Génération action : les jeunes et l’humanitaire des grandes entreprises

Posté par onsbouge le 14 octobre 2018

black-313636_640-2


JRCF

Jeunesse, Médias

Génération action : les jeunes et l’humanitaire des grandes entreprises

14 Octobre 2018

Rédigé par Thibault et publié depuis Overblog

On traite aujourd’hui d’un article “journalistique” publié par la plateforme, célèbre pour certaines jeunes générations, Konbini. Pour ceux qui me lisent sans connaître ce “média”, il s’agit d’un distributeur de contenu type “infotainment” (information-divertissement) opérant exclusivement sur internet, via les réseaux sociaux et un site dédié.

Lire la suite…


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=148199

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - JEUNESSE, - MEDIAS-PRESSE | Commentaires fermés

Mensonges hystériques

Posté par onsbouge le 9 octobre 2018

black-313636_640-2


Strategika 51

Mensonges hystériques

9 octobre 2018

Les réactions hystériques sur le sort prétendu de la province syrienne rebelle d’Idleb ne sont que des manifestations sur commande de médias prébendées et de ce que l’on pourrait qualifier sans gène de « pleureuses professionnelles » payées sur prestation.

Dans les faits, les médias dominants, très sensible à l’attrait des pétrodollars peuvent passer sous silence ou même travestir les faits concernant quelques assassinats-horribles au demeurant-de journalistes en Bulgarie ou en Turquie mais sont toujours en train de hurler quand des terroristes radicaux égorgeurs d’enfants risquent de se faire rattraper par leurs mauvaises actions. Avez vous lu quelque part sur cette presse prétendument libre une quelconque histoire relative aux paris et autres jeux d’argent que des snipers israéliens organisent sur les cadavres en sursis de quelques pauvres civils palestiniens désignés au hasard et de l’humeur du moment ?  Non et vous ne le lirez jamais car les chiens de garde veillent en amont.

  -

Je ne me suis jamais encombré d’un quelconque conformisme, quel que soit le format. Dans un entretien récent, une responsable de l’Union européenne originaire d’un pays germanophone a osé dire que ce qui ce passe en Syrie était une guerre civile que l’Union européenne a ignoré jusqu’à l’apparition de Daech avant de proclamer triomphalement que l’Union européenne a combattu avec succès Daech et que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Il ne manquait que Pangloss et tout est Perfekt.
Et ça ose critiquer la propagande de l’Ex-Union soviétique des années 1955-1986 ? 

Cela devient burlesque et presque ubuesque.

Les médias du Londonistan mangent tous entre les mains des émirs saoudiens. Le reste, c’est à dire ceux du continent sont sous la grâce des financiers du sionisme international. L’étage d’à côté.

La province rebelle d’Idleb est une zone de non-droit où se sont barricadés des dizaines de groupes terroristes armées et des agents des renseignement des puissances hostiles à la Syrie. Les médias de la propagande dominante veulent nous faire croire que ce sont en fait des clones hybrides de mère Teresa en version hollywoodienne (série Z, rubrique Navet kitsch) risquant à tout moment de se faire écraser le faciès par les bombes d’un régime syrien voué aux gémonies de l’enfer terrestre et qui ne veut pas disparaître.

Désolé de rompre avec le chorus mais aux dernières nouvelles, Damas est déterminé à reprendre Idleb par tous les moyens possibles.

Les parasites vont hurler au massacre et au génocide comme d’habitude mais n’est-ce pas là leur habitude établie depuis 1921 ou même un peu plus antérieurement avec les mêmes chiffres par dessus le marché. Sauf que cette fois-ci, il n’y a aucune possibilité de triche :  Idleb compte 2.8 millions d’habitants dont 65 000 combattants et 2200 « conseillers » itinérants anciens adeptes des « Témoins de Jéhovah »…On est encore loin des « six millions de victimes » et en plus il n’est point certains que les détenteurs de la patente commerciale originale iront jusqu’ à tolérer une contre-façon susceptible de mettre à mal leur fond de commerce miraculeux et quasi-éternel.

La messe est dite ! 

Strategika51 | 9 octobre 2018 à 0239 | Catégories : Analysis | URL : https://wp.me/p1wadU-5DM


Publié par Strategika 51
URL  https://strategika51.blog/2018/10/09/mensonges-hysteriques/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=147839

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Skripal: L’Occident a ouvert la saison de la chasse aux GRUes

Posté par onsbouge le 9 octobre 2018

black-313636_640-2


Russie politics

lundi 8 octobre 2018

Skripal: L’Occident a ouvert la saison de la chasse aux GRUes

 

Skripal: L'Occident a ouvert la saison de la chasse aux GRUes dans - ECLAIRAGE - REFLEXION GRU2

 

Nous commençons enfin à comprendre les tenants de cette surprenante affaire Skripal: la stigmatisation des systèmes de renseignement de certains pays. Comme la qualité de « journalistes » est attribuée de manière sélective en fonction de critères peu objectifs, les « autres » entrant automatiquement dans la catégorie « propagandiste », nous voyons que la pratique courante du renseignement développée depuis des siècles par tous les pays, ayant un minimum de conscience politique, devient inacceptable pour certains pays, les non-alignés, dont la Russie, a priori et sans discussion. Le prétexte Skripal prend alors toute sa dimension: une attaque chronométrée, très bien coordonnée, contre la puissance de la Russie. Car la puissance d’un pays dépend tout autant de la qualité de ses hommes politiques, que de son armée et du perfectionnement de son système de renseignement. Celui-ci est sous le feu. La chasse est ouverte. Dans un combat sans règles.

 

La communication de la Russie sur l’affaire Skripal, sans même parler de la vidéo de nos deux compères, n’a pas été de la meilleure qualité – pour différentes raisons. Tout d’abord, personne ne comprenait au départ où voulait en venir la Grande-Bretagne avec cet empoisonnement d’un citoyen russe, avec sa fille en plus, sur son territoire, puis la prolongation et la montée en puissance avec cette fois-ci deux citoyens britanniques. Des accusations lancées en pâture, et cela a pris. La Russie a toujours nié son implication dans cette affaire et il est fort probable, puisqu’il est autorisé d’utiliser cette locution faisons-le, que tel soit le cas (elle est la seule partie dans ce scandale à ne pas y avoir intérêt). Tout comme il est fort probable qu’une opération ait été parfaitement préparée par les Britanniques, conduisant au voyage prévu et suivi d’agents russes sur le territoire britannique.

 

Skripal, comme Bérézovsky, qui lui aussi a connu une mort étrange en Grande-Bretagne, a pu faire savoir qu’il voulait rentrer en Russie (information lancée à un moment donné). Ceci expliquerait aussi le déplacement de sa fille. Et l’attaque contre les deux – ils doivent se taire. Mais ayant survécus et, à la différence de Bérézovsky qui en est mort, il y a de fortes chances que Skripal ait simplement continué son jeu antirusse, voire n’ait jamais été contaminé, puisqu’à la différence de Litvinienko étrangement aucune image d’un Skripal sur lit d’hôpital n’a été diffusé. Si la Russie avait voulu s’en débarrasser, elle aurait pu le faire lors de son arrestation, même simplement en le laissant, par exemple, avaler sa capsule de poison, sans laisser de trace. 

 

Le fait d’avoir nié la présence d’agents sur le territoire et surtout d’avoir impliqué, sans nécessité aucune, le Président dans cette affaire, n’était pas forcément le meilleur choix. Mais qui pouvait savoir à ce moment-là que la saison de la chasse venait d’être ouverte? La faille du renseignement russe est ici, si faille il y a, et non dans toute cette mise en scène de mauvais goût, qui nous est servie par les médias occidentaux.

 

Ces journalistes se comportent comme des propagandistes, rapportent fidèlement la parole de leurs dirigeants, sans aucun esprit critique, sans prendre le risque de l’éthique professionnelle, comme s’ils découvraient que non seulement les Etats avaient des services de renseignements, mais en plus qu’ils … cherchaient des renseignements sur les sujets sensibles à la sécurité nationale. Vraiment, c’est une découverte impressionnante, surtout après tous les scandales qui ont touché les services spéciaux américains et leur pratique courante de l’écoute secrète non seulement des pays « ennemis », mais aussi « amis », comme ce fut le cas de l’écoute des leaders européens. 

 

Ils se comportent aussi comme si personne ne savait que ces services de renseignement se divisaient en deux : la partie légale et connue du « pays d’accueil » et la partie illégale et secrète. 

 

%25D0%25A1%25D0%25BD%25D0%25B8%25D0%25BC%25D0%25BE%25D0%25BA%2B%25D1%258D%25D0%25BA%25D1%2580%25D0%25B0%25D0%25BD%25D0%25B0%2B%2528915%2529 angleterre dans - INTERNATIONAL

 

Et là, à votre avis, si des agents arrivent tranquillement dans un pays étranger, où un représentant de l’ambassade vient les accueillir à l’aéroport, c’est peut-être parce qu’il n’y a rien de secret? Non? Seulement, normalement, selon les coutumes en vigueur, les Etats ne divulguent pas l’identité de ces agents. Puisque lui aussi a de ses agents dans l’autre pays. Or, ici:

Les autorités néerlandaises ont rendu publics les passeports diplomatiques des quatre hommes : Oleg Sotnikov, Alexeï Morenets, Alexeï Minine et Evgueni Serebriakov. Deux des passeports appartiennent à la même série avec juste un chiffre différent, ce qui montre qu’ils pourraient avoir été délivrés spécialement pour cette mission.

Et pour continuer, une base de données a été rendue publique, ce qui est présenté comme une grande défaite du renseignement russe. C’est plutôt une infraction primaire et inconsidérée aux règles historiques en vigueur. Si chaque pays rend public sa liste des espions connus qui travaillent sur son territoire, et elle existe dans tous les pays, c’est la fin du renseignement et un coup dur pour la sécurité nationale des Etats.

 

Maintenant, les arrestations pleuvent, aux Etats-Unis 7 GRU, 4 aux Pays-Bas sont expulsés après que 2 auraient été arrêtés (mais l’on ne sait absolument rien de ce qui s’est ensuite passé, ils auraient même été confondus avec ces super-héros Boshirov/Petrov), ces services du GRU sont accusés de tout, ils sont tout et aucun autre service n’existe en Russie, c’est bien connu. L’Occident en a choisi un qui sonnait bien, le renseignement militaire soit, c’est encore mieux pour relancer une petite guerre froide, plus efficace que bêtement le renseignement extérieur. L’appellation ancienne a été gardée, GRU ça sonne mieux que GUGCh, abréviation qui devrait être employée s’il ne s’agissait pas de communication. 

En plus de l’accusation de ces quatre agents, ils sont au total sept à être poursuivis par la justice américaine pour avoir piraté des instances sportives internationale dont l’Agence mondiale antidopage (AMA), le Comité olympique international (CIO), les Fédérations internationales de football (Fifa) et d’athlétisme (IAAF) ou le Tribunal arbitral du sport (TAS), ainsi que plus d’une trentaine d’instances nationales dont les agences antidopage canadienne et américaine. Ils ont aussi visé le groupe américain Westinghouse, qui fournit notamment du combustible nucléaire aux centrales ukrainiennes. 

Ca ne vous rappelle rien: tous ces anciens scandales de dopage d’Etat non prouvé, où il est toujours demandé à la Russie de reconnaître sans preuve les accusations gratuites de McLaren, où le TAS a rétabli en masse les sportifs russes accusés dans ce rapport, après que finalement, ce Mondial se soit très passé, que l’Agence russe antidopage ait finalement été rétablie au grand dam des Etats-Unis, du Canada et de l’Allemagne qui s’en sont offusqués. 

 

Il paraît aussi selon les Britanniques, tout autant gratuitement, que notamment Fancy Bear, est lié au GRU. Et ce sont eux justement qui ont publié les listes d’athlètes Américains, Allemands, Britanniques et autres Occidentaux ayant accès aux médicaments sur autorisation des autorités sportives internationales. Notamment des substances qui permettent d’augmenter significativement les résultats. 

 

Ca ne ressemble pas à une vengeance, tout ça? En prime. Tant qu’on y est.

 

La Grande-Bretagne, elle, continue à jouer son rôle: le GRU est responsable de la cyber-guerre. Rien moins que ça. Et ce, partout dans le monde. C’est le nouveau Mal absolu, comme dans les comics. Ils nous rejouent avec beaucoup moins de style et de finesse l’Affaire Tournesol, la guerre des agents bordures et syldaves, avec enlèvement, espionnage, hautes technologies. 

 

Le ministre britannique des Affaires étrangères accuse ainsi la Russie de mener des opérations sans foi, ni loi, de se comporter finalement comme des bandits:

Jeremy Hunt, a accusé jeudi les services de renseignement militaire russes (GRU) d’avoir mené des cyberattaques contre des institutions politiques et sportives, des entreprises et des médias à travers le monde. »Ce type de comportement démontre leur désir d’opérer sans tenir compte du droit international ou des normes établies, et d’agir avec un sentiment d’impunité et sans considérer les conséquences »

Cette rhétorique a un arrière-goût de guerre froide qui ne se cache même plus. Quelles conséquences peut-on en tirer? Tout d’abord, c’est le prix à payer pour la Russie pour avoir retrouvé une certaine place à l’international en voulant exister comme centre politique indépendant. Ensuite, et en lien à cela, c’est un des moyens d’affaiblir la Russie, est de couper ses moyens de renseignement, moyens qui sont pourtant utilisés par tous les Etats. Il n’y a donc aucune raison pour que, miraculeusement, d’elle-même, si la Russie se tient tranquille dans son coin, sans régir, pour que cela se calme de soi-même.

 

PS: Je me demande combien d’agents britanniques, américains, hollandais, australiens et autres travaillent légalement en Russie ? Il doit bien y avoir aussi une liste …

 

 

 

Publié par à 11:37

Libellés : , ,


Publié par Russie politics
URL  http://russiepolitics.blogspot.com/2018/10/skripal-loccident-ouvert-la-saison-de.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=147831

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Ahed Tamimi fait la « une » de Vogue

Posté par onsbouge le 8 octobre 2018

black-313636_640-2


CAPJPO – EuroPalestine

C’est une photo de la jeune résistante palestinienne que Vogue Arabia a choisi de mettre en « une » de couverture en ce mois d’octobre.

Ahed Tamimi fait la

“Depuis le 29 juillet, jour de ma libération de prison par Israel, je suis considérée comme un porte-parole de la cause palestinienne, ce qui n’est pas facile, car je n’ai plus d’intimité, et cela fait peser une lourde responsabilité sur mes épaules. Mais je n’ai pas le choix : c’est l’occupation qui me place dans cette position », écrit Ahed dans Vogue.

Elle y décrit ses 8 mois en prison, avec les réveils à 5H30 tous les matins pour compter les prisonnières, puis à 8H pour la fouille des cellules. Pas le droit à des activités extérieures, et interdiction d’organiser des cours collectifs avec les 25 autres détenues comme elle essaya de le faire. Quant aux visites, 45 minutes tous les 2 mois, derrière une vitre, et seulement pour les membres les plus proches de la famille.

Elle parle des plus de 300 autres enfants qui restent derrière les barreaux des geôles de l’occupant.

De Nurhan Awwad, arrêtée à l’âge de 16 ans et condamnée à 13 ans de prison, accusée d’avoir tenté de tuer un soldat. Elle avait assisté à l’exécution de son cousin alors qu’ils se promenaient tous les deux. Elle-même a été blessée par l’armée et hospitalisée. Elle a 18 ans actuellement.

La plus jeune détenue palestinienne, Hadia Arainat, a 16 ans, et est emprisonnée depuis 3 ans. Elle aussi est accusée d’avoir voulu tuer un soldat. Elle a été arrêtée sur le chemin de l’école à Jéricho.

Et je suis moi-même en sursis pendant 5 ans. Ce qui veut dire, qu’ils peuvent m’emprisonner à nouveau à la moindre déclaration que je peux faire et qui ne leur plairait pas.

Je voudrait mener une vie normale, j’aime les vêtements, le maquillage, les glaces, et sortir à Ramallah avec mes copines. J’aimerais aller vivre à St jean D’Acre et me baigner, voir Jérusalem, mais comment pourrais-je être une adolescente « normale » ?
Mais deux parents ont fait de la prison. J’ai vu mon père être emmené par l’armée israélienne alors que j’avais 3 ans. Et mon frère aîné est actuellement en prison aussi.

“Nous réagissons face à l’occupation et je ne vois aucun signe d’amélioration. Au contraire, les colonies prospèrent, il y a de ce fait davantage de checkpoints. Il n’y aura jamais deux Etats. Nous y avons cru avec les accords d’Oslo, mais voyez le résultat !

Et pourtant, nous voulons vivre dans une Palestine Libre ! »

 israel dans - DROITS

Une interview saluée aussi bien par Jewish Voice for Peace que par le Huffington Post, qui a twitté : “Yes Vogue. Yes.”

Mais en Israël, Sacha Rojtman Dratwa, à la tête de « l’Unité de Contre-déligitimation » (une appellation qui ne s’invente pas !) a qualifié l’interview de « nouveau visage de la machine à propagande palestinienne ». Et en matière de propagande, il en connait en rayon !

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://en.vogue.me/fashion/perspectives/ahed-tamimi-palestine-open-letter/

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article14738
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=147799

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROITS, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

« Hollywood propaganda » : la fabrication du consentement au cinéma. Par Laurent Dauré

Posté par onsbouge le 8 octobre 2018

black-313636_640-2


LES CRISES

Médias

8.octobre.2018 // Les Crises

« Hollywood propaganda » : la fabrication du consentement au cinéma. Par Laurent Dauré

« Hollywood propaganda » : la fabrication du consentement au cinéma. Par Laurent Dauré dans - ECLAIRAGE - REFLEXION tags ,

« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. »

 

 

Frankie Boyle, humoriste écossais

La publication d’Hollywood propaganda de Matthew Alford est assurément la bienvenue, tant les travaux récents sur le pouvoir idéologique du cinéma américain sont rares en français, a fortiori quand il est question de la politique étrangère des États-Unis et des guerres qui lui sont consubstantielles. Pour la première fois un ouvrage analyse de façon approfondie et documentée ce soft power au service de l’hégémonie américaine, passant en revue des dizaines de films sortis depuis le début des années 1990.

C’est en 2010 que l’universitaire britannique Matthew Alford publie Reel Power: Hollywood Cinema and American Supremacy (Pluto Press), qui paraît aujourd’hui – enfin ! pourrait-on ajouter – en France sous le titre Hollywood propaganda (Éditions Critiques), avec une préface inédite de l’auteur. Tout amateur de cinéma, quel que soit son degré d’exposition aux produits de l’industrie du divertissement américaine, apprendra beaucoup à la lecture de ce livre qui incite à se montrer plus vigilant à l’égard des somptuosités hollywoodiennes, y compris quand elles se présentent sous un jour humaniste, ou plutôt humanitaire.

Matthew Alford est un spécialiste des médias audiovisuels et des rapports entre pouvoir politique et industrie des loisirs. Dans Hollywood propaganda, il examine aussi bien des superproductions (Avatar, Transformers, Iron Man, Terminator Renaissance, La Chute du Faucon noir, etc.) que des longs-métrages aux budget moins faramineux (Les Rois du désert, Lord of War, La Mémoire dans la peau, Vol 93, Hôtel Rwanda…). Film de guerre, comédie, cinéma d’action, science-fiction, drame politique, l’auteur consacre un chapitre à chacun de ces genres, décortiquant la façon dont les œuvres représentent les actions des États-Unis dans le monde ainsi que leurs autorités civiles et militaires.

Alford applique à Hollywood le « modèle de propagande » exposé par Edward Herman et Noam Chomsky dans leur livre de référence sur les médias La Fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie (Éditions Agone, 2008 ; 1988 pour la première édition en anglais). Il utilise un grand nombre de sources, fournissant quantité de données et de citations éloquentes ; il a par ailleurs lui-même mené des entretiens avec des acteurs du secteur. Le visage du cinéma américain post-guerre froide dévoilé par Hollywood propaganda est loin du mythe séduisant cultivé par les petits soldats de l’impérialisme culturel.

Lire la suite…


Publié par LES CRISES
URL  https://www.les-crises.fr/hollywood-propaganda-la-fabrication-du-consentement-au-cinema-par-laurent-daure/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=147759

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...420
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots