Les électeurs russes ont majoritairement renouvelé leur confiance à V. Poutine

Posté par onsbouge le 20 mars 2018

black-313636_640-2

Russie politics

lundi 19 mars 2018

Les électeurs russes ont majoritairement renouvelé leur confiance à V. Poutine

 

Les électeurs russes ont majoritairement renouvelé leur confiance à V. Poutine dans - ECLAIRAGE - REFLEXION %25D0%25BF%25D1%2583%25D1%2582%25D0%25B8%25D0%25BD

Dans un contexte international plus que soutenu, la Russie vient hier de procéder aux élections du chef de l’Etat pour les six années à venir. Sans que l’on puisse parler d’un véritable suspense, V. Poutine a été très largement réélu, avec un score de 76,66% des voix. L’intérêt de ces élections est ailleurs. Il consacre surtout l’impasse de l’opposition politique qui ne peut manifestement tirer les leçons de ses échecs passés et les reproduit avec une passion toujours renouvelée. Mais ces élections renforcent aussi le Président dans son cours légitime, alors que les attaques extérieures sont particulièrement violentes.

Lire la suite…


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=133255

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS - REFERENDUM, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Les grands moments des « débats » de la campagne présidentielle en Russie : beaucoup d’inconsistance et autant de questions

Posté par onsbouge le 16 mars 2018

black-313636_640-2

Russie politics

jeudi 15 mars 2018

Les grands moments des « débats » de la campagne présidentielle en Russie : beaucoup d’inconsistance et autant de questions

Les grands moments des

 

 

La campagne électorale en Russie tire sur sa fin, et l’on a envie de s’écrier « Enfin! », vu le niveau particulièrement déplorable de ce qu’il est difficile d’appeler des débats. Une opposition qui réclamait du temps d’antenne, qui l’a obtenu et qui se trouve face à son incompétence politique. Si cet état de fait laisse une impression plus désagréable que de danger, l’inconséquence de l’opposition russe pose de sérieuses questions pour les prochaines élections présidentielles – la carte Poutine ne sauvera pas le jeu.

 

 

Cette campagne électorale a démontré l’absence objective d’alternative à la candidature de V. Poutine, ce qui finalement, sans être une surprise, est dangereux pour le système politique russe, qui s’en trouve affaibli, malgré les 8 candidatures officielles.

 

Jirinovsky, tendance populiste, a fait de la provocation tout au long des débats, en intercalant des sorties provocatrices tout à fait dans l’air du temps conduisant, notamment à la déstructuration de l’enseignement, ou totalement décalées en géopolitique. Babourine, tendance nationaliste, a produit un discours conservateur fade, dont rien d’essentiel n’est ressorti. Iavlinsky, tendance libérale globaliste, n’a toujours pas changé son discours depuis sa brève heure de gloire dans les années 90. Titov, l’Ombudsman des entrepreneurs, tendance libérale, a fait évoluer son discours d’une défense de l’économie réelle vers le culte de l’économie virtuelle. Ce qui, sur le fond, réuni ces candidats, à l’exception du communiste Souraïkine défendant les acquis sociaux de l’Union soviétique et le développement alors de l’industrie nationale, contre l’aveuglement pour les nouvelles technologies qui s’empare à une vitesse vertigineuse de la Russie. En géopolitique, l’on retrouve la barrière classique entre les libéraux et les conservateurs, qui existait déjà aux législatives: Crimée ukrainienne et désengagement de la scène internationale pour entrer dans la marche atlantiste vs. Crimée russe et défense des intérêts stratégiques de la Russie à l’international, quitte à en payer le prix. Les « libéraux » n’ont manifestement pas tiré les conclusions de leur échec cuisant.

 

Si l’on ne compte pas V. Poutine, qui n’a pas participé aux débats et ne s’y est pas fait représenter, le show a été assuré principalement par deux candidats: Groudinine et Sobchak, chacun à sa manière. Comme sur le fond, rien de nouveau ou de surprenant ne pouvait être dit, tout a été misé sur la forme. La politique remplacée par le spectacle pour tenter de cacher pudiquement son vide.

 

Assez rapidement, Groudinine a quitté les plateaux de télé, démonstrativement, justement lorsque les scandales concernant et ses comptes à l’étranger et ses biens ont commencé à être dévoilés (à ce sujet, voir notre texte ici). Il est vrai que Groudinine est le candidat, hors parti jusque-là, choisi par le PC pour le représenter aux élections. Un choix suicidaire, qui montre le virage politique entrepris, même contre la base, vue la division interne provoquée par ce choix inattendu. Mais mettre en avant un candidat communiste – milliardaire, ça ne passe pas. Une première fois, Gourdinine quitte le plateau en accusant les journalistes de ne pas permettre de véritables débats et de falsifier les données socio-économiques, qui sont trop positives à son avis. Il part démonstrativement.

 

 

Il vient refaire son show pour offrir des fleurs à Ksénia Sobchak et tout son discours électoral consiste à féliciter les femmes pour le 8 mars et à s’excuser devant Sobchak pour l’attitude des hommes sur le plateau. Ensuite, il repart. Drapé dans cette dignité qu’il revendique haut et fort.

 

 

Il faut dire que K. Sobchak n’a pas été en reste. Dès le départ, elle se met en scène. Jirinovsky attaque Babourine, proie facile, mais la jet-setteuse a besoin de reprendre la main médiatique. Quand Jirinovsky s’énerve trop, elle passe, d’elle-même, à l’attaque privée et lui lance au visage « à votre âge, c’est mauvais pour la santé de n’énerver comme ça« . Ce à quoi il lui répond dans le feu de l’action « tais-toi idiote« . Elle est heureuse, elle a obtenu ce qu’elle cherchait, reprend l’attention et fait monter la pression: mais comment peut-on me parler ainsi, Jirinovsky entre dans le jeu « Dégages » et dis à Soloviev « Ce n’est pas la peine de les ramasser dans la rue« . Cet échange d’amabilités hautement intellectuel se termine par un verre d’eau que K. Sobchak lance au visage de Jirinovsky.

-

-

Le ton de la campagne est lancé. Et le niveau de l’intervention de Sobchak ne montera pas d’un yotta. A chaque rencontre, c’est un jeu de provocations personnelles entre quelques déclarations atlantistes: la Russie viole le droit international, la Russie est un pays agresseur, la Crimée est ukrainienne, il faut « enlever les troupes russes d’Ukraine », etc. Au minimum, lorsque l’on fait de la politique, l’on cherche un électorat national (non à l’étranger): ces déclarations en Russie où la population soutient massivement la politique internationale menée est un suicide politique. Enfin, si l’on fait de la politique.

Hier encore, le show est monté d’un cran. Il est vrai qu’après le verre d’eau, l’on commençait à s’ennuyer ferme de cet échange stérile de propos déplacés. Donc Ksénia Sobchak entre directement à l’attaque: regardez tous ces hommes qui ne font pas campagne contre Poutine, mais contre moi, moi je suis la seule à faire campagne contre Poutine et eux s’acharnent sur moi. A ce moment, Jirinovsky lui rappelle qu’elle est la seule candidate à être aller voir Poutine avant de déclarer sa candidature, comme pour avoir une bénédiction (voir notre article sur l’entrée en jeu de Ksénia Sobchak). Elle dit que non, elle gigote, prend le présentateur à parti – mais ils sont tous contre moi, c’est inacceptable et en excellente actrice qu’elle est, lorsque le moment est arrivé à maturité, que le pathos est à son comble, gros plan sur les yeux rougis qu’elle tourne à la caméra et elle part du plateau avec la voix de Jirinovsky qui lui dit de pleurer et d’appeler sa maman.

 

 

Ce spectacle est pitoyable. Entre celle qui joue sur la pitié faute d’arguments, provoque le conflit pour se mettre en situation de victime. En passant par celui qui quitte les plateaux démonstrativement, et se fait représenter dans les débats, cette fois-ci par de véritables communistes, pour éviter d’avoir à répondre de ses comptes à l’étranger, de ses kilos d’or non déclarés. Sans oublier ceux qui répètent le même discours depuis 20 ans et ceux qui se lancent à corps perdu sur toutes les vagues de la mode post-moderne, faute d’avoir une véritable réponse aux véritables problèmes. Avec cette inconsistance politique, comment prétendre réellement à pouvoir gouverner un pays qui se veut souverain? Imaginez-vous ces candidats sur la scène internationale, quittant les plateaux lorsque les questions dérangent, lançant des verres au visage de leur interlocuteur, fondant en larmes si on leur parle mal?  Comment vont-ils répondre aux habitants de ce grand pays cherchant des médecins compétents: plus besoin de médecins, vous aurez les nouvelles technologies? Plus besoin d’enseignants, asseyez les enfants devant les ordinateurs? Pitoyable!

 

Aujourd’hui c’est pathétique, demain ce peut être dangereux. La situation géopolitique ne va pas s’améliorer, les derniers évènements nous le rappellent avec violence et un pays ne peut reposer sur un homme, il doit reposer sur un système. Et un système qui a plus de consistance que de slogans.

 
 

Publié par à 12:01

Libellés : , , , ,


Publié par Russie politics
URL  http://russiepolitics.blogspot.fr/2018/03/les-grands-moments-des-debats-de-la.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=132918

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS - REFERENDUM, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Minuit moins deux à l’horloge de l’apocalypse

Posté par onsbouge le 12 mars 2018

black-313636_640-2

PRCF Initiative Communiste

Minuit moins deux à l’horloge de l’apocalypse

par Quentin – http://jrcf.over-blog.org 5 Mars 2018

Minuit moins deux.

Minuit moins deux à l’horloge de l’apocalypse dans - ELECTIONS - REFERENDUM

C’est l’heure affiché par l’horloge de l’apocalypse depuis le 25 janvier 2018. En cause l’incapacité des « dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d’une guerre nucléaire et du changement climatique ».

La situation actuelle ne va guère nous amener à mettre en doute ce constat. Le 2 février 2018, le Pentagone a publié un rapport sur l’« Evaluation du dispositif nucléaire » des USA (1) venant pointer très clairement la Chine et la Russie comme les ennemis à abattre, qui menaceraient l’intégrité des Etats-Unis. Le rapport expose l’intention des Etats-Unis de se servir de l’arme nucléaire (notamment en premier) contre les Etats qui ne se soumettent pas à l’ordre de sa majesté.

Le rapport, occupé à pointer le caractère dangereux de la Russie et de la Chine, oublie seulement certains points (« un détail de l’histoire » aurait dit un ignoble politique, dont on oublie bien souvent le pro-américanisme qu’il a démontré par le passé) : le budget militaire des américains s’élève à 611 milliards de dollars, leur garantissant la première place en termes de budget loin devant les autres puissances du globe. D’autres part, le Pentagone dispose de base militaire éparpillées partout autour de la planète, y compris… tout autour de la Chine et à la frontière de la Russie ! Etrangement, je n’ai pas entendu parler de troupes russes au Mexique ni de troupes chinoises au Canada… Ainsi on ne parlera pas des nombreux coups d’état avéré des Etats-Unis (ou de ses tentatives) (2), ni du fait que contrairement à leur accord avec Gorbatchev les troupes de l’OTAN n’ont cessé de rapprocher leur base de la frontière de la Russie. On oubliera aussi qu’en matière de paix, ils ont tout de même financé des terroristes pour faire tomber certains Etats dont ils ne supportaient pas la résistance, ni que c’est, contrairement à la propagande occidentale, bel et bien eux qui ont failli amener à un conflit nucléaire avec la Corée du Nord. De même, amnésie sur le fait que la Chine et la Russie ne sont pas aussi bien pourvu militairement que les USA et qu’ils ont déclaré n’être prêt à utiliser l’arme nucléaire que dans des circonstances très particulières, a contrario des américains.

 dans - INTERNATIONAL

Ne nous leurrons pas : l’ennemi principal de l’humanité c’est l’ américain ! Pas Vladimir Poutine, Xi Jinping, Kim Jong-Un, Nicolas Maduro, etc. C’est bel et bien ce pays contrôlé par des rapaces capitalistes, prêt à détruire le monde et son environnement pour son profit à court terme, à ravager des pays entiers en le ramenant à l’âge de pierre parce qu’il se seront opposés à lui ! Il est faux de dire que c’est à cause des leaders mondiaux que l’on a cette situation, non c’est à cause des USA et de leurs vassaux.

Citons-en quelques-uns : l’Allemagne, le Japon, Israël, l’Arabie Saoudite, la Grande-Bretagne et… la France !

Oui ne l’oublions pas le gouvernement français n’est que le loyal toutou des USA en matière de politique étrangère. En échange de cette servitude ceux-ci nous laisse notre pré-carré africains, ce qui est bien beaux pour les pays africains condamné à l’exploitation par les entreprises du boucher français ! Le gouvernement français a participé à détruire de pays pour les américains (Syrie, Libye), il participe à une coopération policière et militaire en Ukraine et dans les pays Baltes (donc à la frontière de la Russie), il détruit l’environnement en pillant les matières premières d’Afrique, en balançant ses déchets au Ghana et en détruisant le rail français ! N’oublions pas le rôle actif des politiciens français dans la construction de l’Europe supranationale, en réalité l’internationale européenne du capital ! Bref, si nous voulons lutter contre l’impérialisme ravageur des USA, commençons par lutter contre ce gouvernement qui ne représente pas les français !

Mais qui a le plus intérêt à lutter et qui servira mieux la cause de la paix ?

C’est le prolétariat, avec bien sûr en tête les ouvriers. Pourquoi ? Parce que seul le prolétariat vit dans le concret, connais le poids de l’existant et ne part pas dans les délires nihilistes-exterministes de la classe dominante, sais ce qu’est une journée de travail, l’importance de la vie et l’importance de la paix (3). Ne laissons pas la classe capitaliste nous sauver, car elle ne nous fera que tomber dans le chaos et la barbarie la plus totale (regardé-donc ce qu’elle fait en Syrie). Seuls nous, les prolétaires, pouvons apporter la paix et le bonheur à l’humanité (4).

Aujourd’hui comme hier, il faut choisir : socialisme ou barbarie !

Résultat d’images pour peinture ouvrier

-

    1. « Washington relance l’escalade nucléaire », Michael Klare, Le Monde diplomatique n° 768 de mars 2018.
    2. Pour ceux qui ne supporteraient pas de se voir rétorqué l’Ukraine, citons le Honduras.
    3. Il n’y a qu’à voir les dignes ouvriers du Donbass face à l’assaut des forces contre-révolutionnaire de l’ouest de l’Ukraine.
    4. Pour plus de développement, voir Sagesse de la révolution de Georges Gastaud.

    -

Posted by: // 3-INTERNATIONAL, articles, JRCF // , , // mars 9, 2018


Publié par PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/jrcf/minuit-deux-a-lhorloge-de-lapocalypse/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=132572

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ELECTIONS - REFERENDUM, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Etienne Chouard exposé sur la démocratie et le fonctionnement de l’élection et de la socié

Posté par onsbouge le 20 février 2018

black-313636_640-2

Etienne Chouard exposé sur la démocratie
et le fonctionnement de l’élection et de la socié

Etienne Chouard exposé sur la démocratie et le fonctionnement de l'élection et de la socié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION photo
Joanna Butler
Ajoutée le 13 juil. 2017

A voir absolument.
A voir absolument. Élection = Oligarchie Tirage au sort = Démocratie « Les élections sont aristocratiques et non démocratiques : elles introduisent un élément
Élection = Oligarchie Tirage au sort = Démocratie « Les élections sont aristocratiques et non démocratiques : elles introduisent un élément de choix délibéré
Extrait de l’émission ce soir ou jamais du 05 septembre 2014 sur France2 En 3 minute, Etienne Chouard nous explique la supercherie de l’élection et l’origine 


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=130944

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS - REFERENDUM, - LUTTES, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Ksénia Sobchak a du mal à s’imposer aux Etats-Unis

Posté par onsbouge le 9 février 2018

black-313636_640-2

Russie politics

jeudi 8 février 2018

Ksénia Sobchak a du mal à s’imposer aux Etats-Unis

 

Ksénia Sobchak a du mal à s'imposer aux Etats-Unis dans - ECLAIRAGE - REFLEXION sobchak%2Bus%2B2

 

 

Alors que les élections présidentielles russes doivent se dérouler le 18 mars et que Ksénia Sobchak a obtenu les signatures nécessaires à officialiser sa candidature, ce qui a été fait par la Commission centrale électorale, elle fait une grande tournée américaine. Etrange. Enfin, s’il s’agit d’obtenir un soutien populaire dans son pays. Mais pas vraiment s’il s’agit de convaincre les sponsors. Ceux qui s’occupent de l’opposition dite « libérale » en Russie. En ce sens, Ksénia Sobchak ne déroge pas à la grande tradition « démocratico-libérale » qui s’est installée lors de la chute de l’URSS.

 

 

En automne 1989, Boris Eltsine, alors simple député soviétique, rend sa première visite aux Etats-Unis, sur invitation d’un membre du Congrès. Afin de ne pas froisser Gorbatchev, George Bush décide de ne pas recevoir officiellement Eltsine à la Maison Blanche, mais le fait recevoir par son Conseiller pour la sécurité nationale … et à cette occasion le rencontre non officiellement, par « hasard ». Cette poignée de main avec Bush père a largement aidé Eltsine à renforcer sa position intérieure, à former cette image de l’opposant N°1.

 

Ksénia Sobchak tente désespérément de marcher sur les pas de Eltsine avec cette visite aux Etats-Unis. Il est vrai que l’échec du projet Navalny ouvre une porte: il a montré à ses sponsors son inexistence politique, se démenant principalement dans l’activisme de rue. La place peut être reprise. Pourquoi pas par Sobchak? Elle a en plus la chance d’avoir eu un père, et certains disent même un parrain. Quoi qu’il en soit, elle est intégrée dans les milieux de pouvoir.

 

Mais sa réputation est sulfureuse. Elle a beau commencer à s’indigner de la comparaison faite avec Paris Hilton, elle a beau vouloir s’arroger une grande activité politique « sérieuse » en Russie, elle ne convainc pas. 

 

La presse américaine n’accroche pas. A juste titre, elle lui reconnaît le mérite d’apporter du glamour dans la campagne électorale, plus que des idées:

 

%25D0%25A1%25D0%25BD%25D0%25B8%25D0%25BC%25D0%25BE%25D0%25BA%2B%25D1%258D%25D0%25BA%25D1%2580%25D0%25B0%25D0%25BD%25D0%25B0%2B%2528481%2529 russie dans - ELECTIONS - REFERENDUM

 

L’on appréciera la photo d’en-tête de l’article sur sa venue aux Etats-Unis dans le New York Post: 

 

%25D0%25A1%25D0%25BD%25D0%25B8%25D0%25BC%25D0%25BE%25D0%25BA%2B%25D1%258D%25D0%25BA%25D1%2580%25D0%25B0%25D0%25BD%25D0%25B0%2B%2528482%2529 usa dans - INTERNATIONAL

 

Non, vraiment je ne vois pas d’où peut venir cette idée saugrenue de la comparer avec Paris Hilton …

 

Pendant ce temps-là, Ksénia Sobchak tente d’exister politiquement Outre-Atlantique, et d’expliquer à la presse qu’elle est quelqu’un d’important. Assez pathétique, mais que faire, allégeance oblige …

 

%25D0%25A1%25D0%25BD%25D0%25B8%25D0%25BC%25D0%25BE%25D0%25BA%2B%25D1%258D%25D0%25BA%25D1%2580%25D0%25B0%25D0%25BD%25D0%25B0%2B%2528480%2529 dans - POLITIQUE

 

Il faut lui reconnaître que son espace politique potentiel est assez réduit et que la concurrence est rude, car finalement rien ne la différencie de ses acolytes « libéraux » moscovites, surtout pas son rating. Comme eux, elle ne représente aucune force politique à l’intérieure du pays. Voici les derniers sondages en vue des élections – dans l’ordre Poutine, Groudinine, Jirinovsky, Sobchak, Iavlinsky et Titov:

 

%25D0%25A1%25D0%25BD%25D0%25B8%25D0%25BC%25D0%25BE%25D0%25BA%2B%25D1%258D%25D0%25BA%25D1%2580%25D0%25B0%25D0%25BD%25D0%25B0%2B%2528479%2529

 

En attendant donc son petit-déjeuner présidentiel, raison de son voyage, en compagnie de plus de 3 000 invités, où elle n’a pas été invitée, évidemment, pour prendre la parole mais pour applaudir, comme au bon vieux temps de la Russie post-soviétique servile, elle réussit son passage obligé par les Centres américains coordonnant l’opposition radicale en Russie. En l’occurrence, il s’agit du CSIS (Center for Strategic and International Studies), ONG fondée en 1962, notamment par l’Amiral A. Burke, où l’on retrouve des anciens diplomates, sénateurs et membres de Congrès, et divers hommes influents de la politique américaine.

 

Le discours qu’elle y a fait est sans surprise:

-

Dans ce qu’elle appelle le futur « post-autoritaire » de la Russie, considérant donc comme il convient le présent d’autoritaire, elle imagine une Russie libérée de son président et laissée aux mains du parlementarisme. Il est amusant de noter que tous les opposants à la Russie, que ce soit sous l’Ancien régime ou aujourd’hui, veulent absolument tuer le centre de pouvoir et noyer le pays dans le parlementarisme. Il est vrai que cela permettrait de plus facilement le découper par la suite, comme l’histoire l’a également montré .

 

D’autant plus qu’elle ressort l’idée éculée de l’intégration du pays dans l’UE. Vue la taille de la Russie, l’on ne sait pas qui absorberait qui … D’où l’importance du parlementarisme et donc du découpage. Pour faciliter la digestion.

 

Sur les sujets conflictuels, elle est parfaitement dans les règles. L’OTAN ne représente aucun danger pour la Russie. La Crimée est annexée. Mais comme la population locale est quand même favorable à la Russie, et est russe, il faut un référendum. Il y en a déjà eu un me direz-vous? Certes, mais il en faut un autre - qui englobe la population de l’Ukraine et de la Russie. Etrange référendum … pas vraiment locale. Mais tel est manifestement le but. Pour le Donbass, évidemment, la Russie est l’agresseur. Les fameuses troupes russes doivent se retirer. Les autres peuvent en revanche rester, semble-t-il.

 

Et Poutine. Incontournable. C’est vrai, il est populaire. Mais son électorat est conservateur – comprenez rétrograde. Le problème est qu’il est là – cet électorat et qu’elle, Ksénia Sobchak, n’a aucun argument pour le faire changer d’avis:

“Millions of people vote for him. this is also the truth we have to live with. Many people really support him … because they are quite conservative…because they gained more money than they did in the 1990’s.”

Et n’oublions pas les hackers, car il faut bien justifier les sanctions. Rassurez-vous, ils sont bien russes, Sobchak en est certaine:

In the AP interview, Sobchak said she believes Russian hackers working with the government interfered in the 2016 U.S. presidential election — something the Kremlin has steadfastly denied.
« I think those hackers, of course, they were Russian, and it had to do something with the government, » she said. « I don’t rule out this kind of meddling. »

Et comme ses petits camarades, elle apporte sa contribution aux « listes » diverses et variées de sanctions à prendre contre la Russie:

She said she would suggest adding more names to the list when she speaks with U.S. officials during an upcoming trip to the United States.
She singled out cellist Sergei Roldugin, whose $2 billion in offshore assets publicized in the so-called Panama Papers in 2016 were allegedly linked to Putin.
« I think Roldugin should be added to the list, » Sobchak said, noting that she believes she would also share the names of Russian generals and others who were involved in Russian actions in Ukraine to be added as potential targets of U.S. sanctions.
« I’m a politician who’s against corruption that Putin has done in our country, » she said.
 

Bref, en pleine campagne électorale, russe j’entends, Ksénia Sobchak fait son opération de séduction aux Etats-Unis. Pour 2018, elle sait qu’elle va perdre. Mais c’est le dernier mandat de Poutine et elle est pleine d’espoir. Peut-être sera-t-il possible de refaire un 91, de suffisamment déstabiliser la situation pour que ces « libéraux » puissent reprendre le pouvoir?

 

Elle nie être pour la révolution, mais ces individus ne peuvent accéder au pouvoir autrement. Et tout son comportement affirme le contraire: elle prépare ses sponsors et ses alliés Outre-atlantiques pour les prochaines élections, pas celles-ci. Elles seront effectivement un véritable test de résistance pour se système politique russe, système, au-delà de la personne.

 

 

 

Publié par à 15:26

Libellés : , , , ,


Publié par Russie politics
URL  http://russiepolitics.blogspot.fr/2018/02/ksenia-sobchak-du-mal-simposer-aux.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=129916

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS - REFERENDUM, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...125
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots