A Mossoul, l’EI parti, les footballeurs s’en donnent à coeur joie

Posté par onsbouge le 14 avril 2017

black-313636_640-2


vendredi 14 avril 2017

.
A Mossoul, l’EI parti, les footballeurs s’en donnent à cœur joie

A Mossoul, l'EI parti, les footballeurs s'en donnent à coeur joie dans - ECLAIRAGE - REFLEXION a8

Un gardien de but irakien lors d’un match de football à Mossoul, le 7 avril 2017 (Afp)

 

Shorts et maillots d’équipes étrangères interdits, matches interrompus pour la prière: en Irak, le groupe Etat islamique (EI) imposait aussi sa loi sur les terrains de foot, mais depuis sa défaite à Mossoul-Est, les joueurs s’en donnent à coeur joie.
« Le terrain de guerre est plus noble que le terrain de jeu », affirmaient les jihadistes dans les prêches à la mosquée, se rappelle Oussama Ali Hamid.
Aujourd’hui, le jeune homme de 26 ans a retrouvé, avec ses amis, le plaisir de fouler un terrain recouvert d’une pelouse artificielle toute neuve.
Ils goûtent de nouveau à cette liberté depuis que les forces irakiennes ont chassé, fin janvier, les jihadistes de la partie orientale de Mossoul, la deuxième ville du pays, après trois mois de violents combats.
« Avant, quand nous avions un match, ils nous surveillaient et certains d’entre eux portaient des armes. Ils nous empêchaient de porter des maillots d’équipes étrangères », se souvient Oussama, qui arbore fièrement le maillot du club allemand du Borussia Dortmund.
Ceux qui osaient enfreindre la consigne voyaient les combattants de l’EI découper les logos étrangers de leurs maillots.
Pas question non plus pour les joueurs de montrer leurs genoux en portant des shorts, rappelle Laith Ali, âgé de 23 ans.
Et ils peuvent désormais jouer un match entier sans devoir s’interrompre lorsque résonne l’appel à la prière dans les mosquées de la ville.
Sous le joug de l’EI, il était même interdit de siffler pendant les matches, les jihadistes estimant qu’un tel bruit attirerait « des diables », raconte Moustafa Nour, 25 ans. Une violation de cette interdiction pouvait valoir à son auteur de deux à trois jours de prison, selon lui.
Le football est un sport extrêmement populaire en Irak, où il réussit le difficile pari d’unir les différentes communautés.
Sous le joug de l’EI, il était même interdit de siffler pendant les matches, les jihadistes estimant qu’un tel bruit attirerait « des diables », raconte Moustafa Nour, 25 ans. Une violation de cette interdiction pouvait valoir à son auteur de deux à trois jours de prison, selon lui.
A Mossoul-Est, 12 terrains de foot ont été remis en état depuis le départ de l’EI, selon Mohammed Abdelkarim al-Mimaari, le chef du département des sports et de la jeunesse de la province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu.
Tous les premiers du mois, ses services organisent une « Journée du sport » pour encourager la pratique sportive dans cette ville encore divisée, où les combats font toujours rage dans la partie ouest, de l’autre côté du fleuve Tigre, entre jihadistes et forces irakiennes.
Beaucoup d’habitants espèrent que le Mossoul Club, l’une des plus célèbres équipes irakiennes avant l’arrivée de l’EI, retrouve un jour son rang et renoue avec le succès d’antan.
En 2014, le club se préparait à faire son grand retour dans le championnat irakien lorsque l’EI a pris le contrôle de la ville, interdisant aux joueurs d’en sortir.
Aujourd’hui, le club souffre de la division de Mossoul. Si son siège et ses terrains d’entraînement sont dans la partie orientale, de nouveau sous contrôle du gouvernement, son stade principal est dans l’ouest, dans la zone des combats.


Publié par
URL  https://assawra.blogspot.fr/2017/04/a-mossoul-lei-parti-les-footballeurs.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=103025

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - POLITIQUE, - SPORT | Commentaires fermés

Le foot féminin palestinien, un « énorme défi » et plein de buts

Posté par onsbouge le 4 avril 2017

black-313636_640-2


mardi 4 avril 2017

.
Le foot féminin palestinien, un « énorme défi » et plein de buts

 Le foot féminin palestinien, un

L’équipe de foot féminine palestinienne, le 3 avril 2017 à Al-Ram, en Cisjordanie (Afp)

 

L’équipe de foot féminine de Palestine vient de se faire écraser 0-6 par la Thaïlande. Mais le score importe peu pour la capitaine Claudie Salameh, « fière » de ses coéquipières qui ont bravé les traditions et les obstacles pour occuper le terrain.
Les autres équipes de ce groupe qualificatif pour la Coupe d’Asie 2018, la Thaïlande et la Chine, se connaissent et s’entraînent depuis longtemps. Avant ce premier match de phase qualificative contre la Thaïlande, les filles au maillot rouge de la Palestine, parentes pauvres d’un sport qui passionne pourtant les Palestiniens, n’avaient jamais joué ensemble et n’ont eu que 20 jours pour se découvrir.
« Jouer au foot, pour nous les filles en Palestine, est un énorme défi: on fait face au foot mondial mais aussi à notre pays où règne une vision rétrograde des femmes qui jouent au foot », confie à l’AFP Claudie Salameh, ses longs cheveux noirs tirés en arrière, après la cuisante défaite subie à domicile devant des travées très clairsemées du stade Fayçal al-Husseini.
Celui-ci est l’unique arène internationale du foot palestinien à al-Ram, ville palestinienne coupée de Jérusalem par le mur de séparation israélien.
« On doit prouver à notre propre peuple que les filles peuvent et savent jouer au football », poursuit-elle en agitant ses mains aux ongles vernis d’un rouge flamboyant.
Mercredi, elle jouera avec son équipe le deuxième match qualificatif pour la Coupe d’Asie qui se tiendra en Jordanie voisine l’an prochain. La Palestine recevra la Chine. Les deux derniers membres du groupe C –le Liban et l’île de Guam– se sont retirés.
Le foot féminin palestinien n’a même pas dix ans. La première équipe a été formée en 2009 avec de maigres moyens et malgré le scandale causé par le spectacle de ces filles pratiquant en short un sport présumé de garçons.
Quatre équipes évoluent aujourd’hui sur de grands terrains, une douzaine en salles. Environ 400 filles de plus de 14 ans en Cisjordanie possèdent une licence de la Fédération palestinienne de football.
Depuis leur création, les équipes féminines font l’objet de débats byzantins sur leurs tenues vestimentaires et la poursuite ou non de leur activité passé l’âge du mariage. Le sujet a rebondi jusque dans les prêches de certaines mosquées.
Dans la bande de Gaza, enclave recluse séparée de la Cisjordanie par le territoire israélien, seules quelques filles pratiquent le football en salle. Les membres de l’équipe nationale palestinienne viennent soit de Cisjordanie, soit de communautés arabes d’Israël.
Les joueuses palestiniennes font face non seulement aux « obstacles culturels » dressés par leur société, mais à ceux imposés par l’occupation de l’armée israélienne, explique Hanadi Nasser Eddine, en charge du foot féminin au sein de la Fédération palestinienne.
Le football féminin est confronté aux entraves aux déplacements que connaissent les Palestiniens au quotidien du fait de l’occupation. Cette question et celle de l’approvisionnement en équipements sportifs qui transitent par Israël sont régulièrement portées devant les instances internationales.
Aujourd’hui, l’enjeu pour les joueuses et leurs encadrants, bien au-delà des scores, est d’imposer et de pérenniser leur présence.
Riham al-Moghrabi, âgée d’une vingtaine d’années, est l’une des rares à être venues supporter l’équipe nationale, de Jéricho. Dans les gradins, elle assure, drapeau palestinien en main, déceler dans ces joueuses « une force, une volonté et un don qui peuvent les servir autant que servir le pays tout entier ». « Jouer au foot pour les filles, ce n’est ni une honte ni un péché », martèle-t-elle.
Bien au contraire, renchérit Jibril Rajoub, le patron du sport palestinien, soucieux de faire apparaître la Palestine, son drapeau et sa cause dans toutes les compétitions internationales, une « révolution sportive » dans laquelle la femme doit avoir « toute sa place ».


Publié par
URL https://assawra.blogspot.fr/2017/04/le-foot-feminin-palestinien-un-enorme.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=101953

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DROIT, - FEMMES, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SPORT | Commentaires fermés

Vidéo ~ Jean-Luc Mélenchon: «Le sport est malade de l’argent»

Posté par onsbouge le 3 avril 2017

black-313636_640-2


lundi 3 avril 2017

.
Jean-Luc Mélenchon: «Le sport est malade de l’argent»

Le mardi 2 avril, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de France bleu pour parler de sport. Il a expliqué qu’il considérait le sport comme un moyen d’émancipation et a dénoncé la financiarisation croissante de la pratique sportive avec le «naming», la cotation de clubs en bourse, les salaires et prix de transferts exorbitants de certains joueurs (en particulier de football), l’évasion fiscale pratiquée par certains…

Pour recevoir ce bulletin d’information écrivez à : NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr  


Publié par
URL https://nanterrereseau.blogspot.fr/2017/04/jean-luc-melenchon-le-sport-est-malade.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=101850

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - ELECTIONS, - FRANCE - DOM-TOM, - POLITIQUE, - SPORT, - VIDEO | Commentaires fermés

Football : des centaines de manifestants à Gijon (Espagne) contre l’apartheid israélien (photo)

Posté par onsbouge le 27 mars 2017

black-313636_640-2

CAPJPO – EuroPalestine

Plusieurs centaines de citoyens ont manifesté vendredi dans les rues de Gijon, ville du nord-ouest de l’Espagne où se jouait le soir même un match des éliminatoires de la Coupe du Monde entre l’équipe nationale et celle d’Israël.

Football : des centaines de manifestants à Gijon (Espagne) contre l’apartheid israélien (photo) dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME gijon_manifestation-dc583

Le stade lui-même était « blindé » de policiers locaux et d’un nombre considérable d’agents du Mossad, rapporte la presse espagnole.

Ces derniers n’ont pas dû apprécier excessivement le résultat, puisqu’Israël a été sévèrement battu par l’Espagne, 4 buts à 1.

CAPJPO-EuroPalestine


Publié par CAPJPO – EuroPalestine
URL http://www.europalestine.com/spip.php?article12816
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=100898

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - APARTHEID - RACISME - FASCISME, - EUROPE, - INGERENCE - HEGEMONIE, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SPORT | Commentaires fermés

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face à un dilemme

Posté par onsbouge le 6 mars 2017

black-313636_640-2


lundi 6 mars 2017

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face à un dilemme

 Mariage ou ballon rond: des Algériennes face à un dilemme dans - CULTURE a7

L’Equipe féminine de football « Afak Relizane » s’entraîne sur le stade de Relizane, à l’ouest d’Alger, le 16 février 2017 (Afp)

 

« A sept ans, en sortant de l’école, je balançais mon cartable et j’allais jouer au foot avec les garçons du quartier », se remémore Fathia. Vingt ans plus tard, la jeune femme n’a pas renoncé aux crampons et joue milieu de terrain.
Sur la pelouse du stade de Relizane, à l’ouest d’Alger, elle se démarque avant de faire une passe décisive. Fathia, qui est aussi membre de l’équipe nationale, s’entraîne avec ses 14 camarades sous le regard exigeant de leur entraîneur, Sid Ahmed Mouaz.
En 1997, alors que la guerre civile faisait rage dans le pays, M. Mouaz, quelques passionnés de foot et des pionnières ont lancé l’équipe féminine +Afak Relizane+, l’une des premières en Algérie – qui en compte une dizaine aujourd’hui.
A l’époque, les islamistes armés interdisaient tout sport féminin, malgré une instruction ministérielle appelant au contraire à encourager l’activité sportive des filles.
Relizane est sortie de l’anonymat en 1997 avec le pire massacre de la « décennie noire », plus de 1.000 morts. « Les terroristes m’avaient envoyé une lettre pour exiger l’arrêt du foot féminin, » confie l’entraîneur qui leur a tenu tête.
« Des filles se sont fait insulter, cracher dessus à la sortie du stade (…) Pour certains esprits rétrogrades encore aujourd’hui, une fille de bonne famille ne joue pas au foot », déplore-t-il.
« Rentre chez toi faire la cuisine » ou encore « trouve-toi un mari » sont des phrases que la plupart des filles ont entendu un jour.
Issues majoritairement de milieux modestes, les joueuses ont réussi à convaincre leurs proches d’accepter leur passion, en dépit des préjugés et d’une reconnaissance financière quasi inexistante.
Dans le stade, elles ont leur « pavillon »: un dortoir, quelques armoires, une télévision et une chaine hifi. Après les entraînements, grâce au wifi, elles discutent avec le monde extérieur via Facebook, l’oreille scotchée à leur smartphone.
Le club, qui ne les rémunère pas, les encourage à continuer une formation ou leur trouve un travail qui leur permette de vivre.
A Relizane, une ville populaire de près d’un million d’habitants, nichée au coeur d’une région agropastorale, quasiment toutes les femmes sont voilées.
« Je suis fière de ma fille mais je serais plus tranquille si elle arrêtait le ballon, se mariait et se voilait comme les autres femmes de la région », lâche Fatma, la mère de Fathia.
Cette veuve et mère de six enfants n’a qu’une angoisse: mourir avant que sa fille ne trouve un mari.
Chaque fois qu’elles sont « approchées » par un garçon, c’est le même refrain, regrettent les joueuses: « le ballon ou le mariage ».
Les filles se voient contraintes de choisir entre le mariage, synonyme d’une fin de carrière dans le football, et le célibat pour vivre leur passion.
Mouna, attaquante, laissera tomber le ballon rond en mars après son mariage.
« S’il y avait des motivations, elles continueraient à jouer même après le mariage », veut croire leur entraîneur. Mais aucun sponsor ne s’intéresse à l’équipe des filles, et les caisses sont souvent vides, dans un pays où le foot féminin reste amateur.
Le budget annuel accordé par la préfecture au club de Relizane est de 3,2 millions de dinars (27.000 euros) et une victoire en Coupe d’Algérie rapporte au club 1,5 million de dinars (12.800 euros). Quant au championnat, il ne vaut à l’équipe lauréate qu’un trophée.
Pourtant le club de Relizane a dominé ces dernières années toutes les compétitions nationales face aux équipes de grandes villes, comme celle d’Alger centre, en remportant depuis 2009 six coupes et sept championnats d’Algérie, en plus de deux coupes maghrébines.
Une fierté pour la ville, admettent certains habitants. Mais quand les filles jouent à domicile, peu de Relizanis se déplacent pour les soutenir.
« On ne finance pas une équipe de foot féminine à Relizane », déplorent plusieurs joueuses déçues de bénéficier de si peu de considération alors qu’elles excellent dans leur domaine. Six d’entre elles jouent en équipe nationale.
Sur le parking du stade, le contraste est saisissant entre le luxueux bus des hommes, aux couleurs des sponsors, et le mini-bus sans fard des joueuses.
Quand elles remportent un match, elles reçoivent 1.500 dinars (12 euros), « une misère » selon M. Mouaz.
Pour leur dernière victoire, le wali (préfet) a reçu les filles pour « les honorer ». Alors qu’elles espéraient un petit geste financier, elles se sont vu offrir un sac de sport et un survêtement.
« Tout a été fait pour casser cette équipe mais l’amour du foot est plus fort que les esprits rétrogrades », résume l’un des fondateurs d’Afak Relizane.


Publié par
URL https://assawra.blogspot.fr/2017/03/mariage-ou-ballon-rond-des-algeriennes.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=98814

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CULTURE, - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FEMMES, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - POLITIQUE, - SPORT | Commentaires fermés

12345...12
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots