Reprendre les rues commence par les murs

Posté par onsbouge le 16 octobre 2017

 

black-313636_640-2


BLOGYY.net

Reprendre les rues commence par les murs

par · 16/10/2017

Reprendre les rues commence par les murs dans - DROIT 22489702_1833822856928333_7194523062810998218_n

 

22519496_1833822950261657_3273529067932631005_n grèce dans - ECLAIRAGE - REFLEXION

 

22449864_1833823020261650_7968659557314255193_n dans - EUROPE

La semaine dernière, au milieu de la nuit, j’ai participé à une petite opération de ravalement des rues d’Athènes, notamment dans des zones tenues par les identitaires et Aube dorée.

REPRENDRE LES RUES COMMENCE PAR LES MURS

Se retrouver entre compagnons de lutte pour aller virer les lambdas et méandres, détourner les croix gammées et celtiques, est un vrai plaisir. Nos interventions s’agrémentent parfois d’ajouts, de blagues ou de dédicaces, comme ici un petit hommage perso à mes camarades de Rouvikonas (Rubicon) sans cesse poursuivis et sanctionnés pour leurs actions coups de poing contre le pouvoir, mais qui continuent sans relâche.

Dans ces moments là, on a aussi une pensée pour les victimes des fascistes dans ces mêmes rues sombres : inquiétées, agressées, frappées ou poignardées, au prétexte de leur couleur de peau, de leur tenue vestimentaire ou de leur religion.

A cause de quoi, de qui ? A cause de tous ceux qui soufflent sur les braises et attisent la haine contre les migrants, les homos, les juifs, les musulmans et tant d’autres.

C’est pourquoi les petits bobos du racisme newlook en lunettes noires ne valent pas mieux que les brutes néo-nazies, car ils répandent le même poison. Leur propagande mortifère divise pareillement les opprimés, en désignant des boucs-émissaires et en affaiblissant les mobilisations contre les causes réelles.

Le fascisme, même parfumé en Kenzo ou Azzaro, reste du fascisme. La puanteur des cadavres n’est pas loin, elle est juste camouflée.

De même, il est vain d’attendre quelque chose du pouvoir : les fascistes, quels que soient leurs masques, ne sont jamais vraiment inquiétés parce qu’ils sont ses rabatteurs — certains complices, d’autres naïfs — et parfois même ses hommes de mains.

C’est à nous, solidaires et déterminés, de les combattre, de les repousser, de les bloquer, de les ridiculiser, de démonter leurs discours, de dévoiler leurs actes, de dégonfler leurs baudruches, de les repousser aux abords des facs et à la sortie des lycées, dans les usines, les manifs, les quartiers et jusqu’au dernier graffiti.

La moindre affiche non décollée ou non détournée, le moindre tag oublié sur une routes passante est un signe de démission, de lâcheté, d’acceptation. A l’inverse, nos détournements un peu partout dans les villes montrent aux victimes passées ou potentielles qu’elles ne sont pas seules dans l’adversité.

Reprendre les rues commence par les murs.

Yannis Youlountas


Publié par  BLOGYY.net
URL  http://blogyy.net/2017/10/16/reprendre-les-rues-commence-par-les-murs/

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=120097

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - EUROPE, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Quand la Fête de l’Huma invite l’extrême-droite…

Posté par onsbouge le 16 octobre 2017

 

black-313636_640-2


CAPJPO – EuroPalestine

Après l’invitation peu ragoûtante du chanteur Renaud, qui en choqué plus d’un, des protestations s’expriment contre la présence à cette même fête du MAK, mouvement d’extrême droite algérienne kabyle, connu pour ses liens avec l’extrême droite française et israélienne. Ci-dessous la lettre de Boualem Snaoui*, après celle de Bernard Deschamps, député honoraire du Gard.

Quand la Fête de l’Huma invite l’extrême-droite... dans - DATE A RETENIR danny-danon-ferhat-mehenni-et-lyazid-abid-dr-tamurt-11e7d

Monsieur Patrick LE HYARIC , Député européen, Directeur de l’Humanité,

Vous savez certainement que le MAK (mouvement d’extrême droite algérienne kabyle) se vante sur son site d’avoir été invité à la fête de l’Huma. En effet, comment un tel groupe ne tirerait pas une certaine gloire d’avoir réussi à se faufiler dans un rassemblement qui s’honore depuis des décennies d’accueillir les représentants des luttes sociales et des peuples victimes d’oppression.

Je ne trouve pas de qualificatif pour exprimer ma totale désapprobation d’une telle initiative, laquelle constitue sans aucun doute, une contradiction avec l’histoire et les engagements anticolonialistes des militants du PCF. Cette initiative, dénoncée d’ailleurs par beaucoup de militants présents à la Fête de l’Humanité, dont le député honoraire du Gard Bernard Deschamps, est en contradiction avec la mémoire des victimes de la répression du métro Charonne, ou des guillotinés pour l’indépendance de l’Algérie. On ne peut pas tourner le dos à la mémoire de Henri Alleg, Maurice Audin, de Jacqueline Guerroudj, d’Eveline Safir Lavalette, Fernand Iveton, Henri Maillot, Frantz Fanon, et tous les autres (qu’ils m’excusent de ne pouvoir toutes et tous les citer) militants attachés à la lutte contre les injustices et l’oppression.

Comment un mouvement d’extrême-droite qui revendique, entre autres, par la bouche de son leader Ferhat M’henni, son engagement pour le « droit du sang » a pu s’installer au sein de la fête de l’Humanité ? Ce sont des questions qui perturbent beaucoup de militants du PCF mais aussi du FDG.

Bernard Deschamps, député honoraire du Gard, dans le courrier de protestation qu’il vous a adressé en date du 25 septembre 2017, a eu le courage d’appeler « un chat, un chat » : Oui, Ferhat M’henni et sa mouvance du MAK, sont bien d’extrême-droite, et il n y a aucun doute là-dessus.

Sur la déstabilisation de l’Algérie, que Bernard Deschamps rapporte, c’est Ferhat M’henni lui-même qui le revendique, notamment à travers l’évocation d’une « entreprise à la libyenne » qu’il a exposée au député néoconservateur Eric Raoult.

Dans ce débat, qui est désormais public, je trouve l’argumentation développée par Rosa Moussaoui, journaliste à l’Humanité.fr, irrecevable, voir même révoltante. Par quel miracle peut-elle dissocier cette « mouvance politique » de l’extrême droite française et israélienne ? Ignore t-elle les liens, que revendique ce groupe, avec « Riposte Laïque », Robert Ménard, Eric Zemmour, BHL, Eric Raoult, Valérie Boyer, le CRIF, UPJF, Jacques Kupfer, chargé des relations internationales du LIKOUD, Danny Danon, l’un des collaborateurs parmi les plus brutaux de Netanyahou, etc. ???

Dans un article récent, intitulé « Valls poursuit sa dérivé droitière », le journal l’Humanité.fr a dénoncé, à juste titre, le rapprochement de Manuels Valls avec l’extrême droite israélienne. Pour Rosa Moussaoui, qui parait ne pas être à une contradiction près, cette dénonciation semble ne pas devoir s’appliquer à cette mouvance réactionnaire qu’est le MAK.

Je ne veux pas croire, un seul instant que la promotion de cette organisation réactionnaire, qui revendique son soutien au colonialisme israélien, et dont le leader menace impunément en France et publiquement les « Kabyles » qui ne s’alignent pas sous son diktat, relève d’une volonté politique délibérée. Comment peut-on accueillir à la fête de l’Humanité, celui qui traite les pays africains de « déchet » ?

mak_les_pays_africains_sont_un_de_chet-ea35a algérie dans - FRANCE - DOM-TOM

Je refuse l’assignation identitaire (d’ici comme d’ailleurs), dans laquelle ce groupe extrémiste et ses promoteurs, tentent de nous enfermer. Cette manipulation politico-religieuse relève de la stratégie coloniale, comme le décrivent, entre autre, Vincent Geisser et Aziz Zemouri dans leur excellent article « la renaissance du mythe Kabyle » publié le 20 mars 2007.

Par avance, merci pour tout l’intérêt que vous porterez aux interrogations d’un « kabyle », franco-algérien, véhiculant des valeurs internationalistes et qui n’a pas troqué la « lutte des classes au profit de la lutte des races ».

Boualem SNAOUI,

Militant syndical, associatif et politique.

Candidat élection européenne 2014, liste FDG – Ile de France.

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par  CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article13520

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=120070

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - FRANCE - DOM-TOM, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Tous ensemble à Lannemezan samedi 21 octobre

Posté par onsbouge le 15 octobre 2017

 

black-313636_640-2


LIBEREZ GEORGES ABDALLAH
 

Tous ensemble à Lannemezan samedi 21 octobre

Posted on 15 octobre 2017 in Mobilisation

Tous ensemble à Lannemezan samedi 21 octobre dans - DATE A RETENIR 21-octobre-2017-620x264

Georges Ibrahim Abdallah entrera le 24 octobre dans sa 34e année de détention !

Arrêté en 1984, puis condamné à perpétuité pour complicité dans des actes de résistance revendiqués par les FARL, alors que son pays était occupé par les troupes sionistes, notre camarade Georges Ibrahim Abdallah, âgé de 33 ans lors de son arrestation, aura passé autant d’années dedans que dehors, sans jamais renier son engagement politique.

Que toutes celles et ceux qui comme nous, sont aux côtés des peuples en lutte, au côté de la résistance palestinienne, qui combattent le capitalisme, l’impérialisme, le sionisme, le colonialisme, se joignent à nous dans l’exigence de sa libération.

Venez nombreux et nombreuses samedi prochain, devant la prison de Lannemezan (Hautes Pyrénées).

La manifestation partira de la gare à 14h pour aller devant la prison.

Cars et covoiturage partiront de Paris, Toulouse, Marseille, Pau, Tarbes…et d’autres villes encore.

A Paris, rendez-vous vendredi 20 octobre, à 21h, au pied de la statue de la République, pour un départ en car à 22h. Retour à Paris dimanche vers 6h.

Vous n’avez pas encore réservé votre place ? Faites-le vite !

Contact : campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com


Publié par  LIBEREZ GEORGES ABDALLAH
URL  http://liberonsgeorges.samizdat.net/mobilisation/ensemble-a-lannemezan-samedi-21-octobre/

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=120037

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Il y a trente ans, les impérialistes assassinent Thomas Sankara et plongent le Burkina dans des décennies de dictature !

Posté par onsbouge le 15 octobre 2017

 

black-313636_640-2


PRCF Initiative Communiste

Il y a trente ans, les impérialistes assassinent Thomas Sankara et plongent le Burkina dans des décennies de dictature !

Il y a trente ans, les impérialistes assassinent Thomas Sankara et plongent le Burkina dans des décennies de dictature ! dans - EDUCATION... SAVOIR...

Après 4 ans de progrès tout azimut, menaçant la domination impérialiste sur l’Afrique et le néocolonialisme de la France Afrique sur le Burkina, Thomas Sankara, jeune dirigeant du Burkina Faos est assassiné, un coup d’état soutenu par la France stoppe ainis net les progrès du pays. Le Burkina Faso 30 ans plus tard est l’un des pays les plus pauvres du monde, un pays mis en coupe réglée par des decennies de dictature de Blaise Compaoré, l’homme de main de la Francafrique à Ouagadougou. Chassé par une insurection populaire en 2014, Compaoré est réfugié en Cote d’Ivoire, un pays dirigé par Ouatara, ex directeur adjoint du FMI est placé à la tête du pays après une intervention militaire de la France. La famille et les héritiers politiques de Thomas Sankara attendent de voir Compaoré rendre des comptes pour l’assassinat, en 1987, de l’ancien dirigeant du Burkina Faso ; les supporteurs de Laurent Gbagbo rêvent de le voir jugé pour son implication dans la crise ivoirienne ; des victimes de la guerre en Sierra Leone aimeraient qu’il s’explique sur son soutien à la rébellion qui les a martyrisés.

Thomas Sankara: Le révolutionnaire communiste Africain

 burkina faso dans - HISTOIRE
Sur , par Pierre Olivier Poyard pour www.initiative-communiste.fr

Qu’est-ce qu’un communiste ?

Le terme de communiste est aujourd’hui galvaudé, vu les renégats, rejetons du réformisme, qui s’en réclament (HUE, GAYSSOT). Thomas SANKARA, président du Burkina-Faso (la Haute-Volta) de 1983 à 1987, héros et martyr de la jeunesse africaine, nous donne lui une idée plus claire et plus distincte du communiste, celle du marxiste-léniniste.

Le ML ne veut rien de très compliqué:

« Notre révolution n’aura de valeur que si nous pouvons dire que les Burkinabè sont un peu plus heureux »:

la révolution c’est le bonheur. La conquête du pouvoir n’a pas d’autre but que celui d’une vie meilleure, réponse des masses laborieuses exploitées aux crimes du capitalisme impérialiste. Le communiste porte cet espoir des masses: c’est leur héros.

Le ML est incorruptible:

« Terreur et vertu », il va jusqu’au bout. Jusqu’à la mort s’il le faut: de héros il devient martyr. SANKARA fut sacrifié le 15 octobre 1987 aux vautours de la « Françafrique », lors d’un complot compromettant des responsables français (Chirac, Foccart, Mitterrand, Penne), des dictateurs africains (Houphouët-Boigny, Eyadema, Kadhafi), des services secrets, des réseaux maffieux (dont l’IS, l’Internationale Socialiste), des mercenaires (Charles Taylor) autour du traître corrompu Blaise Compaoré, aujourd’hui président milliardaire du Burkina et ami de la France bourgeoise.

Le ML s’approprie l’histoire de l’émancipation humaine et en tire les leçons nécessaires.

A l’école de Marx et Lénine, SANKARA a appliqué, en leader charismatique mais démocrate, par le centralisme démocratique, les principes du communisme: lutte contre les ennemis de classe (« le capitalisme international (…), le bourgeois en Haute-Volta »), contre l’impérialisme (lire le discours sur la dette à Addis-Abeba en juillet 1987); internationalisme avec le Nicaragua, Cuba (« une révolution-soeur »), la Palestine, les militants noirs d’Amérique (« notre maison blanche se trouve dans le Harlem noir »); organisation de la jeunesse par « les pionniers développement du secteur public nationalisé et du travail des fonctionnaires sous contrôle des CDR (Comité de Défense de la Révolution) sans nouvelle classe privilégiée; planification économique par le CNR (Conseil National de la Révolution) de grandes campagnes populaires et volontaristes (comme « la bataille du rail ») ou patriotiques (produisons et consommons Burkinabè) basées sur la mobilisation des masses. Souvent à l’avant-garde: écologiste (campagne de verdissement du sahel) et féministe (journée des hommes au marché), SANKARA le communiste africain avait 20 ans d’avance.

Le ML organise la mobilisation populaire de masse, base de toute révolution: comités de sans-culottes en 1789, soviets en 1917; au Burkina, les CDR, lieux de pouvoir populaire, remplacent police, justice et armée: c’est le peuple en arme. « Nous affirmer marxiste-léniniste… c’est quelque chose qu’il faut mériter. »: plus que tout autre, SANKARA le méritait, cet africain exemple pour les révolutionnaires du monde entier.

Pour en savoir plus:

Bruno Jaffré, Biographie de Thomas SANKARA: La patrie ou la mort…, l’Harmattan, 2008;  www.thomassankara.net

Pierre Olivier Poyard

Le documentaire : Capitaine Thomas Sankara

http://www.capitainethomassankara.net/

.


Publié par  PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/y-a-trente-ans-imperialistes-assassinent-thomas-sankara-plongent-burkina-decennies-de-dictature/

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=120029

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - EDUCATION... SAVOIR..., - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

1917-2017 (II). L’étincelle d’Octobre – par Bruno Guigue

Posté par onsbouge le 15 octobre 2017

 

black-313636_640-2


PRCF Initiative Communiste

1917-2017 (II). L’étincelle d’Octobre – par Bruno Guigue

1917-2017 (II). L’étincelle d’Octobre – par Bruno Guigue dans - BILLET - DERISION - HUMOUR - MORALE

En 1916, Lénine publia ses fameuses Thèses sur le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, sans doute l’un de ses textes les plus féconds. La lutte pour l’émancipation nationale distrait le prolétariat de la socialiste, lui disent ses camarades. Lénine leur répond que le socialisme signifie la lutte contre toute forme d’oppression, y compris l’oppression nationale. À rebours de l’orthodoxie socialiste, il prend au sérieux la question de l’autodétermination nationale, récusant un internationalisme abstrait.

Là où ses camarades voyaient un combat d’arrière-garde, Lénine, en effet, perçut un enjeu révolutionnaire. L’affirmation du droit à l’autodétermination a pour vertu d’éduquer la classe ouvrière de la nation dominante, elle l’immunise contre la tentation du chauvinisme, elle préserve les chances de l’union entre les nations de l’ex-Empire russe. Cette clairvoyance valut au bolchevisme l’adhésion des mouvements nationaux et lui conféra une aura sans précédent dans l’Empire des Tsars, cette « prison des peuples ».

On ne comprend pas la révolution d’Octobre si l’on oublie ce défi lancé par Lénine à la domination coloniale, cet appel à la révolte contre des puissances soi-disant civilisées qui « déchaînaient des guerres qu’on ne considérait pas comme telles parce qu’elles n’étaient souvent que des carnages, à une époque où les armées impérialistes d’Europe et d’Amérique, pourvues des moyens d’extermination les plus perfectionnés, massacraient les habitants sans armes et sans défense des pays coloniaux ».

Les ennemis du bolchevisme ne s’y sont pas trompé. Le publiciste américain Lothrop Stoddard l’accuse de « stimuler la marée montante des peuples de couleur » en s’alliant avec eux contre l’Occident. Pour lui, le bolchevique est « le renégat, le traître à l’intérieur de notre camp, prêt à vendre la citadelle », il est « l’ennemi mortel de la civilisation et de la race ». L’essayiste allemand Oswald Spengler dénonce à son tour « la haine enflammée contre l’Europe et l’humanité blanche » qui animerait le bolchevisme, accusation recyclée, plus tard, dans les diatribes nazies contre la « barbarie asiatique » des Slaves, ces « races inférieures » qui seraient vouées à céder la place à la « race aryenne ».

 dans - EDUCATION... SAVOIR...

Ces idéologues racistes et réactionnaires ont vu juste : le bolchevisme veut régler son compte à la domination coloniale. Après le coup d’envoi de 1917, l’offensive principale du prolétariat devait se dérouler à l’Ouest. L’agonie de la révolution allemande ayant dissipé cette illusion, Lénine en déplace l’axe géographique et prophétise son irruption au Sud. « On continue à considérer le mouvement dans les pays coloniaux, comme un mouvement national insignifiant et parfaitement pacifique. Il n’en est rien. Dès le début du XXème siècle, de profonds changements se sont produits, des centaines de millions d’hommes, en fait l’immense majorité de la population du globe, agissent à présent comme des facteurs révolutionnaires actifs et indépendants »

À peine créée, l’Internationale communiste appelle à la révolte les peuples colonisés. En 1919, elle réunit à Bakou le « congrès des peuples de l’Orient ». Turcs, Iraniens, Géorgiens, Arméniens, Indiens, Chinois, Kurdes et Arabes s’y retrouvent. Le cataclysme de la guerre a sorti les peuples de leur torpeur séculaire, il a mis à nu les sordides rivalités entre puissances occidentales. Bakou inaugure un processus de libération qui connaîtra bien des péripéties mais sera irrésistible. À défaut d’un embrasement européen dont la perspective s’est évanouie, le communisme privilégie, dans la propagation de l’incendie révolutionnaire, la combustion lente des immensités asiatiques.

Revanche d’une révolution assiégée, l’onde de choc planétaire d’Octobre 17 a balayé bien des citadelles qui se croyaient imprenables. Prise en étau par quatorze puissances étrangères jusqu’en 1921, la Russie soviétique a triomphé des armées blanches. L’URSS a vaincu le nazisme au prix de 25 millions de morts, l’Armée rouge causant 90% des pertes allemandes de la Seconde Guerre mondiale. Les communistes chinois de Mao Ze Dong rétablirent l’unité et l’indépendance du pays le plus peuplé de la planète. Les communistes vietnamiens infligèrent à la puissance coloniale française et à l’envahisseur impérialiste une humiliation sans précédent. En les aidant, l’URSS joua un rôle décisif dans la décolonisation de l’Asie.

Condamnant la diplomatie secrète et les tractations menées dans le dos des peuples, la jeune république des soviets dénonça en 1917 les accords Sykes-Picot et révéla le scandale de la « Déclaration Balfour ». On le souligne rarement, mais c’est grâce à Lénine que les Arabes découvrirent que l’Empire britannique livra la Palestine aux sionistes. Bien qu’elle reconnût l’État d’Israël en 1948, l’URSS appuya les nationalistes arabes face à l’agresseur en 1956, 1967 et 1973. Elle soutint la lutte pour les indépendances africaines, apporta son aide à Cuba face à l’agression US et donna le coup de grâce au régime d’apartheid en fournissant un appui décisif à l’ANC.

À l’intérieur de ses frontières, l’URSS était tout sauf un « empire colonial ». C’est Lénine qui choisit le nom d’« URSS » pour désigner le nouvel État multi-ethnique fondé en 1922. Se méfiant du « chauvinisme grand-russien », il fit appel à des géographes et à des linguistes pour établir la liste des peuples concernés. On recensa 172 nationalités sur une base linguistique, et certaines furent dotées d’une écriture. Aucune discrimination légale ne frappa les populations des anciennes colonies, favorisées au contraire par la promotion d’élites nationales. Exaltant l’unité du « peuple soviétique », l’idéologie officielle fournissait à la fois un antidote au chauvinisme russe et un stimulant aux identités nationales.

Loin d’être « impérialiste », le système soviétique organisa un transfert de richesses du centre vers la périphérie. Cette politique eut un résultat paradoxal : malgré l’extrême dureté de la période stalinienne, et en dépit du bureaucratisme qui gangrenait le système, l’URSS a joué le rôle d’un incubateur d’États-nations. Le soviétisme a favorisé l’émergence – ou la réémergence – de nations oubliées, il a créé les conditions d’une renaissance culturelle impossible sous le régime tsariste. Les circonstances de la dissolution de l’URSS en témoignent. Sonnant le glas d’un système à bout de souffle – et exténué par la course aux armements -, cette dissolution eut lieu sans effusion de sang. Chaque peuple a repris sa liberté, conformément à un droit à l’autodétermination proclamé par Lénine en 1916.


Le centenaire de la révolution d’octobre, c’est le 4 novembre à Paris, inscription en ligne et sur place sur www.initiative-communiste.fr

 dans - HISTOIRE


Publié par  PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/1917-2017-ii-letincelle-doctobre-bruno-guigue/

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=120024

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - BILLET - DERISION - HUMOUR - MORALE, - EDUCATION... SAVOIR..., - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...857
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots