« Inexplicable et inexcusable » : l’Arabie Saoudite rejoint la Commission de la condition de la femme

Posté par onsbouge le 29 avril 2017

black-313636_640-2

« Inexplicable et inexcusable » : l’Arabie Saoudite rejoint la Commission de la condition de la femme

TV5MONDE

Ajoutée le 25 avr. 2017

Réaction de Human Right Watch après l’élection de l’Arabie Saoudite à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=105029

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - FEMMES, - INTERNATIONAL, - VIDEO | Commentaires fermés

« La Commune du Rojava ou l’alternative kurde à l’Etat Nation » à la librairie Résistances !

Posté par onsbouge le 28 avril 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

La librairie Résistances accueillera le jeudi 18 mai prochain les auteurs du livre « La Commune de Rojava », et du reportage sur l’expérience kurde de confédéralisme démocratique, dans laquelle les femmes kurdes jouent un rôle central.

Une soirée passionnante en perspective dans le contexte de sinistrose politique que nous traversons !


L’ouvrage (Coédition Critica/ Syllepse), coordonné par Stephen Bouquin, Mireille Court et Chris Den Hond, est composé de textes de leaders politiques et de militantes féministes kurdes : Abdullah Öcalan, Reza Altun, Cemil Bayek, Saleh Muslim, Sebahat Tuncel, Dilar Dirik, Nursel Kiliç.

« Autrefois imprégné par le marxisme-léninisme, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a dressé un bilan sévère des régimes bureaucratiques et autoritaires d’Europe de l’Est. Il a également pris ses distances par rapport au nationalisme et a questionné la pertinence de revendiquer un État-nation kurde.

Emprisonné depuis 2000 et influencé par le libertaire écologiste américain Murray Bookchin, le fondateur du PKK, Abdullah Öcalan, a appelé à l’élaboration d’un nouveau paradigme qui confère à la démocratie directe un rôle pivot de la transformation sociale. En pleine guerre nourrie par des conflits intercommunautaires et des conflits d’intérêts géopolitiques, l’égalité entre les sexes, l’inclusion des minorités et la démocratie de conseils (quartier/village/canton) donnent corps à une révolution.

On dit de la poudrière du Moyen-Orient qu’une nouvelle guerre mondiale peut s’y déclencher. Mais on y voit naître aussi des idées et des pratiques qui montrent qu’un autre monde est possible. »

Réservez votre jeudi 18 mai à partir de 19 H !

  • En compagnie notamment de Mireille Court, Chris Den Hond, Michael Löwy et Jean-Michel Morel.
  • Et aussi de Pierre Bance, l’auteur de « Un autre futur pour le Kurdistan ».

LIBRAIRIE RESISTANCES : 4 Villa Compoint 75017 Paris (angle 40 rue Guy Môquet)

Métro ligne 13 : station Guy Môquet ou Brochant – Bus 31 : Arrêt Davy-Moines.

TEL. 01.42.28.89.52 – info@librairie-resistances.com – www.librairie-resistances.com

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL  http://www.europalestine.com/spip.php?article12935
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=104871

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CULTURE, - DATE A RETENIR, - FEMMES, - FRANCE - DOM-TOM, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - LITTERATURE - POESIE - TEXTE, - LUTTES, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Beyrouth: des robes de mariée contre une loi sur le viol

Posté par onsbouge le 22 avril 2017

black-313636_640-2


samedi 22 avril 2017

.
Beyrouth: des robes de mariée contre une loi sur le viol

Beyrouth: des robes de mariée contre une loi sur le viol dans - DROIT a8

Un policier libanais devant l’installation de robes de mariée accrochées sur des palmiers à Beyrouth dans le cadre d’une campagne pour abolir une loi qui permet à un violeur d’échapper à la prison s’il épouse sa victime, le 22 avril 2017 (Afp)

Cliquez pour agrandir

 

Une trentaine de robes de mariée, confectionnées avec des dentelles et du papier, ont été accrochées samedi à des palmiers sur la corniche de Beyrouth, dans le cadre d’une campagne pour abolir une loi honnie sur le viol.
L’objectif est l’annulation de l’article 522 du code pénal ayant trait aux viols, agressions, rapts et mariages, et qui permet à un violeur d’échapper à la prison s’il épouse sa victime.
Une proposition de loi dans ce sens a été approuvée en février par une commission parlementaire et a été inscrite à l’ordre du jour de l’ouverture de la session parlementaire le 15 mai.
Sur la célèbre avenue qui borde la mer, très fréquentée le weekend, des militants de la société civile avaient accroché à des cordes 31 robes blanches qui se balançaient au vent, suscitant la curiosité des passants.
« 31 robes car il y a 31 jours dans un mois et chaque jour, une femme risque d’être violée et d’être forcée d’épouser son violeur », affirme Alia Awada, la responsable de la campagne de l’association Abaad pour la suppression de l’article 522.
« Nous tentons autant que possible de mettre cette question sous les projecteurs et dire au Parlement qu’il est temps de voter la suppression de l’article », dit-elle.
L’article controversé concerne différents crimes, comme le viol, le viol de mineurs, les agressions, les rapts et les mariages forcés.
Il stipule que si « un mariage valide est contracté entre l’auteur d’un de ces crimes et la victime, les poursuites cessent et si un verdict a déjà été prononcé, son application est suspendue ».
« Nous disons à tous les parlementaires la chose suivante: +Chaque ‘oui’ (à la suppression) c’est un ‘non’ au violeur+ », explique-t-elle.
Debout parmi les robes, le ministre chargé des Affaires des femmes, Jean Oghassabian, juge que cet article date « de l’âge de pierre ».
« Il est temps (de passer la loi) et c’est le second point à l’ordre du jour de la session parlementaire » qui s’ouvre le 15 mai, a dit à l’AFP M. Oghassabian, également député.
L’artiste libanaise Mireille Honein, qui a créé cet événement à Paris et l’a fait venir dans son pays natal, explique avoir « utilisé du papier pour souligner le côté éphémère du mariage et des lois ». « Ce genre de loi vide la femme de son essence, de son identité », dit-elle.
Les passants, surpris, sont invités à signer une pétition demandant l’annulation de la loi.
Rafiq Ajouri, originaire d’un village du Liban-Sud, a été convaincu de signer le texte.
« Si j’étais violé (…) j’aimerais que des gens se tiennent à mes côtés », dit-il.
Quand la militante affirme à ce père de quatre garçons et trois filles que les femmes devraient bénéficier des mêmes libertés que les hommes, il se montre plus hésitant.
« Elles peuvent bénéficier de libertés mais avec des limites. Pourquoi? Et bien parce que ce sont des filles », lance-t-il.


Publié par
URL https://assawra.blogspot.fr/2017/04/beyrouth-des-robes-de-mariee-contre-une.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=104173

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FEMMES, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Hommage à la résistante palestinienne Lena Jarbouni libérée après 15 ans de prison !

Posté par onsbouge le 18 avril 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

Lena a passé 15 ans dans la prison de femmes israélienne de Hasharon. C’est une Palestinienne de citoyenneté israélienne qui a été arrêtée le 18 avril 2002 et condamnée sous l’accusation d’avoir hébergé des résistants des Brigades Al-Qods. Elle a joué un rôle déterminant dans la résistance des femmes emprisonnées par l’occupant, qui l’avaient choisie comme leur représentante.

Hommage à la résistante palestinienne Lena Jarbouni libérée après 15 ans de prison ! dans - DATE A RETENIR lena_jarbouni-8e395

A sa sortie de prison ce dimanche, Lena Jarbouni, la plus ancienne prisonnière palestinienne a fait part, devant sa famille et ses amis de ses sentiments « de joie et de douleur » à l’idée des milliers de Palestiniens toujours détenus par l’occupant. Elle a également appelé à soutenir les Palestiniens qui viennent de démarrer une grève de la faim.

Couturière en atelier dans sa ville natale de Arraba al-Batouf,, elle a passé 15 ans à défendre inlassablement le droit à l’éducation des jeunes filles et femmes à l’intérieur de la prison, et leur droit à la santé et à des soins médicaux pour toutes celles qui étaient malades.

Elle a elle-même été victime de négligence médicale et a souffert d’une inflammation de la vésicule biliaire, qui l’a obligée à subir une intervention chirurgicale (cholecystectomie).

Elle a dû faire face avec les autres femmes aux attaques physiques et aux pressions psychologiques. Toujours en pointe dans les actions de résistance et les grèves de la faim, a été placée longtemps en confinement solitaire.

Elle devait faire partie de l’échange de prisonniers contre Gilad Shalit en 2011, mais Israel l’a maintenue en prison. Son père et son grand-père ont également été des prisonniers politiques et son oncle a été détenu pendant 14 ans en raison de sa participation à la résistance libanaise contre l’occupation. israélienne.

Plus de 10.000 femmes palestiniennes sont passées par les prisons israéliennes depuis 1967. Et entre 2013 et 2015, le taux d’emprisonnement des Palestiniennes a augmenté de 70 % indique Addameer.

Sources : Samidoun et Addameer

Voir les videos de la sortie de prison de Lena sur : http://www.maannews.com/Content.aspx?id=776462

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article12885
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=103570

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - DROIT, - FEMMES, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Mme de Staël, fille des Lumières et de la Révolution, femme à jamais insoumise, fait son entrée dans dans la Pléiade

Posté par onsbouge le 18 avril 2017

black-313636_640-2


mardi 18 avril 2017

.

Mme de Staël, fille des Lumières et de la Révolution,
femme à jamais insoumise,
fait son entrée dans dans la Pléiade

 Mme de Staël, fille des Lumières et de la Révolution,  femme à jamais insoumise, fait son entrée dans dans la Pléiade dans - CULTURE a5

La jeune femme a cru « en un avenir plus juste »

 

Deux cents ans après sa mort, Germaine de Staël, fille des Lumières et de la Révolution, femme à jamais insoumise, fait son entrée dans la prestigieuse (et très masculine) collection de la Pléiade chez Gallimard.
Mme de Staël qui, de son vivant, fut la femme la plus célèbre d’Europe et qui a littéralement révolutionné la pensée de son temps avec ses écrits, rejoint le cercle très restreint des femmes publiées dans la célèbre collection.
Avant elle, seules Marguerite Yourcenar, Virginia Woolf, Madame de Sévigné, Nathalie Sarraute, George Sand, Madame de Lafayette, Marguerite Duras, Colette, les trois soeurs Brontë, Thérèse d’Avila et Jane Austen ont eu ce privilège.
Benjamin Constant qui fut l’un de ses amants a été publié pour la première fois dans la Pléiade en 1957. Le volume qui lui est consacré sera réédité à l’occasion de la parution de celui dédié à Mme de Staël.
Trois textes phares de l’œuvre de Mme Staël – « De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales » (1800), « Delphine » (1802), « Corinne ou l’Italie » (1807)-, sont publiés dans ce volume à paraître le 20 avril.
« L’existence d’Anne Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, ne ressemble en rien à ce qu’a dû être le quotidien de la plupart de ses contemporaines », rappelle l’universitaire britannique Catriona Seth, spécialiste du siècle des Lumières, qui a dirigé, avec Valérie Cossy, cette édition.
Née à Paris en 1766, fille du Genevois Jacques Necker, ministre des Finances de Louis XVI, Mme de Staël (le nom de son mari Erik Magnus de Staël-Holstein, ambassadeur de Suède à Paris) côtoie dès son enfance, dans le salon de sa mère, Suzanne Curchod, tout ce que le siècle compte de gens de lettres et du monde.
Diderot, D’Alembert, Buffon font partie des invités du salon. « Chacun de s’extasier sur l’enfant de la maison », rapporte Catriona Seth. En 1788, son premier livre est consacré à Rousseau. Durant les premiers mois de la Révolution, « elle côtoie le pouvoir, influence des décisions et prend part, dans l’ombre, aux intrigues, à défaut de siéger dans les assemblées officielles ou de détenir un portefeuille régalien ».
La jeune femme croit « en un avenir plus juste »… avant de déchanter. En exil à Londres et en Suisse, elle revient à Paris en mai 1795.
Son roman « Delphine » est marqué par le deuil de la société idéale qu’elle a entrevue au début de la Révolution. Mais, femme libre, comme en témoigne notamment sa vie amoureuse, elle restera toujours fidèle aux idées libérales.
Elle sera logiquement l’ennemie de Napoléon même si, rappelle Catriona Seth, « les premières conquêtes de Bonaparte l’ont enthousiasmée ». Mise au ban de l’Empire, elle est reçue dans toutes les capitales européennes comme une souveraine de la littérature et de la liberté.
Contrairement à Olympe de Gouges, Mme de Staël ne peut être qualifiée de féministe mais elle est consciente que l’ordre social est, comme elle l’écrit dans « De la littérature », « tout entier armé contre une femme qui veut s’élever à la hauteur de la réputation des hommes ».
Son indépendance déplaît. « De son vivant et bien au-delà, Staël s’attire des réactions passionnelles de tout ordre », écrit Catriona Seth. Jusqu’à sa mort à 51 ans, il y aura 200 ans le 14 juillet prochain, elle ne cessera pourtant d’écrire.
« Auteur très lu de son temps, Staël a longtemps presque disparu des rayons des libraires », déplore Catriona Seth. « Qu’elle ait osé tenir tête à tous les abus de pouvoir et refusé de se taire », provoquant le scandale, « devrait susciter notre respect ».
Le volume de plus de 1.700 pages (65 euros jusqu’au 31 décembre puis 72,50 euros) ne contient malheureusement ni « De l’Allemagne » (1810) ni ses livres posthumes « Considérations sur la Révolution » (1818) ou « Dix années d’exil » (1821), mais offre un bel aperçu de « la pensée enthousiaste » de Germaine de Staël.
Pour Catriona Seth, « sa bienveillance désintéressée, son pragmatisme face aux idées comme aux institutions et son analyse délicate des intermittences du cœur ne peuvent que forcer l’admiration ».


Publié par
URL  https://nanterrereseau.blogspot.fr/2017/04/mme-de-stael-fille-des-lumieres-et-de.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=103537

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CULTURE, - FEMMES, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - LITTERATURE - POESIE - TEXTE | Commentaires fermés

12345...53
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots