• Accueil
  • > - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF)

A&M #2 – Macron et la sécu…

Posté par onsbouge le 13 mars 2018

black-313636_640-2

A&M #2 – Macron et la sécu…

A&M #2 - Macron et la sécu... dans - ECLAIRAGE - REFLEXION photo
L’Art et La Manière
Ajoutée le 28 oct. 2017

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale de 2018 monte bien que Macron attaque à son tour la protection sociale. Revenons sur ce que c’est : son histoire, ses principes et les différentes remises en cause pour comprendre les enjeux d’un tel débat.

**

**QUELQUES LIENS**

La sécu : des origines à nos jours, par Mathilde Larrère : https://www.youtube.com/watch?v=0IPzn…
Extrait de l’Inculture 5 avec Franck Lepage et Gaël Tangy : « La fiche de paye » : https://www.youtube.com/watch?v=BOUK-…
Le film de Gilles Perret « La Sociale » : http://www.lasociale.fr/


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=132670

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - LUTTES, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF), - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Le 22 mars prochain … et au-delà !

Posté par onsbouge le 10 mars 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

Le 22 mars prochain … et au-delà !

Publié le 9 mars 2018 par FSC

Agents de la Fonction publique, cheminots, usagers, même combat.
Tous ensemble le 22 mars 2018
(VIDEO Fonction publique/Cheminots/Confédération)

Le 22 mars, dans le cadre d’appels intersyndicaux très largement majoritaires, cheminots et agents de la Fonction publique sont appelés à l’action.
Les mobilisations du 22 mars participent du combat d’intérêt général pour l’avenir du service public. Les usagers y ont toute leur place.

Les services publics, la Fonction publique sont le bien commun des citoyen-n-es et des usagers.
C’est ensemble qu’il nous faut les défendre et les développer au service de l’humain, de la solidarité, de l’égalité et de la justice.
C’est dans ce sens que la CGT Fonction publique et des Cheminots vous appelle à participer à toutes les initiatives, mobilisations et manifestations qui seront organisées dans ce sens le 22 Mars prochain et au-delà.

Interviennent dans cette vidéo :

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT des Cheminots
Baptiste Talbot, secrétaire fédéral de la fédération CGT des Services Publics
Mireille Stivala, secrétaire fédérale de la fédération CGT de la santé et de l’action sociale
Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’union générale des fédérations de fonctionnaires


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/03/le-22-mars-prochain.et-au-dela.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=132406

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF), - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS, - SOCIAL, - SYNDICATS, - TRANSPORTS, - VIDEO | Commentaires fermés

Pour la reconquête de la sécurité sociale

Posté par onsbouge le 8 mars 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

Pour la reconquête de la sécurité sociale

Publié le 8 mars 2018 par FSC

Macron veut la casser en mettant gravement en cause son financement par les cotisations sociales et hypocrisie majeure en essayant de faire croire aux salariés que c’est le chemin pour une augmentation des salaires.


Tour de passe passe dans le même temps où il aggrave par ses mesures l’écart entre les revenus du capital et ceux du travail.


Revenons aux principes de la sécu mise en place par Ambroise CROIZAT !

SOURCE : le site confédéral de la CGT


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/03/pour-la-reconquete-de-la-securite-sociale.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=132294

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF), - POLITIQUE, - SANTE, - SERVICES PUBLICS, - SOCIAL, - SYNDICATS, - VIDEO | Commentaires fermés

Retro News rend hommage à Ambroise CROIZAT

Posté par onsbouge le 12 février 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

 

Retro News rend hommage à Ambroise CROIZAT

Publié le 12 février 2018 par FSC

Peu à peu face à la chape de plomb sur l’oeuvre du ministre du travail appuyé par un puissant mouvement de masse impulsé par la CGT la vérité se fait jour !

****************

SOURCE : Retronews

Ambroise Croizat, père de la Sécurité sociale

Publié le 15/01/2018
Auteur: Arnaud Pagès

Ambroise Croizat, ministre du Travail et homme politique à l’origine de la Sécurité sociale en France, dans L’Éclaireur de l’Ain, 1951 – source : RetroNews-BnF

Homme politique membre du Parti Communiste, surnommé le « ministre des Travailleurs », Ambroise Croizat est l’homme à l’origine de la retraite et de la Sécurité sociale.

Né à Briançon en 1901 dans une famille de « métallos », Ambroise Croizat s’engage dans l’action syndicale dès 1914, avant de rejoindre le Parti communiste à l’âge de dix-neuf ans pour en devenir le secrétaire général quelques années plus tard.

Élu député de Paris à l’heure ou Léon Blum devient président du Conseil des ministres, il participe activement à élaborer et faire voter les grands acquis sociaux de la fin des années 1930 : congés payés, semaine de 40 heures, conventions collectives, etc.

Après la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il sera emprisonné à de multiples reprises en raison de son appartenance au Parti communiste, il devient ministre du Travail et de la Sécurité sociale des gouvernements Félix Gouin, Georges Bidault, et Paul Ramadier sous la IVe République.

C’est que dès 1943, à la tête d’une commission de médecins et de militants, il a formalisé, soutenu par le Conseil national de la Résistance, le projet d’une caisse d’indemnisation universelle englobant les frais médicaux, les arrêts de travail et les retraites, et dont le lancement est planifié dès que la guerre sera terminée.

C’est chose faite dès fin 1945, avec la mise en chantier d’une première série, partout en France, de 138 caisses de Sécurité sociale.

Fervent défenseur des humbles et des travailleurs, ses derniers mots à l’Assemblée nationale le 24 octobre 1950, alors qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre et qu’il est rongé par la maladie, sont toujours et encore pour la Sécurité sociale :

« Jamais nous ne tolérerons que soit rogné un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès. »

L’influence de son action au service des Français est cependant à l’époque sous-estimée. Ainsi, pour annoncer sa disparition, le quotidien L’Aube ne publie qu’une courte nécrologie le 12 février, qui résume les étapes de sa carrière sans mentionner les principaux combats qu’il a menés :

«M. Ambroise Croizat, député communiste de la Seine, ancien ministre du Travail et secrétaire général de la fédération des métaux C.G.T. est mort hier matin à l’hôpital de Suresnes, des suites d’une intervention chirurgicale. Il était âgé de quarante-neuf ans…»

Retro News rend hommage à Ambroise CROIZAT dans - EDUCATION... SAVOIR... ob_a8fabb_retro-5

Le 15 février, le son de cloche est tout à fait différent dans les colonnes du journal de la gauche ouvrière L’Émancipateur qui publie une longue tribune intitulée « Hommage des femmes travailleuses à leur bienfaiteur Ambroise Croizat ».

«Notre camarade Ambroise Croizat vient de mourir! Telle est la phrase douloureuse répétée de bouche en bouche dans la journée de lundi par les femmes travailleuses de Bourges.

Cette cruelle réalité apparaît en effet, aux yeux des travailleuses, comme d’autant plus pénible qu’elles savent ce qu’elles doivent à ce grand héros de la classe ouvrière qui, jusqu’à son dernier souffle, a fourni les preuves de fidélité, d’abnégation et de dévouement envers les travailleurs pour le bien-être desquels il a donné jusqu’à sa vie.»

ob_b24a8e_retro-2 FRANCE? dans - FRANCE - DOM-TOM

Organisées par le Parti communiste français, les obsèques d’Ambroise Croizat, qui ont lieu le 17 février, sont à la mesure de l’œuvre qu’il laisse derrière lui.

Un million de personnes accompagnent en silence sa dépouille depuis le siège de la C.G.T. à Montreuil jusqu’au cimetière du Père Lachaise, en présence de nombreux dirigeants politiques et syndicaux, ce « peuple de France qui l’avait aimé et à qui il avait donné le goût de la dignité » comme l’écrira Jean-Pierre Chabrol le 18 février 1951 dans L’Humanité.

Injustement oublié par l’Histoire qui n’a pas retenu son nom, son souvenir restera vivace pour longtemps dans le cœur des militants les plus fervents. Pour conserver son souvenir, L’Émancipateur écrivait, un an après son décès, dans son édition du 21 février 1952 :

«Ambroise Croizat est mort le 11 février 1951. Ce fut un militant modèle, toujours à la tête des travailleurs pour la défense du pain et de la Paix […].

On lui doit l’institution de la Sécurité sociale, des Comités d’Entreprise, l’allocation aux Vieux travailleurs…»

ob_a24c26_retro-4 dans - LUTTES

Aujourd’hui, plus de 60 ans après sa mort, ce personnage central de la lutte syndicale sort peu à peu de l’oubli. Un livre sur son combat intitulé Ambroise Croizat ou l’invention sociale est paru aux éditions GAP.

La Sécurité sociale quant à elle, fidèle à sa mission, soigne toujours et encore chaque année des millions de Français.


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/02/retro-news-rend-hommage-a-ambroise-croizat.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=130221

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - EDUCATION... SAVOIR..., - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF), - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

20 000 accidents du travail dus à la souffrance psychique

Posté par onsbouge le 25 janvier 2018

black-313636_640-2

SANTE ET TRAVAIL

20 000 accidents du travail dus à la souffrance psychique

par Rozenn Le Saint / 24 janvier 2018

Selon un récent bilan présenté par l’Assurance maladie, pas moins de 20 000 cas de maladies psychiques ont été reconnus en accidents du travail, contre seulement 596 indemnisés au titre des maladies professionnelles.

Pour une fois, la Sécu a mis les pieds dans le plat sur l’ampleur des risques psychosociaux au travail. En révélant, le 16 janvier dernier, que 10 000 affections psychiques ont été reconnues comme accident du travail (AT) en 2016, la direction des Risques professionnels (DRP) de l’Assurance maladie a joué la transparence. Dans le rapport Santé travail : enjeux & actions, la DRP va même plus loin, puisqu’elle  estime qu’en ajoutant aux 10 000 cas recensés à partir des certificats médicaux initiaux remplis par les médecins, les déclarations d’accidents du travail remplies par les employeurs et dont les circonstances décrites s’apparentent à des risques psychosociaux, « ce sont quelques 10 000 cas supplémentaires qu’il faut ajouter à ce décompte, soit au total 20 000 AT représentant 3,2 % des accidents du travail ». Un chiffre sans commune mesure avec les seuls 596 cas d’affections psychiques indemnisés par la Sécurité sociale au titre des maladies professionnelles (MP).

Ce grand écart s’explique par la difficulté à faire reconnaître les troubles psychiques en maladies professionnelles, en l’absence de tableau. Face à cet obstacle, les associations de victimes ont adapté leur stratégie, à l’instar de la Fnath (Association des accidentés de la vie), comme le décrit son secrétaire général, Arnaud de Broca : « Nous obtenons plus facilement une reconnaissance en accident du travail qu’en maladie professionnelle, même s’il faut prouver un événement soudain ou une succession d’évènements avec un élément déclencheur tel qu’un entretien annuel d’évaluation ou un échange brutal avec un supérieur ou collègue. De ce fait, nous privilégions cet axe de défense. »

Des maladies reconnues… en cas de suicides

Depuis 2012, les demandes de reconnaissance des affections psychiques sont passées de 200 à 1 100 et devraient « avoisiner 1 500 en 2017 », selon le rapport de la DRP, qui admet avoir validé 70 % des demandes de reconnaissance en AT contre seulement 50 % de celles en MP. Les critères à remplir pour obtenir la reconnaissance en MP, et notamment le taux d’incapacité exigé, sont souvent inatteignables, comme le confirme Michel Lallier, président de l’Association d’aide aux victimes et aux organisations confrontées aux suicides et dépressions professionnelles (ASD-Pro) : « Parmi tous les dossiers dans le secteur privé que nous avons défendus, nous avons seulement obtenu la reconnaissance en maladie professionnelle quand il s’agissait de suicides, avec, forcément, un taux d’incapacité supérieur à 25 % »1, regrette-t-il.

Ce seuil est extrêmement compliqué à atteindre2 via les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (C2RMP), sollicités lorsqu’il n’y a pas de tableau. « Le système de reconnaissance des affections psychiques en maladie professionnelles est inadapté et devrait être amélioré », constate Arnaud de Broca. C’est d’ailleurs l’objet de la proposition de loi sur le burn-out, visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de l’épuisement professionnel, déposé le 20 décembre 2017 par François Ruffin (La France insoumise). Elle sera examinée le mercredi 24 janvier en commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Le médico-social en tête de peloton

De son côté, le rapport de l’Assurance maladie préconise de mettre l’accent sur la prévention pour les secteurs où les salariés sont particulièrement exposés à des AT pour atteintes psychiques, comme le médico-social, qui concentre 18 % des AT reconnus, le transport (15 %) et le commerce de détail (15 %). « Des secteurs qui cumulent difficultés des conditions de travail, réduction de personnel, mais aussi rapports parfois compliqués avec le public », analyse Arnaud de Broca. Ce n’est pas un hasard, aux yeux de Michel Lallier : « Nous parvenons davantage à faire constater des états de stress post-traumatique dans les métiers en lien avec le public, car c’est le rapport avec la clientèle qui est mis en cause, et non l’organisation du travail. » Autres enseignements du rapport : la catégorie socioprofessionnelle la plus touchée par ces accidents est celle des employés et les femmes sont majoritairement concernées, puisque 60 % des cas déclarés en accidents du travail les concernent.

A lire, à voir ailleurs sur le web :
– L’enquête « Silence au bout du fil », de notre journaliste Clotilde de Gastines, accompagnée des dessins de Thierry Bouüaert, dans le n° 18 de La Revue dessinée, hiver 2017-2018.
– Les enquêtes dessinées « Justiciers de l’amiante » et « Police secours », dans le n° 41 de XXI, hiver 2018.
– La page de l’événement « Tout le monde déteste le travail », journée d’échanges organisée samedi 27 janvier par l’Union syndicale Solidaires.


Publié par SANTE ET TRAVAIL
URL  http://www.sante-et-travail.fr/20-000-accidents-du-travail-dus-a-souffrance-psychique
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=128739

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CONDITIONS DE VIE..., - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF), - POLITIQUE, - SANTE | Commentaires fermés

12345...17
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots