens existent pour financer un Service Public de Santé moderne intégrant les avancées scientifiques et techniques et qui permette à tous de se soigner quelle que soit leur situation.

La Santé est un marché fabuleux – la consommation de soins et de bien médicaux étaient déjà évaluée à 198,5 milliards d’euros en 2016 – que le capitalisme veut entièrement dominer. Les mesures contenues dans ce projet poursuivent l’objectif de Macron de modification en profondeur du système de santé français pour le livrer pieds et poings liés aux profits et l’adapter aux exigences du capital.

Il y a des luttes partout dans les hôpitaux La liste des hôpitaux publics en lutte n’a jamais été aussi longue, 1700 mouvements de grèves en 2018 dans les Ehpad, les hôpitaux publics, dans le secteur de la psychiatrie, grèves de la faim des personnels médicaux et paramédicaux, suicides de soignants liés aux conditions de travail.

Il ne faut pas le laisser faire. Le système français de santé, avec la Sécurité Sociale est une conquête du peuple. Il faut développer la lutte de plus en plus forte et ample pour les stopper. Seule la lutte unie des salariés de tous celles et ceux qui sont victimes de cette politique de casse du service public peut les stopper .En même temps la lutte politique contre le capitalisme, abattre le système d’exploitation capitaliste responsable de tous les maux du peuple et de la société est indispensable. Seule la lutte de classe sans compromis ni compromission permettra de construire une société au service du peuple… C’est la perspective que vous propose notre Parti et pour laquelle il combat. Rejoignez-nous dans ce combat.


Publié par  FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2019/02/la-ministre-de-la-sante-agnes-buzyn-menteuse.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=159588

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité

Posté par onsbouge le 15 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur PRCF Initiative Communiste

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité

En 30 ans 2/3 des maternités ont été fermées, 167 000 femmes sont à près d’une heure d’une maternité dans - LUTTES

Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d’Etat
Manifestation 8 novembre 2016 Paris – Photo Initiative Communiste

Dans les campagnes, dans les banlieues, les travailleurs de France le savent, l’euro austérité détruit les services publics un à un. Sous prétexte de rentabilité, et pour mieux les remplacer par des concurrents privatisés, dans la santé, l’éducation, les transports, les télécommunications ou l’énergie, les services publics sont réduits ou fermés.

En 30 ans 2/3 des maternités fermées

Il est un domaine particulièrement frappant, celui de la Santé. Entre 1978 et 2016 le nombre de maternité a été réduit de près de 1400 à moins de 500. Une maternité pour 70 communes. En France, les femmes de 15 à 40 ans sont plus de 10 millions. De une maternité pour 7300 femmes en 1975, la vague d’euro fermeture a fait réduire dramatiquement ce chiffre à 1 maternité pour 20 000 femmes !

2017-10-02-Santé-N°2-566x800 france dans - POLITIQUEC’est ce qu’indique une note de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la Santé (Drees), publiée en 2018 qui souligne que ce tsunami de fermeture de maternité s’est amplifié ces dernières années sous l’effet des euro réformes conduite par les gouvernements de Sarkozy, Hollande et désormais Macron. Elle frappe en premier lieu les établissements hospitaliers publics. A contrario le nombre de cliniques privées reste stable témoins de la privatisation en cours de l’Hôpital.

Le nombre d’hôpitaux public s’est réduit à 1.363 en 2017 contre 1.458 sites en 2013 (-7%). Pour les établissements privés à but non lucratif la baisse aussi est notable : 680 en 2017 contre 712 sites en 2013 (-4%). Mais c’est la stabilité pour les cliniques à but lucratif : 1.001 en 2017 contre 1.022 entités en 2013 (-2%).

index dans - SANTE

Deux fois moins de lits en maternité pour un nombre de naissance stable

En ce qui concerne les maternités, le bilan 2018 des établissements de santé démontre leur raréfaction : 1 369 en 1975, 814 en 1996, 498 en 2016 (une division par deux en vingt ans et par près de 3 en 30 ans). Et le nombre de lits d’obstétrique a lui été “quasiment divisé par deux depuis trente ans”, alors que la natalité “est restée dynamique au cours de toute la période, avec 710 000 à 800 000 naissances par an”. Car les fermetures de maternité ne s’accompagne d’une augmentation du nombre de place pour les femmes enceintes dans les établissements hospitaliers publics restant.

Les conséquences de ces euro réformes visant à privatiser l’hôpital public et réduire l’offre public de soin sont dramatiques. L’étude publiée en janvier par la Drees démontre que 167 000 Françaises (1,5 % de la population) vivent dans un désert obstétrique,, avec peu de sages-femmes et situé “à quarante-cinq minutes ou plus de la maternité la plus proche”. “Cette proportion s’élève à 5,4 % en retenant le seuil à trente minutes”, ajoute l’organisme, soulignant que “le cumul d’une faible accessibilité aux unes [les sages-femmes] et d’un éloignement aux autres [les maternités] peut entraîner des difficultés de suivi de grossesse”.

hopital-austérité-hosterite dans - SERVICES PUBLICS

Dans un département rural comme le lot, en 2018 c’est 17 accouchements qui ont eu lieu sur le bord de la route en raison de la fermeture des maternités de proximités.

Posted by: // 2-lutte des classes et renaissance communiste, articles // février 14, 2019


Publié par  PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/en-30-ans-2-3-des-maternites-ont-ete-fermees-167-000-femmes-sont-a-pres-dune-heure-dune-maternite/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=159338

.
.

« Ce blog est un blog mhttp://onsbouge.unblog.fr/?p=159338ilitant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - LUTTES, - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

France : qui cache la vérité sur les cas d’enfants nés mutilés dans des zones rurales

Posté par onsbouge le 4 février 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur Strategika51

France : qui cache la vérité sur les cas d’enfants nés mutilés dans des zones rurales

par Strategika51

Que cache l’affaire des cas rapportés d’enfants nés mutilés dans des régions rurales de France et pourquoi cette affaire fait-elle l’objet d’un mutisme officiel ?

Pourquoi a t-on censuré ou du moins officiellement reporté sine die la publication de rapports établis par des organismes chargés de la santé publique sur cette affaire ?

Poser de simples questions de bon sens est devenu passible de l’accusation assez commode de « complotisme ». Et les enfants nés sans certains de leurs organes, ils sont conspirationnistes aussi ?

Ou est-ce parce que leurs parents de la France profonde n’ont pas le droit de s’exprimer ?

Si c’est les pesticides ou des rejets chimiques ou des essais secrets près des zones où ces cas ont été rapportés, qui a peur de la vérité ?

Assez de mensonges !

Strategika51 | février 3, 2019 à 5:05 | Catégories : Analysis | URL : https://wp.me/p1wadU-5VC


Publié par Strategika51
URL  https://strategika51.blog/2019/02/03/france-qui-cache-la-verite-sur-les-cas-denfants-nes-mutiles-dans-des-zones-rurales/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=158597

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

DES ARMES CHIMIQUES CONTRE LES GILETS JAUNES ?

Posté par onsbouge le 26 janvier 2019

avatar blog onsbouge

DES ARMES CHIMIQUES CONTRE LES GILETS JAUNES ?

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, les forces de l’ordre n’ont de cesse d’utiliser de manière excessive du gaz lacrymogène face aux manifestants. Le gouvernement a même prévu un diffuseur lacrymogène à l’intérieur des vehicules blindés de la gendarmerie. Troublant, quand on sait que les effets de ce gaz sur le corps humains sur le long terme ne sont pas connus. Alors, est-ce dangereux pour la santé ? Et peut-on parler d’arme chimique utilisée contre les gilets jaunes ? Yanis Mhamdi à enquêté pour Le Media.

Le Média
Ajoutée le 26 janv. 2019


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=157661

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - POLITIQUE, - SANTE, - VIDEO | Commentaires fermés

12345...90
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots