Syrie: près de 100.000 civils « pris au piège » à Raqa, selon l’ONU

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2


mercredi 28 juin 2017

.
Syrie: près de 100.000 civils « pris au piège » à Raqa, selon l’ONU

 Syrie: près de 100.000 civils

De la fumée à l’est de Raqa, dans le district de al-Sinaa lors d’une offensive de la coalition pour reprendre la ville aux islamistes, le 21 juin 2017 (afp)

 

L’ONU a estimé mercredi que près de 100.000 civils étaient encore « pris au piège » à Raqa, principal bastion du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, que les Forces démocratiques syriennes (FDS, antijihadistes) tentent de reprendre.
« Avec l’intensification des frappes aériennes et des combats au sol, le nombre de victimes civiles augmente et les voies de fuite se ferment les unes après les autres », fait valoir le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme dans un communiqué.
Selon des données recueillies par le Haut-Commissariat, « près de 100.000 civils sont actuellement pris au piège » à Raqa et « au moins 173 civils – il s’agit ici d’une estimation prudente, et le nombre réel pourrait être bien plus élevé – ont été tués dans les combats depuis le 1er juin ».
Située dans le nord du pays et bordée par le fleuve de l’Euphrate, Raqa comptait avant la guerre quelque 300.000 habitants, en majorité des Arabes sunnites. C’était également la ville de milliers de chrétiens arméniens et syriaques et les Kurdes formaient 20% de sa population.
La bataille de Raqa est la plus emblématique pour les FDS qui sont engagées dans des combats contre les jihadistes depuis des mois avec l’appui d’une coalition internationale menée par les Etats-Unis tant sur le plan aérien, qu’avec des conseillers, des armes et de l’équipement.
« Les bombardements de ces trois dernières semaines sur Raqqa ont laissé les civils dans un état de terreur et de confusion quant aux possibilités de trouver refuge entre les atrocités commises par les soldats de Daech (acronyme en arabe de l’EI) et la lutte acharnée pour les défaire », a relevé le Haut-Commissaire, Zeid Ra’ad Al Hussein, cité dans le communiqué.
« Le grand nombre de victimes civiles montre que les parties en présence doivent en faire beaucoup plus pour assurer la protection de la population civile », a-t-il ajouté.
M. Zeid exhorte les parties au conflit à mettre en place des mesures qui permettent aux civils qui souhaitent fuir les combats de le faire en toute sécurité.
Il appelle aussi toutes les forces, y compris les troupes soutenues par la coalition internationale, à veiller à ce que leurs opérations soient pleinement conformes au droit international et à enquêter de façon « rapide et efficace » lorsqu’il y a des « rumeurs » faisant état de victimes civiles.
Selon le Haut-Commissariat, les FDS, qui sont formées de combattants kurdes et arabes, « se seraient elles-mêmes rendues coupables de violations des droits de l’Homme et d’abus de ces droits dans les zones qu’elles contrôlent, notamment dans la ville de Tabqa ». Le communiqué cite ainsi « des actes de pillage, d’enlèvements, de détentions arbitraires dans le cadre des opérations de filtrage, ainsi que de recrutement d’enfants ».

pa1


Publié par
URL  https://assawra.blogspot.fr/2017/06/syrie-pres-de-100000-civils-pris-au.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111146

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE, - PRECARITE | Commentaires fermés

Travail: inquiétude des Français opposés aux ordonnances selon un sondage

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2


mercredi 28 juin 2017

.
Travail: inquiétude des Français opposés aux ordonnances selon un sondage

 Travail: inquiétude des Français opposés aux ordonnances selon un sondage dans - DROIT a1

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, donne une conférence de presse le 28 juin 2017 à son ministère à Paris (afp)

.

La réforme du Code du travail engagée par le gouvernement inquiète une majorité de Français (61%), lesquels s’opposent par ailleurs à l’utilisation des ordonnances pour légiférer sans débat au Parlement, selon un sondage Elabe publié mercredi.
La volonté d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe de réformer le droit du travail suscite de « l’inquiétude » pour 61% des personnes interrogées, de la « confiance » pour 29% et de l’indifférence pour « 10% », d’après le sondage réalisé pour BFMTV.
Sur l’échiquier politique, les plus inquiets sont les sympathisants du Front national (à 84%) et de la gauche (71%). Les électeurs d’Emmanuel Macron à la présidentielle sont les plus confiants (67% de ses électeurs au premier tour).
Parmi les mesures envisagées, le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif est celle qui rencontre la plus ferme opposition (61% contre).
Les avis sont moins tranchés sur l’extension du contrat de projet à d’autres secteurs que le BTP (52% d’opinion favorable), la primauté des accords d’entreprise (53%) et l’assouplissement par accord de branche des règles encadrant le recours au CDD et à l’intérim (55%).
Le référendum à l’initiative de l’employeur pour valider un accord minoritaire ainsi que la fusion des instances représentatives du personnel (comité d’entreprise, CHSCT et délégués du personnel) sont accueillis favorablement par près des deux-tiers des sondés.
Sur la méthode, le recours aux ordonnances est perçu négativement par 58% des personnes interrogées.
Le sondage a été réalisé les 27 et 28 juin par Internet auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif de la population française majeure, selon la méthode des quotas.

***

Code du travail: les principales mesures envisagées

Le projet de loi d’habilitation présenté mercredi en Conseil des ministres, va autoriser le gouvernement à prendre des ordonnances pour réformer le Code du travail, notamment sur les branches, les licenciements ou les instances représentatives du personnel.

- Articulation entre la convention de branche et l’accord d’entreprise:
Le gouvernement est autorisé à prendre par ordonnance dans les six mois toute mesure visant à « reconnaître et attribuer une place centrale » à la négociation d’entreprise.
Le « bilan » de la concertation avec les partenaires sociaux présenté mercredi prévoit que les domaines de négociation se répartissent en trois blocs. Le premier définit les sujets sur lesquels les accords de branche priment « de manière impérative » sur l’entreprise: minima conventionnels, classifications, mutualisation des financements paritaires, gestion et qualité de l’emploi (dont le recours au CDD, l’extension des contrats de chantier), égalité professionnelle entre hommes et femmes.
Le deuxième bloc concernerait les domaines « pour lesquels la branche peut décider, sans y être obligée, de faire primer son accord sur les accords d’entreprise »: pénibilité, handicap, moyens d’exercice d’un mandat syndical.
Pour tous les autres thèmes, l’accord d’entreprise primerait.
Si le gouvernement avait envisagé dans un premier temps la possibilité qu’un accord d’entreprise puisse « déroger à l’accord de branche, y compris dans certains domaines réservés », ce n’est plus le cas.

- Instances représentatives du personnel (IRP):
Le texte prévoit de fusionner « en une seule instance les délégués du personnel, le comité d’entreprise et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) », ce qui est déjà possible pour les entreprises de moins de 300 salariés.
Selon la ministre du Travail, les délégués syndicaux, chargés de négocier les accords d’entreprise, pourraient aussi être fusionnés dans l’instance unique en cas d’accord majoritaire. « Mais ce ne sera pas obligatoire », a-t-elle précisé.

- Chèque syndical:
Sans mentionner explicitement ce dispositif, le projet de loi d’habilitation ouvre la possibilité pour le salarié « d’apporter au syndicat de son choix des ressources » financées par l’employeur.

- Prud’hommes:
Fixation d’un barème des indemnités versées au titre des dommages et intérêts -en plus des indemnités légales- en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, « en fonction notamment de l’ancienneté », « à l’exclusion des licenciements entachés par une faute de l’employeur d’une particulière gravité ».

- Licenciements:
Le gouvernement est autorisé à « harmoniser » le régime juridique de la rupture du contrat de travail « en cas de refus des modifications issues d’un accord d’entreprise ». Selon le ministère, cette harmonisation pourra aller jusqu’à « l’unification » du motif de rupture. Aujourd’hui, selon le type d’accord, le salarié peut être licencié pour cinq motifs différents, ce qui lui ouvre des droits différents et impose à l’entreprise des obligations, différentes également.
Licenciements pour motif économique: le gouvernement se donne la possibilité de définir le « périmètre géographique et le secteur d’activité » pour apprécier les difficultés d’une entreprise: il pourra réintroduire la notion de périmètre national, retirée de l’avant-projet de loi travail.
Réduction des délais de recours contentieux en cas de rupture du contrat de travail, actuellement de 12 mois.

- Consultation de salariés:
« Faciliter » les conditions de recours à la consultation des salariés pour valider un accord. Le texte ne mentionne pas de référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, une promesse d’Emmanuel Macron vue comme une ligne rouge par les syndicats.

- Travail dominical:
Prolongation du délai accordé aux commerces situés dans les zones touristiques et commerciales pour se doter d’un nouvel accord sur le travail dominical. La loi Macron du 6 août 2015 leur avait donné deux ans.

- Gouvernance d’entreprise:
Présence de salariés dans les conseils d’administration et conseil de surveillance dans les entreprises « dont l’effectif dépasse un certain seuil ». Actuellement, ils sont autorisés à siéger dans les CA d’entreprises de plus de 1.000 salariés.

- Retenue à la source:
Seule mesure ne concernant pas le Code du travail: le gouvernement s’autorise à prendre par ordonnance, dans un délai de trois mois, toute mesure propre à permettre « de décaler d’un an, au 1er janvier 2019″ son entrée en vigueur.


Publié par  NanterreReseau
URL https://nanterrereseau.blogspot.fr/2017/06/travail-inquietude-des-francais-opposes.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111141

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Que vont devenir les 432 députés qui quittent l’Assemblée ?

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2

.
Que vont devenir les 432 députés qui quittent l’Assemblée ?

Brut

Ajoutée le 22 juin 2017

Mais que vont devenir les 432 députés battus aux législatives qui quittent l’Assemblée ?


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111132

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Nouvelles alliances du Hamas ? L’analyse d’Hani Almasri

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

.

Une analyse d’Hani Almasri sur la situation politique à Gaza et des changements d’alliances, qui peuvent surprendre…

Nouvelles alliances du Hamas ? L’analyse d’Hani Almasri dans - ECLAIRAGE - REFLEXION rafah-crossing-4-2-cbc7b

La frontière entre Gaza et l’Egypte

LETTRE D’UN GAZA INÉBRANLABLE

« Je vous écris de la Bande de Gaza, inébranlable et assiégée, qui souffre au-delà de ce qu’endurent les êtres humains », écrit Hani al-Masri sur le site www.masarat.ps.

J’ai eu la chance d’arriver à Gaza peu de temps après le retour d’une visite de neuf jours au Caire de la délégation du Hamas, conduite par Yahiya as-Sinwar, laquelle, d’après de nombreuses sources, est susceptible d’emporter des succès meilleurs que ceux de ses prédécesseurs. C’est évident lorsque l’on constate des pourparlers prometteurs : circulation imminente de centaines de milliers de litres de carburant en provenance d’Égypte, et aussi des réunions sans précédent, qui se sont tenues en marge de la visite, entre la délégation du Hamas et une délégation dirigée par Mohammad Dalhan, et qui se sont terminées par des accords qui devraient être établis dans les jours à venir,

Mais qu’est-ce qui a provoqué cet apaisement dans les relations Hamas-Égypte, après la déclaration de Trump du podium de Riyadh, selon laquelle le Hamas est une organisation terroriste ?

On peut expliquer ce qui s’est passé : le Hamas a besoin d’atténuer les pressions grandissantes qu’il subit en conséquence des récents développements, en particulier après la crise du Golf entre le Qatar et certains pays du Golfe sans oublier l’Égypte, et à la suite des crises des moyens de subsistance qui s’aggravent, dans la Bande de Gaza. Ces crises ont atteint le point où elles semblent maintenant se diriger vers une explosion interne, ou vers une guerre contre Israël qu’aucun des deux ne veut (au moins pour le moment), ou encore vers un appel urgent à l’Iran – dernier recours.

Voilà pour les raisons du Hamas. De son côté, l’Égypte a besoin de la coopération du Hamas pour sécuriser sa frontière avec la Bande de Gaza et s’assurer que les djihadistes de takfiri ne passent pas dans le Sinaï ni n’en sortent.

Ce qui a maintenant changé, c’est le nouveau commandement, celui de Yahiya as-Sinwar, qui est le chef du mouvement de la Bande de Gaza. Ces dirigeants ont décidé de desserrer à tout prix la tension dans leurs relations avec l’Égypte, sans toutefois perdre le Qatar ni la Turquie, sans claquer la porte à l’Iran avec lequel les relations se sont améliorées. Il est vrai que c’est peut-être difficile, sinon impossible à réaliser, mais à cause de la « dictature » de la géographie et des choix limités, la priorité du Hamas est toujours l’amélioration de ses relations avec l’Égypte. Quant à l’Égypte, son but est de renforcer le scellé de sécurité avec la Bande de Gaza et d’éloigner le Hamas des Frères Musulmans, du Qatar, de la Turquie et de l’Iran.

Sinwar a rencontré Dahlan en marge de la visite au Caire de la délégation du Hamas. Qu’est-ce qui a mené à cette rencontre – un peu comme si on mangeait la chair d’un mort ? Les deux parties ont été forcées à se rencontrer parce que leur hostilité envers le Président Mahmoud Abbas constitue un intérêt mutuel très significatif. En d’autres termes, le Hamas et Dalhan n’ont pas d’alternative. Le Hamas n’a plus de choix après le plan d’Abu Mazen au sujet de Gaza, qui vise à faire plier le Hamas et à le soumettre en resserrant le siège et en lui imposant petit à petit des sanctions de plus en plus sévères. Le but est de conduire les habitants de la bande de Gaza à se révolter contre l’autorité du Hamas, s’il rejette les exigences du président : Si le Hamas refuse de se soumettre, il sera responsable de ce qui est susceptible d’arriver.

Comme le disent ses dirigeants, le Hamas aurait préféré conclure un accord avec le Fatah et le président. Il espère encore un peu que ce genre de chose est possible, car, tandis que le président est un opposant, Dahlan est un ennemi. Cependant, l’intention de Autorité Palestinienne de renforcer le siège de la bande de Gaza ne permet pas la réconciliation. Il n’y a donc que le choix de chercher l’impossible, même si cela implique une réconciliation entre le Hamas et Dahlan.

Le nouveau chef du Hamas à Gaza a pris une initiative positive, y compris une solution pour l’Université d’Al Aqsa à Gaza, basée sur les préconditions établies par l’AP. Celle-ci n’a pas rendu la pareille. Il a aussi encouragé des médiateurs à prendre contact avec le président – sans susciter de réponse. Au contraire, ce dernier a insisté sur le plan « soit l’un, soit l’autre ». La réponse finale a été profondément influencée par le déclenchement de la crise du Golf, le débat ayant pourtant duré des mois.

Quant à Dahlan, la réaction du Hamas à son offre est une bouée de sauvetage : Lui et son groupe ressentent encore le goût amer de l’exclusion par le Fatah qui a tenu sa septième conférence – en novembre 2016 – sans son groupe, malgré le soutien qu’il avait reçu du Quatuor Arabe (l’Égypte, l’Arabie Saoudite, les Émirats, la Jordanie). Il a essayé de convaincre le Hamas d’accepter son offre il y a quelque temps mais celui-ci hésitait toujours, comme le montre Sinwar qui avait prévenu les nombreuses personnes qu’il avait rencontrées au cours des derniers mois, qu’il avait une offre – sans révéler au début ce que c’était, confirmant plus tard qu’elle venait de Dahlan – qui était susceptible de mettre fin aux crises de Gaza ou de les atténuer. Pourtant, il a ajouté qu’il préfère conclure un accord avec Abu Mazen, même selon des conditions plus défavorables, si on se souvient que le principe constant dans cette affaire est que toute offre ou tout accord entre le Hamas et toute autre partie ne doit pas compromettre les sources de pouvoir du mouvement – en particulier en ce qui concerne sa sécurité et son armement – et son contrôle de Gaza.

Quels sont ces accords ? Quelles sont les chances de leur mise en œuvre ? Selon certaines sources, ils comprennent :

Premièrement, le lancement des activités de la Commission pour la Sécurité Sociale, qui a été organisée il y a plusieurs années. Elle comprend les représentants de nombreuses factions et aussi la branche du Hamas et de Dahlan. La Commission doit commencer ses activités d’ici quelques jours, avec un budget de deux millions de dollars.

Deuxièmement, le lancement des réconciliations dans la société, destinées à résoudre les effets résiduels des hostilités entre les deux groupes (Fatah et Hamas) : versement du « prix du sang » aux parties impliquées, compensation pour les blessés, les handicapés et ceux qui ont souffert un préjudice. Le coût va de 50 à 150 millions de dollars.

Troisièmement, des programmes de soutien pour les jeunes.

Quatrièmement et en dernier, une demande au Conseil Législatif Palestinien de se réunir avec la participation du bloc « Changement et Réforme » (qui représente le Hamas) et du bloc de Dahlan , qui comprend au moins 14 membres, ainsi que toutes les autres factions qui sont d’accord pour cette réunion – ce qui formerait un quorum. Un débat est en cours en ce qui concerne le choix possible d’un représentant et d’un bureau du CLP, que l’on pourrait trouver parmi les membres du Bloc Changement et Réforme.

Le partage de l’administration de Gaza pourrait ainsi être discuté, si on assume que les accords seront mis en œuvre, comme prévu. Alors, le camp de Dahlan contribuerait à l’administration de Gaza. De plus, si cela n’aide pas à l’unité nationale, la situation pourrait mener à démunir le président de l’AP de sa légitimité. Dans ce cas-là, le président pourrait réagir ou empêcher un tel geste en dissolvant le CLP via la Cour Constitutionnelle qui a été établie à cette intention. De plus, le président a le…joker (la carte « Trump »), du fait que le président des États-Unis pourrait agir afin d’empêcher le sauvetage du Hamas. En outre, l’intervention de l’AP pour empêcher l’arrivée des fonds à Gaza pour le paiement du carburant égyptien comme convenu, montre bien que l’affaire n’est pas aussi simple que certains le croient.

La situation donne évidemment naissance à certaines possibilités. Les accords peuvent bien commencer à se réaliser, alors que le plafond et le but n’ont trait qu’aux problèmes sociaux et ceux de subsistance, l’intention étant d’arriver à résoudre ou à atténuer les effets de la crise, dans l’espoir de pousser le président à arrêter la réalisation de son plan punitif. Cependant, la situation pourrait aussi se transformer en accord sur l’administration de Gaza. Cela conduirait le Fatah et le président à s’ouvrir à une réconciliation avec le Hamas, tout en barrant la route du retour à Dahlan qui se sert du Hamas pour entrer par la fenêtre.

On voit ici le rôle de Dahlan. Il souhaite que ces accords forcent la porte de son retour, s’assurant qu’on le reconnaisse en tant qu’acteur de premier plan à Gaza. Après tout, Dahlan ne gère pas une œuvre de bienfaisance pour résoudre les crises de subsistance ou pour libérer le Hamas de sa crise. Il veut un rôle politique. De plus, ces accords peuvent très bien se réaliser, se développer et devenir une alliance dans un effort de la faire évoluer en une participation à l’administration de Gaza, ce qui semble normal du fait que la séparation de Gaza avec la Cisjordanie est le scénario préféré d’Israël, que le monde en général semble accepter, partant de l’hypothèse que c’est ce qu’il y a de mieux.

Une chose demeure : comment expliquer la position de l’Égypte ? Celle-ci se préoccupe en particulier de maintenir ses distances avec les accords entre Dahlan et le Hamas. On peut l’expliquer si on pense à la détermination de l’Égypte d’en finir avec le problème de sécurité dont la cause est le Hamas qui contrôle Gaza, et à son refus d’encourager le plan du président pour Gaza : Il semble que l’Égypte n’ait pas été consultée au sujet du plan. Ou peut-être qu’il y a eu une consultation sans l’encouragement de l’Égypte. En fait, comme Israël, l’Égypte ne souhaite pas l’explosion de Gaza, qui éclabousserait l’un de ses voisins ou les deux. Elle veut une AP sous la conduite d’Abu Mazen, établi comme dirigeant légitime. En outre, à plus ou moins long terme, l’Égypte peut y gagner si le Hamas s’éloignait des Frères Musulmans, du Qatar et de la Turquie et s’il ne retourne pas vers son ancienne alliance avec l’Iran.

Cette visite annonce-t-elle une nouvelle phase pour le Hamas en ce qui concerne l’Égypte et Dahlan ? Ou va-t-elle mener à l’unité nationale palestinienne ? Ou encore, est-ce une pause momentanée au milieu de la tension ?

Tout est possible, ce qui est nouveau. Tout dépend de la façon dont les accords avec l’Égypte peuvent se matérialiser, de leur ampleur et de leur rapidité, en particulier si le carburant s’écoule vers Gaza et si le passage de Rafah s’ouvre après l’Aïd (fin du festival du Ramadan) d’une façon différente de ce qui se passait avant. Cela dépend aussi de l’ampleur et de la rapidité de la conclusion de l’accord entre le Hamas et Dahlan, sans obstacles insurmontables.

En outre, il reste la possibilité d’une marche accélérée vers la séparation entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, car c’est la politique d’Israël, soutenue par les États-Unis, et que la communauté internationale garde sous silence. En réalité, cela devient très possible, spécialement si les parties palestiniennes qui s’opposent, demeurent intransigeantes, mêlant actions et réactions.

Conclusion de Masri : De toute façon, les jours et semaines à venir, la plupart des mois à venir, apporteront les réponses définitives à ces questions. »

(Traduit de l’anglais par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source : http://masarat.ps/ar/content/writing-steadfast-gaza

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article13144

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111083

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Russie: CNN « Very Fake News » tente de se refaire une virginité

Posté par onsbouge le 28 juin 2017

black-313636_640-2

Russie politics

.

lundi 26 juin 2017

Russie: CNN « Very Fake News » tente de se refaire une virginité

Russie: CNN

Comme dans la propagande islamiste selon laquelle au Paradis d’Allah après chaque rapport sexuel les femmes redeviennent vierges, CNN tente de sortir du dernier scandale qui a obligé la chaîne à retirer un lien impliquant le staff de Trump avec la Russie. L’hystérie mondiale anti-Trump et anti-Russie commence à devenir dangereuse … pour le business. Donc de nouvelles règles – passablement rigides – sont mises en place par la chaîne elle-même dès qu’il s’agit de la Russie. Quand l’incompétence et la bêtise se disputent la première place.

Lire la suite…


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=111079

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

12345...2368
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots