Palestine. La flottille pour Gaza empêchée d’accoster à Paris (vidéos)

Posté par onsbouge le 19 juin 2018

black-313636_640-2

ISM-France

Paris – 18 juin 2018

Palestine. La flottille pour Gaza empêchée d’accoster à Paris (vidéos)

Par Pierre Barbancey

Deux bateaux, membres de la flottille qui compte tenter de briser le blocus de Gaza, la Falestine et la Mairead, devaient accoster, hier, sur un quai de Seine à Paris. «Devaient» car la préfecture – donc le gouvernement et l’Élysée – en a décidé autrement. Arrivés sans encombre à Asnières, les deux navires ont d’abord embarqué deux élus, les conseillers de Paris Raphaëlle Primet (PCF) et Jérôme Gleizes (Verts), avant de poursuivre. Claude Léostic, responsable de la plateforme des ONG pour la Palestine, était également à bord. À l’écluse de Suresnes, surprise, la brigade fluviale de la police les attendait. Les contrôles tatillons se sont d’abord multipliés avec un zèle rare. Des plongeurs sous-marins étaient même prêts à intervenir.

Palestine. La flottille pour Gaza empêchée d’accoster à Paris (vidéos)

La flottille encadrée par la brigade fluviale de Paris (photo Christine Jorelle)

Pourquoi ? Nul ne le sait puisque le but était clair : populariser ce voyage qui ne visait qu’à défendre le peuple palestinien soumis à un blocus inhumain depuis plus de onze ans maintenant et de s’intéresser plus particulièrement au sort des pêcheurs de Gaza particulièrement visés par la marine israélienne. Alors que les accords d’Oslo prévoyaient une zone de pêche à 20  milles marins des côtes, soit 36 kilomètres, Israël n’a eu de cesse de la réduire. Les pêcheurs gazaouis sont maintenant confinés à 3 milles marins, soit 5,4 kilomètres. Trop près pour trouver une mer suffisamment poissonneuse.

Les bateaux encadrés de Zodiac de la police

Les ordres de la préfecture ont d’abord été une interdiction pour les bateaux de traverser Paris avec des banderoles pour Gaza et des drapeaux palestiniens déployés. Puis, il a été notifié aux commandants des deux embarcations qu’ils ne pourraient pas accoster.

Au même moment, sur le quai devant le jardin Tino-Rossi, en contrebas de l’Institut du monde arabe (IMA), des dizaines de personnes se rassemblaient pour accueillir comme il se doit les bateaux et apporter leur soutien à l’opération. Elles étaient pratiquement encerclées par des policiers style Robocop – si l’un d’entre eux, lourdement harnaché, tombait dans la Seine, il était fort à parier qu’il aurait coulé aussitôt. Surprise, quand enfin les bateaux étaient en vue, ils étaient encadrés de Zodiac de la police les poussant le plus possible vers le milieu du fleuve. Selon un des membres de l’équipage de la flottille, les policiers s’amusaient même à faire le plus de vagues possible pour les faire gîter un peu plus, voire les mouiller.

Sur le quai, donc, les slogans ont commencé à jaillir. En soutien à Gaza et à la flottille, mais également pour dénoncer l’attitude du gouvernement français. L’ambassade d’Israël fait pression depuis des jours pour obtenir l’interdiction de cette traversée de Paris. Ce fut déjà le cas à La Rochelle, pour un bateau qui va rejoindre la Méditerranée via le détroit de Gibraltar. L’attitude d’Emmanuel Macron n’est guère étonnante, moins de deux semaines après avoir reçu Benyamin Netanyahou en grande pompe.

Ce qu’a d’ailleurs dénoncé Camille Lainé, secrétaire générale des Jeunes communistes, qui a pris la parole et appelé à des sanctions de la part de la France contre Israël. Le député FI Éric Coquerel, tout comme la sénatrice Verts Esther Benbassa étaient également présents pour dénoncer la politique israélienne et l’attitude française.

Tous les bateaux de la flottille doivent maintenant se retrouver en Méditerranée, comme l’a annoncé Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS). « Cette flottille est là pour montrer aussi le côté monstrueux du blocus imposé par les Israéliens », a-t-il dit. Jack Lang, président de l’IMA, était également présent, avec Leïla Shahid, ancienne ambassadrice de Palestine en France et auprès de l’UE.

Source : L’Humanité


Publié par ISM-France
URL http://www.ism-france.org/analyses/Palestine-La-flottille-pour-Gaza-empechee-d-accoster-a-Paris-videos–article-20627?ml=true
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=140853

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Bateaux pour Gaza interdits à Paris

Posté par onsbouge le 18 juin 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

Bateaux pour Gaza interdits à Paris

Publié le 18 juin 2018 par FSC

Le pouvoir français au service de l’extrême droite israélienne.

Toujours la même hypocrisie s’agissant des droits de l’homme sans cesse foulés aux pieds de la part d’hommes politiques qui prétendent donner des leçons de démocratie à tout le monde !

Bateaux pour Gaza interdits à Paris dans - DATE A RETENIR ob_aa9bb5_blocus-gaza

Deux bateaux pour Gaza ont été interdits d’accoster à Paris par la préfecture, le 17 juin. « Ces bateaux font partie de la flottille internationale de la liberté qui tous les deux ans environ tentent de briser le blocus illégal de Gaza, » dit Claude Léostic, coordinatrice en France pour la flottille pour Gaza. « On est dans une dérive extrêmement grave de l’État français. Ici ils interdisent des bateaux qui ont une vocation pacifique. La politique française actuelle prend une tournure qui est extrêmement inquiétante. »


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/06/bateaux-pour-gaza-interdits-a-paris.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=140793

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Pétition pour la défense des Comité d’Hygiène et de sécurité dans la fonction publique

Posté par onsbouge le 18 juin 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

 

Pétition pour la défense des Comité d’Hygiène et de sécurité dans la fonction publique

Publié le 18 juin 2018 par FSC

Pétition pour la défense des Comité d'Hygiène et de sécurité dans la fonction publique dans - DROIT ob_67341d_fsu

 

Le gouvernement a présenté aux organisations syndicales représentatives ni plus ni moins qu’un projet de « suppression du paritarisme » afin de faciliter une « déconcentration managériale » de la Fonction publique.

Il envisage une possible disparition des CHSCT (comités hygiène, sécurité, conditions de travail) en les fusionnant avec les CT. La disparition des CHSCT ouvrirait la porte au non respect par les employeurs publics de leurs obligations en matière de santé et sécurité au travail.

 Il a l’intention également de supprimer les compétences des représentants des personnels dans les CAP (commissions administratives paritaires) en prévoyant de ne plus les consulter sur :

  • les projets de mouvement des personnels,
  • l’établissement des listes d’aptitude et des tableaux d’avancement annuels nominatifs,
  • certaines sanctions disciplinaires…

Cela donnerait davantage de marge de manœuvre aux chefs de service et d’établissement. Cette volonté gouvernementale de contourner les élus des personnels est en contradiction avec le statut qui prévoit notamment que les fonctionnaires participent, par l’intermédiaire de leurs représentants, à leur gestion collective et à l’organisation des services publics.

 

Ces orientations sont en rupture avec le travail réalisé actuellement par les représentant.e.s et les élu.e.s des personnels pour améliorer les conditions de travail, garantir l’égalité de traitement, proposer des améliorations et protéger les personnels de l’arbitraire de hiérarchies ou des erreurs de l’administration.

Nous refusons ces projets et demandons le respect et l’amélioration de nos droits.

 

sans-titre-1 FRANCE? dans - ECLAIRAGE - REFLEXION

Plus de 20.000 signatures déjà !


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/06/petition-pour-la-defense-des-comite-d-hygiene-et-de-securite-dans-la-fonction-publique.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=140788

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - LIBERTES, - LUTTES, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

La détention administrative de Khalida Jarrar a été prolongée – Poursuivons la campagne pour sa libération !

Posté par onsbouge le 18 juin 2018

black-313636_640-2

ISM-France

7 juin 2018

La détention administrative de Khalida Jarrar a été prolongée – Poursuivons la campagne pour sa libération !

Par Samidoun

16.06.2018 – Selon les médias palestiniens, l’ordonnance de détention administrative de la dirigeante, parlementaire, féministe et militante de gauche palestinienne, Khalida Jarrar, a été renouvelée dans la soirée du jeudi 14 juin, soit deux semaines avant la date prévue pour sa libération après un an d’emprisonnement sans accusation ni procès. Elle avait été kidnappée par les forces d’occupation israéliennes qui avaient fait irruption dans sa maison familiale à El-Bireh le 2 juillet 2017, à peine une semaine après sa libération d’un précédent emprisonnement politique.

La détention administrative de Khalida Jarrar a été prolongée – Poursuivons la campagne pour sa libération !

.

Récemment, Samidoun, réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens, a publié un appel pour réclamer à nouveau la liberté pour Khalida, et s’est joint ainsi aux appels d’Addameer, association pour le soutien aux prisonniers et les droits de l’homme, et d’autres organisations.

La prolongation de la détention administrative de Khalida ne signifie pas que la campagne va s’arrêter. Au contraire, elle illustre précisément à quel point il est important de mettre la pression sur l’occupant israélien afin de réclamer sa liberté.

Les ordonnances de détention administrative, à l’origine introduites en Palestine par les autorités du Mandat colonial britannique et maintenues en application très fréquente par l’occupant israélien, sont renouvelables à l’infini, sans accusation ni procès, sur base de « preuves secrètes ». Les tribunaux militaires israéliens n’ont pas encore confirmé l’ordonnance de détention administrative. Du fait qu’ils agissent en tant qu’autorités officielles dans le cas de ce genre d’ordonnances – ce qui a immédiatement déclenché un boycott de la part des quelque 450 Palestiniens actuellement en détention administrative (dont Khalida) – le moment est particulièrement important pour multiplier les demandes internationales en faveur de sa liberté.

Suite à l’arrestation de Jarrar en juillet 2017, des protestations et appels internationaux en faveur de sa liberté lancés par les mouvements populaires et autres personnalités ont été entendus dans le monde entier. Néanmoins, l’occupation israélienne, qui se targue manifestement de l’impunité dont elle bénéficie, a sorti contre Jarrar une ordonnance de détention administrative de six mois, sans accusation ni procès.

Jarrar est l’une des avocates palestiniennes les plus en vue en faveur de la liberté et de la justice. En tant que vice-présidente de la direction d’Addameer, elle travaille à la libération des prisonniers politiques palestiniens. Au sein du Conseil législatif palestinien, elle est membre du Comité national palestinien chargé de soumettre les cas palestiniens au Tribunal pénal international et de réclamer la responsabilisation international des dirigeants israéliens.

Elle est également confrontée à la répression à l’intérieur même des prisons israéliennes. Suha Jarrar, la fille de Khalida, a décrit une expérience récente sur Facebook. On lui a dit que les services de renseignement israéliens avaient interdit à sa mère de recevoir le moindre livre durant sa détention. « Israël n’est pas parvenu à briser l’esprit de Khalida en tentant de l’éloigner par la force de chez elle et en prolongeant sa détention arbitraire. Ils ne briseront certainement pas son esprit en lui interdisant de lire un roman. Ce roman, elle l’écrira, elle écrira l’histoire du régime fasciste d’Israël. Maman n’a nul besoin de lire quoi que ce soit à propos des racines de l’idéologie d’extrême droite du sionisme, puisque sa réalité actuelle, en tant que femme emprisonnée arbitrairement, est une résultante même de cette idéologie. Nous ne nous arrêterons pas tant que les prisons d’Israël n’auront pas été démantelées et qu’on les aura transformées en amas de décombres. Nous ne nous arrêterons pas tant que la justice ne triomphera pas ! », écrivait-elle.

Il est temps maintenant d’agir et d’exiger que la justice reprenne ses droits. Organisez des protestations, signez la pétition et exprimez votre désaccord : Élevez la voix pour la liberté de Khalida Jarrar et de tous les prisonniers palestiniens !

Passez à l’action !

1. Signez la pétition ! Signez-la aujourd’hui même ICI et partagez-la avec d’autres sur les médias sociaux .Utilisez cette pétition pour diffuser ce qu’elle dit et réclamer la liberté pour Khalida !

2. Organisez des protestations ou une manifestation pour Khalida Jarrar devant un consulat ou une ambassade d’Israël, ou encore sur une place publique, et distribuez ce message et d’autres informations concernant Khalida et les prisonniers palestiniens Découvrez ICI l’adresse de l’ambassade d’Israël la plus proche de chez vous.

Écrivez-nous à samidoun@samidoun.net ou contactez-nous sur Facebook pour nous tenir au courant de votre action ! Vous pouvez utiliser
les images et le matériel de campagne pour votre action.

3. Rédigez une lettre et envoyez-la vous-même par courriel – cela peut accroître l’efficacité de votre appel ! Le texte de la lettre et les adresses sont repris dans l’appel émanant d’Addameer, et qui est imprimé ci-dessous.

Appel à l’action d’Addameer

Khalida Jarrar est emprisonnée depuis le 2 juillet 2017 sans accusation ni procès. Son ordonnance de détention administrative risque d’être prolongée le 30 juin 2018.

En tant que détenue administrative, elle n’a pas été avisée des informations utilisées pour la priver de sa liberté et elle n’a par conséquent pas la moindre possibilité de rejeter les charges qui pèsent contre elle. Ce genre de situation constitue un élément clé du système de contrôle auquel recourt l’occupation. Si vous êtes un partisan bien en vue et engagé des droits de l’homme du peuple palestinien, vous êtes alors susceptible de perdre votre liberté dans votre combat pour les fondements mêmes de la dignité.

Khalida a toujours travaillé sans relâche, durant toute sa carrière d’avocate des prisonniers palestiniens et des droits des femmes. Après avoir été directrice d’Addameer, elle a été élue au Conseil législatif palestinien (PLC) en 2006. Son rôle en tant que membre du PLC comprenait entre autres la direction de la Commission des prisonniers et elle était également membre du Conseil national palestinien pour le suivi en collaboration avec le Tribunal pénal international (TPI). Parmi ses tâches figurait celle de faciliter l’accession palestinienne au Statut de Rome. En raison de ses activités, elle s’est vu refuser une autorisation de voyager à de multiples reprises et, en 2014, elle a été exilée et forcée de s’installer à Jéricho.

Khalida a déjà séjourné en détention administrative en une autre occasion, en 2015, avant d’être condamnée à 15 mois d’emprisonnement par un tribunal militaire israélien. Suite à des pressions internationales, elle avait été libérée en juin 2016. Depuis juillet 2017, sa détention administrative a été renouvelée une fois. Pour plus de détails sur son cas, vous êtes prié de consulter son profil de détenue et, pour en savoir plus sur son travail consistant à enseigner la législation internationale à ses camarades de détention, surfez ici.

Par cet appel à l’action et au soutien, nous espérons mettre la pression sur l’occupation afin qu’elle ne renouvelle pas son ordonnance de détention administrative. L’emprisonnement de Khalida Jarrar constitue une grave violation des lois internationales et la communauté internationale ne doit pas garder le silence, face à ce genre de mesure.

Les occasions sont rares pour nous d’avoir un véritable impact, mais c’en est une. Khalida a engagé son existence pour la concrétisation de la dignité palestinienne en recourant au cadre juridique international. À tous ceux d’entre nous qui croient en la justice, il incombe de faire tout ce que nous pouvons pour obtenir sa liberté.

Nous appelons donc tous les gens qui soutiennent ce combat à contacter les principaux décideurs ci-dessous. Pressez-les instamment à respecter les lois internationales et à libérer Khalida Jarrar.

Entreprenez des actions :

1. Organisez des protestations, une manifestation, une prise de parole ou un déploiement de banderoles dans votre ville, communauté ou campus pour réclamer la liberté de Khalida Jarrar et des prisonniers palestiniens.

2. Écrivez aux responsables politiques israéliens pour réclamer la libération de Khalida Jarrar.

Exemple de lettre et informations de contact :

Monsieur, Madame…,

Je vous écris aujourd’hui pour demander la libération immédiate de Khalida Jarrar, membre du Conseil législatif palestinien (CLP), qui est en détention administrative depuis juin 2017.

Khalida Jarrar est en prison depuis le 2 juillet 2017 sans accusation ni procès. Son ordonnance de détention administrative risque d’être renouvelée le 30 juin 2018. Khalida a déjà été placée en détention administrative en une autre occasion, en 2015, avant d’être condamnée à 15 mois d’emprisonnement par un tribunal militaire israélien. Suite aux pressions internationales, elle a été libérée en juin 2016. Depuis juillet 2017, sa détention administrative à été prolongée une fois.

Je demande que Khalida Jarrar soit libérée et qu’il soit mis un terme à la politique de détention administrative appliquée sur base de prétendues informations secrètes. Il s’agit d’une tentative d’empêcher les membres du CLP et les défenseurs des droits de l’homme, telle Khalida Jarrar, de consacrer leur vie à concrétiser la dignité fondamentale des Palestiniens. La poursuite de sa détention est arbitraire et injuste et je demande sa libération immédiate.

Vôtre, sincèrement,

Au Ministre de la Défense Avigdor Liberman
Ministère de la Défense
37 Kaplan Street Hakirya
Tel Aviv 61909, Israël
Fax: +972 73 323 3300
E-mail: minister@mod.gov.il
E-mail: pniot@mod.gov.il

___________

Publié le 15/6/2018 sur Samidoun Palestinian Solidarity Network
Traduction : Jean-Marie Flémal

 

Source : Pour la Palestine


Publié par ISM-France
URL http://www.ism-france.org/campagnes/La-detention-administrative-de-Khalida-Jarrar-a-ete-prolongee-Poursuivons-la-campagne-pour-sa-liberation–article-20626?ml=true
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=140771

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - PETITION - SOLIDARITE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

NEGOCIATIONS BIDON dans la Fonction publique : on ne peut pas faire bouger la moindre virgule de ce que le gouvernement a décidé en amont !

Posté par onsbouge le 17 juin 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

NEGOCIATIONS BIDON dans la Fonction publique :
on ne peut pas faire bouger la moindre virgule de ce que le gouvernement a décidé en amont !

Publié le 17 juin 2018 par FSC

SOURCE : Le Monde

 

Fonction publique : ambiance tendue entre le gouvernement,

la CGT, FO et Solidaires

 

Les représentants syndicaux ont quitté une réunion de travail consacrée à la réforme des instances représentatives en dénonçant « une mascarade de dialogue social ».

Quatre mois et demi après le lancement de la concertation sur la fonction publique, les relations entre le gouvernement et les syndicats se compliquent. Vendredi 15 juin, trois organisations, la CGT, premier syndicat représentatif, FO et Solidaires, ont quitté une réunion de travail consacrée à la réforme des instances représentatives en dénonçant « une mascarade de dialogue social ».

A l’origine du mouvement de colère des syndicats, la fusion des comités techniques (CT) et des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). La simplification des instances représentatives des agents est l’un des quatre chantiers ouverts dans le cadre de la concertation, prévue pour se dérouler jusqu’en 2019 (avec le recours accru à des contractuels, la rémunération au mérite et les plans de départs volontaires). « Est-on véritablement efficace quand on a aujourd’hui 22 000 instances de dialogue dans la fonction publique ? », avait pointé le premier ministre, Edouard Philippe, en lançant le processus de dialogue, le 1er février.

Les syndicats ne veulent pas de cette fusion des instances. Jusqu’à présent, deux scénarios étaient évoqués : une fusion pure et simple ; une fusion avec une commission spécialisée pour les questions de santé et de sécurité. Les organisations demandaient une troisième voie. Mais, lors de la réunion qui s’est tenue vendredi, « le gouvernement nous a proposé de garder les deux premiers scénarios, en appliquant l’un ou l’autre selon la taille du service !, s’indigne Christian Grolier, secrétaire général de FO-Fonctionnaires. Ce n’était pas la peine de nous faire venir pour une telle mascarade de dialogue. »

« Aucune négociation »

Au-delà des questions de fond, les syndicats protestent contre la manière dont les concertations sont menées. Il n’y a « aucune négociation, mais des discussions », dénonce FO, selon qui : « On vous explique ce que l’on va faire, peu importe votre opinion et celle des milliers d’agents que vous représentez. » « J’ai connu les négociations avec Nicolas Sarkozy [président de la République de 2007 à 2012] et je n’ai jamais vu ça : on ne peut pas faire bouger la moindre virgule de ce que le gouvernement a décidé en amont ! », regrette Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonction publique.

Interrogé sur la crispation des syndicats, le cabinet de Gérald Darmanin, le ministre de l’action et des comptes publics, répondait, il y a quelques jours : « Il est compréhensible, en tout cas pas illogique, qu’à une semaine du rendez-vous salarial, les syndicats s’expriment sur leurs revendications. On les écoute et, en même temps, on avance. On a pris en compte les demandes des syndicats sur certains points : par exemple que

la rémunération au mérite ne soit pas qu’individuelle, mais aussi collective. Il y a de vrais bougés. »

Le 12 juin, la CGT, Solidaires et la CFE-CGC avaient déjà claqué la porte d’une réunion où le gouvernement leur présentait les amendements qu’il déposait dans le projet de loi Avenir professionnel. Les trois syndicats considèrent que l’ouverture des emplois de direction aux contractuels ou la prise en compte des années passées dans le privé lors du retour dans le public « portent clairement atteinte au statut » de la fonction publique.


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/06/negociations-bidon-dans-la-fonction-publique-on-ne-peut-pas-faire-bouger-la-moindre-virgule-de-ce-que-le-gouvernement-a-decide-en-am
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=140726

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...1151
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots