La municipalité de Jérusalem démolit un immeuble résidentiel vacant à Bir ‘Onah, Beit Jala, le 2 avril 2019

Posté par onsbouge le 3 avril 2019

avatar blog onsbouge

Jerusalem Municipality demolishes vacant residential building in Bir ‘Onah, Beit Jala, 2 April 2019

Jerusalem Municipality demolishes vacant residential building in Bir ‘Onah, Beit Jala, 2 April 2019
On the morning of Tuesday, 2 April 2019, at about 8:00 A.M., Jerusalem Municipality personnel came with a bulldozer and a Border Police escort to the neighborhood of Bir ‘Onah, located in northeast Beit Jala, whose land had been annexed to Jerusalem
They demolished an as yet vacant two-story, two-apartment residential building.

Traduction en Français :
La municipalité de Jérusalem démolit un immeuble résidentiel vacant à Bir ‘Onah, Beit Jala, le 2 avril 2019
Le mardi matin 2 avril 2019, vers 8 heures, le personnel de la municipalité de Jérusalem est arrivé avec un bulldozer et une escorte de la police des frontières dans le quartier de Bir Onah, situé au nord-est de Beit Jala, dont les terres avaient été annexées à Jérusalem. Ils ont démoli un immeuble résidentiel encore vacant de deux étages et de deux appartements.

Pour vous permettre de traduire :
https://translate.google.fr/



btselem
Ajoutée le 3 avr. 2019
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=163332

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROITS, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - LOGEMENT, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Jean-Baptiste Eyraud (DAL) : « L’Etat viole la loi impunément en matière d’hébergement »

Posté par onsbouge le 1 avril 2019

avatar blog onsbouge

Jean-Baptiste Eyraud (DAL) : « L’Etat viole la loi impunément en matière d’hébergement »

Hier, s’est terminée la trêve hivernale des expulsions locatives. Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit Au Logement, est l’invité de la Midinale.

http://www.regards.fr

VERBATIM
Sur la fin de la trêve hivernale
« C’est le printemps des expulsions et des coupures d’énergie. »
« 125.000 personnes ont été expulsées en 2017, sûrement plus en 2018. »
« Les gens sont expulsés puis laissés dans la rue. »
« Les structures d’hébergement sont saturées parce qu’il y a de plus en plus de sans-abris et que le gouvernement mène une politique anti-sociale. »
Sur la sociologie des expulsés
« Ce que tous les expulsés ont en commun, c’est qu’ils ont des petits revenus. »
« En 1973, le taux d’effort, c’est-à-dire la part que les gens consacraient au logement, tournait autour de 10-12%. Aujourd’hui, on est en moyenne à 27%. Dans les zones urbaines et pour les moins riches des ménages, on est entre 40 et 50%. »
« On travaille la moitié du mois pour payer son logement. »
« On met à la rue des personnes vulnérables et fragiles, des personnes âgées, des femmes seules avec enfants, des handicapés… sans état d’âme ! »
« Notre société est de plus en plus dure et viole le droit au logement de manière constante. »
Sur la proposition du ministre du logement Denormandie de péréniser les 6.000 hébergements d’urgence ouverts pour l’hiver
« Tant mieux pour les 6.000 mais c’est une goutte d’eau dans l’océan de la crise du logement. »
« On a recensé 140.000 sans-abris mais en réalité, il y a en a beaucoup plus – autour de 200.000 voire 250.000. »
« Les moyens en matière d’hébergement qui sont mis en œuvre par le gouvernement ne suffisent pas. »
« Aujourd’hui 1er avril, c’est le début de la fermeture de dizaines de milliers de logements d’hébergement d’urgence qui avait été ouverts pour l’hiver. »
« L’Etat viole la loi impunément en matière d’hébergement d’urgence. »
Sur les solutions alternatives aux expulsions
« La moitié des jugements d’expulsions sont rendus dans les logements sociaux, là où précisément sont logés des ménages aux revenus modestes et qui ne peuvent plus payer à la fin du mois parce que les APL ont baissé et que les loyers, même en HLM, ont augmenté. »
« Les gros propriétaires doivent mettre en place des solutions de relogement ou maintenir les locataires dans les lieux. »
« Il y a 3 millions de logements vacants, soient 1 million de plus d’il y a 15 ans. »
« Ce serait une bonne idée que l’Etat réquisitionne des immeubles vides appartenant à des grands propriétaires ou des institutions, à ceux qui, aujourd’hui, gagnent de l’argent en dormant. »
« La vacance est plutôt forte dans les villes moyennes et les petites villes. »
Sur ce que fait le DAL contre les expulsions
« Contre les expulsions, on va faire des piquets. »
« Il faut des mobilisations dans les quartiers, dans les immeubles. »
« Il y a des maires communistes qui prennent des arrêtés anti-expulsions depuis des années. »
« On encourage les maires des grandes et des petites communes à prendre des arrêtés anti-expulsions et anti-coupure d’énergie. »
« 250.000 familles ont été privées d’énergie en 2017. »
Sur le droit au logement en tant que droit
« Le droit au logement, c’est un demi-droit. »
« Tant que le droit au logement ne sera pas dans la Constitution, le droit de propriété sera toujours plus fort. »
« Sans logement, on ne peut plus vivre dans notre société. »
« Âge moyen de décès dans la rue : 48 ans. C’est une condamnation à mort avec torture. »
« Il faut encadrer les loyers à la baisse, taxer la spéculation immobilière et foncière. »
Sur le logement et les gilets jaunes
« Je pense que la problématique du logement va monter chez les gilets jaunes. »
« Une partie des gilets jaunes est propriétaire de son logement et ne rencontre pas forcément pas les mêmes difficultés que les gens dans les zones urbaines importantes. »
« Les habitants des grandes villes ne sont pas encore très mobilisés. »
« Si le gouvernement veut redonner du pouvoir d’achat, il faut agir sur le prix du logement. »
« Nous souhaitons l’unité avec les associations de locataires et avec les gilets jaunes. »



Regards
Ajoutée le 1 avr. 2019
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=163164

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LOGEMENT, - LUTTES, - POLITIQUE, - PRECARITE, - VIDEO | Commentaires fermés

Démolir des maisons, démanteler la Palestine

Posté par onsbouge le 23 mars 2019

avatar blog onsbouge


Paru sur ORIENT XXI

Démolir des maisons, démanteler la Palestine

« Je me moque de cette destruction, mais je rêve quand même de pouvoir vivre en sécurité », affirme dans un mélange d’indifférence et d’espoir Ayed Abou Hmeid, 17 ans, victime de la destruction de la maison dans laquelle il a vécu toute sa vie.

Le 15 décembre 2018, près de 150 soldats de l’armée israélienne envahissent en pleine nuit le camp de réfugiés Amari, à l’est de Ramallah en Cisjordanie occupée. Aux alentours de 9 h du matin, les soldats démolissent la maison de la famille Abou Hmeid. En violation du droit international, cette démolition constitue un cas significatif de punition collective. Elle interroge sur l’efficacité d’une telle méthode.

Latifa Abou Hmeid, septuagénaire et propriétaire de la maison détruite, compte quatre de ses fils emprisonnés en Israël, tous condamnés à vie (ils cumulent 18 condamnations à perpétuité) pour le meurtre d’officiels ou de civils israéliens commis entre les années 1990 et le début des années 2000.

Le 24 mai 2018, Islam, cinquième fils de la famille, est accusé d’avoir jeté un bloc de ciment sur un soldat israélien depuis le toit d’un bâtiment dans le camp de réfugiés où sa famille et lui habitent. Le soldat succombera à ses blessures à l’hôpital. C’est l’acte à l’origine de la démolition de la maison familiale près de sept mois plus tard.

Lire la suite…


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=162535

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROITS, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LOGEMENT, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Réforme des allocations logement : Macron dégoupille une nouvelle bombe sociale (Ian Brossat – PCF)

Posté par onsbouge le 6 décembre 2018

black-313636_640-2


Paru sur
Analyse communiste internationale

 

Réforme des allocations logement :
Macron dégoupille une nouvelle bombe sociale (Ian Brossat – PCF)

5 Décembre 2018

 Réforme des allocations logement : Macron dégoupille une nouvelle bombe sociale (Ian Brossat - PCF)  dans - DROITS ob_1033e8_visuel-ib-logement

Publié le 05/12/2018 par PCF

Réforme des allocations logement : Macron dégoupille une nouvelle bombe sociale (Ian Brossat – PCF)

Le Canard Enchaîné du 5 décembre  révèle la nouvelle réforme des aides sociales au logement, prévue pour 2019. Elle impactera 1,2 million de Français, qui perdront chacun 1000€ en moyenne. C’est une nouvelle attaque d’une violence inouïe contre le pouvoir d’achat des classes moyennes et des familles modestes.

En modifiant le mode de calcul des aides au logement, Emmanuel Macron compte récupérer 1,2 milliard d’euros dans les poches de ceux qui ont besoin des aides au logement pour vivre dignement. En effet, le montant des aides sera désormais calculé en fonction des revenus actuels des demandeurs, et non plus de leurs revenus antérieurs. Conséquences : les salarié-es les plus jeunes et les plus précaires, en contrats courts, seront les plus grands perdants. Un jeune de 24 ans vivant en foyer de jeune travailleur avec un salaire de 750€ perdrait ainsi plus de 1200€ par an.

Cette baisse des aides s’ajoute à la baisse des APL qui frappe déjà les familles les plus en difficulté, dans un contexte de montée générale des colères et de mobilisation des gilets jaunes contre les mesures gouvernementales qui diminuent le pouvoir d’achat. Cette réforme est totalement irresponsable. Il s’agit d’une véritable bombe sociale que le gouvernement s’apprête à dégoupiller.

Ian Brossat, tête de liste du PCF aux élections européennes

source: http://www.pcf.fr/actualites_ib_allocationslogement

Tag(s) : #PCF, #Logement, #Brossat

Publié par Analyse communiste internationale
URL  http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2018/12/reforme-des-allocations-logement-macron-degoupille-une-nouvelle-bombe-sociale-ian-brossat-pcf.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=152918

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - FRANCE - DOM-TOM, - LOGEMENT, - POLITIQUE, - SOCIAL | Commentaires fermés

Effondrement de 3 immeubles à Marseille

Posté par onsbouge le 15 novembre 2018

black-313636_640-2


Paru sur
UNION DEPARTEMENTALE CGT 13

Effondrement de 3 immeubles à Marseille

Effondrement de 3 immeubles à Marseille dans - DROITS immeuble_pompiers-3928344

Scène terrible à Marseille rue d’Aubagne dans le 1er arrondissement, où 3 immeubles se sont effondrés ce lundi 5 novembre 2018 faisant de nombreuses victimes.

À la tristesse provoquée par cette catastrophe succède à présent la colère. Car au moment de faire le point sur les causes de cet accident – pour que cela ne se reproduise plus – les autorités politiques se déresponsabilisent une fois de plus. Dans un communiqué publié par la ville de Marseille on peut même lire : « Ce dramatique accident pourrait être dû aux fortes pluies qui se sont abattues sur Marseille ces derniers jours ». La mairie tient donc son coupable : la pluie.

Sans doute est-elle frustrée de ne pouvoir enfermer cet assassin notoire afin de redonner à la ville son surnom de « ville du soleil », faute de pouvoir redonner la vie à ceux qui en ont été privés injustement. Mais pour la CGT, il ne s’agit pas d’un accident qui serait le fruit du hasard des circonstances météorologiques, mais il s’agit bien d’une catastrophe qui était prévisible et qui aurait put donc être évitée.

En effet, l’état de délabrement des bâtiments effondrés était connu depuis de nombreuses années. L’un des bâtiments avait été simplement muré et abandonné depuis 2012 et était occupé par des habitants sans domicile fixe. Tandis qu’un autre « avait fait l’objet, le 18 octobre dernier, d’une expertise des services compétents qui avait donné lieu à la réalisation de travaux de confortement permettant la réintégration des occupants », indique l’Hôtel de Ville. Enfin, le premier bâtiment à s’effondrer était même la propriété de Marseille Habitat dont la mairie est actionnaire majoritaire. Les autorités étaient donc non seulement au courant du niveau d’insalubrité et de danger potentiel mais elles estimaient avoir tout mis en oeuvre pour leurs concitoyens.

Dans le premier arrondissement, plus de 40 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, dont la plupart vivent dans des logements insalubres. Pourtant ces habitants ne sont visiblement pas la priorité de la mairie qui est plus préoccupée par l’image de façade qu’il faut donner pour attirer les touristes.

Car comment ne pas faire le parallèle avec les travaux de rénovation du quartier de « la Plaine » à quelques 100m de là qui sont très fortement combattus par les habitants du quartier ? Car pour offrir aux touristes de nouvelles et grandes terrasses de bar sur la place Jean Jaurès, la mairie n’hésite pas à déployer des moyens immenses en termes de forces de police mais aussi dans la construction d’un mur – baptisé « mur de la honte » et dont le prix est estimé à plus de 400 000 € – simplement pour empêcher les habitants et habitués du quartier de s’opposer à cette construction.

Des moyens il y en a, ce sont donc bel et bien des choix politiques qui sont la cause du drame de la rue d’Aubagne.

La grande majorité des habitations des travailleurs Marseillais nécessitent d’être rénovées, d’autant plus celles des plus pauvres. Il s’agit d’une urgence. Cependant les rénovations doivent être faites dans l’intérêt des habitants. Car les plans de rénovation permettent aux propriétaires immobiliers de se faire financer – jusqu’à 50 % – par de l’argent public les grands travaux. Or, il s’en suit que ces mêmes propriétaires profitent de ces opérations de rénovations pour augmenter les loyers ce qui ne fait que décaler le problème : les habitants les plus pauvres qui ne peuvent payer l’augmentation des loyers voire de la taxe d’habitation sont obligés de déménager.

Cette « gentrification » de certains quartiers ne change rien au problème : les plus pauvres continuent de vivre dans des logements insalubres. C’est pourquoi, il faut d’urgence une véritable politique publique de l’habitat et du logement qui permette à tous d’accéder à des logements de qualité.

La CGT présente ses condoléances aux familles des victimes. Nous restons solidaires et disponibles pour faire valoir nos droits à vivre dans la dignité et faire en sorte que les autorités assument leurs responsabilités et donne réparation, autant que possible, aux victimes et familles des victimes.

Marseille, le 7 novembre 2018


Publié par UNION DEPARTEMENTALE CGT 13
URL  http://cgt13.reference-syndicale.fr/2018/11/effondrement-de-3-immeubles-a-marseille/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=150834

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROITS, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - LOGEMENT, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...23
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots