LETTRE OUVERTE de la CGT ÉNERGIE PARIS à la Direction confédérale

Posté par onsbouge le 22 juillet 2018

black-313636_640-2


FRONT SYNDICAL DE CLASSE

LETTRE OUVERTE de la CGT ÉNERGIE PARIS à la Direction confédérale

Publié le 21 juillet 2018 par FSC

LETTRE OUVERTE de la CGT ÉNERGIE PARIS à la Direction confédérale dans - CNR ob_a045ba_energ-3

Effectivement rien à attendre du « dialogue social« , des rencontres avec l’Elysée, des entrevues dans les salons feutrés.

Macron entend poursuivre et aggraver sa politique d’agression contre le monde du travail.

L’affaire BENALLA qui le met en cause prouve aussi à l’évidence que ses choix politiques et de société entremêlent privilèges de clan, liaisons barbouzardes, priorité absolue aux intérêts privés et au bradage des biens publics …

Pour le monde du travail et la CGT le combat frontal, sans aucune espèce d’illusion qui doit être à l’ordre du jour !

 

***********************

ob_0754eb_energ-a-conf FRANCE? dans - ECLAIRAGE - REFLEXION

 

ob_786c44_energ-2 dans - FRANCE - DOM-TOM

 


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/07/lettre-ouverte-de-la-cgt-energie-paris-a-la-direction-confederale.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=142944

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CNR, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS, - SYNDICATS | Commentaires fermés

CGT : TRANSAVIA : Une victoire qui en appelle d’autres !

Posté par onsbouge le 10 juillet 2018

black-313636_640-2


FRONT SYNDICAL DE CLASSE

 

CGT : TRANSAVIA : Une victoire qui en appelle d’autres !

Publié le 10 juillet 2018 par FSC

.

Des résultats qui contredisent la prétention du macronisme appuyé dans le monde du travail notamment par la CFDT de faire prédominer un syndicalisme de compromission.

NON, ils sont loin d’en avoir fini avec l’esprit de résistance et de reconquête chez les travailleurs !

Avec Macron c’est l’Etat providence des riches pourchassant les « rentes » les statuts, c’est-à-dire en décodant un langage truqué la démolition des TOUS les conquis collectifs issus de la Libération et du rapport de forces de l’époque (5 millions d’adhérents à la CGT)/

.

CGT : TRANSAVIA : Une victoire qui en appelle d’autres ! dans - CNR ob_ed3a5d_kessler

C’est la mise en application du programme

de Denis Kessler l’assureur et représentant du MEDEF

de détricoter systématiquement les conquis sociaux du programme

de Conseil National de la Résistance et des « Jours heureux ».*

  .

L’archaïsme c’est de revenir sur ces conquis pour imposer la loi du capital et du paiement à la tâche d’il y a 200 ans !

Comme on peut le voir en ce moment même avec les coursiers condamnés par les plate-formes numériques, appuyées par la majorité LREM (loi PACTE) à une situation de précarité à vie !

Sécurité pour les détenteurs de capitaux et insécurité pour les travailleurs soit-disant indépendants voilà le mot d’ordre du macronisme du XXIe siècle!

**********************

Avec un score historique de 51 % (tous collèges) lors des élections professionnelles de juin dernier à TRANSAVIA, la CGT sort grandie et à même d’affronter les grands dossiers revendicatifs !

C’était la première fois que la CGT se présentait aux élections dans cette entreprise (filiale d’Air France), le score obtenu est sans appel, il confirme la confiance des salariés de tous les secteurs et de toutes les catégories à l’endroit de la CGT.

Loin d’être moribonde, la démocratie sociale est, au contraire, très dynamique avec un taux de participation de 80 % à ces élections, les salariés confirment leur attachement à s’occuper de leurs affaires et à mettre en place des élus dont la légitimité est incontestable :

§  Chez les PNC (Stewart, hôtesses de l’air…) la CGT fait un score de 82,32 %

 

§  Chez les ouvriers, employés, tech. et agents de maitrise, la CGT fait un score de 61,29 %

 

§  Chez les cadres, la CGT fait un score historiquement haut dans cette catégorie de 20,65 %

Ces scores confirment, s’il en était besoin la confiance des salariés dans la CGT à l’heure où un de ses délégués fait l’objet de répression syndicale de la part de sa direction qui le place sous le coup d’une procédure de licenciement

Avec un score historique de 51 % (tous collèges) lors des élections professionnelles de juin dernier à TRANSAVIA, la CGT sort grandie et à même d’affronter les grands dossiers revendicatifs !

C’était la première fois que la CGT se présentait aux élections dans cette entreprise (filiale d’Air France), le score obtenu est sans appel, il confirme la confiance des salariés de tous les secteurs et de toutes les catégories à l’endroit de la CGT.

 


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/07/cgt-transavia-une-victoire-qui-en-appelle-d-autres.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=142186

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CNR, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

Modèle social. La Macronie veut supprimer la Sécu de la Constitution

Posté par onsbouge le 4 juillet 2018

black-313636_640-2


L’HUMANITÉ.fr

Représentation de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale, et du communiste Ambroise Croizat, ministre du Travail, à l’occasion des 70 ans de la Sécu. Nicolas Tavernier/REA

Représentation de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale, et du communiste Ambroise Croizat, ministre du Travail, à l’occasion des 70 ans de la Sécu. Nicolas Tavernier/REA

Les députés LREM ont voté en commission des Lois la transformation de la « sécurité sociale » en « protection sociale ». L’objectif est de rompre avec la doctrine du « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » et de brader la solidarité publique.

Un mot, dans une Constitution, ça compte énormément. Les fondamentaux d’un pays peuvent être balayés en s’attaquant à quelques lettres. La Macronie s’y emploie : elle a décidé de supprimer toute référence à la Sécurité sociale dans la Constitution. Comme si de rien n’était, la commission des Lois a profité du chantier de la réforme constitutionnelle pour faire disparaître l’un des piliers de notre République et de notre modèle social de la loi fondamentale. L’amendement 694 en question a été adopté en catimini, dans la nuit de jeudi à vendredi. Défendu par le député Olivier Véran (LREM), il s’attaque au moindre article, phrase et alinéa de la Constitution faisant référence à la Sécurité sociale, pour remplacer le mot « sécurité » par le mot « protection ».

« Cela prépare la fin de l’universalité de la protection sociale à la française. Le gouvernement veut détruire notre système de haut niveau financé par la cotisation pour ouvrir la porte au modèle anglo-saxon. Non content de s’attaquer aux territoires et à la démocratie avec cette réforme, l’exécutif cherche à faire péter le socle de la Sécurité sociale. à la veille d’une réforme des pensions et des retraites, c’est ouvrir une boîte de Pandore pour le modèle social français », s’indigne le député Sébastien Jumel (PCF). Comme souvent, ce n’est pas comme cela que la majorité a présenté les choses. Passée maîtresse dans l’art de travestir les mots, les idées, les concepts et même les valeurs, elle a encore bluffé à tour de bras. Olivier Véran a expliqué sans rire que son amendement « vise à étendre le champ de la loi de financement de la Sécurité sociale », un peu comme on ferme des hôpitaux pour « garantir l’accès aux soins ». Le député, soutenu par le rapporteur Richard Ferrand, a même argumenté avoir « besoin de cette modification constitutionnelle pour (…) intégrer demain le risque dépendance au sein de la protection sociale ». Mais pourquoi remplacer le mot « sécurité » par « protection » ? Et ce alors même que l’actuelle rédaction de la Constitution n’interdit en rien une prise en charge de la dépendance par la Sécu ?

Le travail de sape a démarré fin 2017

Sans doute parce qu’il faut parfois modifier le nom des choses pour les détruire : le gouvernement prépare depuis des mois l’enterrement maquillé de la Sécurité sociale. Son travail de sape a démarré dès le premier projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Fin 2017, le budget de la Sécu était amputé de 4,2 milliards d’euros, dont 1,2 milliard rien que pour l’hôpital public déjà exsangue. « Alors même que patients, soignants et gestionnaires nous alertent sur l’état critique des services, votre budget organise une catastrophe industrielle qui aboutira à une Sécurité sociale suffisamment indigente pour que ceux qui en ont les moyens s’en détournent et que ceux qui n’ont pas le choix la subissent », dénonçait alors Adrien Quatennens (FI).

En plus de ces coupes drastiques – tant pis si l’espérance de vie en bonne santé diminue et si un Français sur deux renonces à se soigner faute de moyens –, le gouvernement avait bouleversé le mode de financement de la Sécu, supprimant les cotisations maladie et chômage, et augmentant la CSG. Soit la fin du « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins », qui faisait tout le sens de la création d’Ambroise Croizat. Depuis, l’assurance-chômage a elle aussi été dénaturée. Et la réécriture constitutionnelle voulue par l’exécutif constitue « une condition indispensable à la création d’un système universel de retraite à points, distinguant les droits contributifs et les éléments de solidarité », s’alarme Catherine Perret, du bureau confédéral de la CGT. En somme, la boucle est presque bouclée. « Ça y est. Ils l’ont fait. Ils ont réussi à absorber la loi de finances de la Sécurité sociale dans la loi de finances tout court. C’est le graal de tous les dirigeants du Trésor depuis Raymond Barre. Et c’est un ancien inspecteur des finances, Macron, qui le fait. Cela montre à quel point sa politique date du giscardisme », mesure Frédéric Pierru. Le docteur en sciences politiques, sociologue et chargé de recherche au CNRS y voit un changement de paradigme : « Le but est de stabiliser la part des dépenses sociales par rapport au PIB. C’est purement budgétaire. On passe d’une logique de droits associés au travail à une logique de solidarité qui passe par l’impôt. »

Dès lors, les droits sont officiellement soumis aux aléas économiques. Plus rien n’est tenu. « Imaginons une crise qui baisse mécaniquement les recettes de l’État : les pensions diminueront automatiquement. Pour les dépenses de santé, vivra-t-on ce qu’ont vécu les Anglais il y a peu ? Des opérations ont dû y être annulées car les budgets étaient tous dépensés », prévient Frédéric Pierru, qui considère que le « privé lucratif » pourra « s’engouffrer » dans l’espace laissé. Un retour à avant 1945. Olivier Véran ne s’en émeut pas. Pour lui, les « défis sociaux et sanitaires auxquels nous sommes confrontés ne sont plus ceux de l’après-guerre ». Pourtant, comme le rappelait Fabien Roussel (PCF) lors du dernier PLFSS, « la Sécu, d’une incroyable modernité, a été mise en place dans une France en ruines. Nous sommes aujourd’hui dans une France riche. Nous avons donc les moyens de garantir la santé gratuite pour tous, à 100 % ». L’objectif du gouvernement est tout autre. Mais sa réforme constitutionnelle est encore loin d’être votée.

L’histoire de la sécurité sociale

S’il existe depuis le Moyen Âge des caisses d’assistance ou de secours mutuel, essentiellement gérées par des corporations, il a fallu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, pour voir apparaître un projet porté par Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale, et le communiste Ambroise Croizat, ministre du Travail, d’après le programme du Conseil national de la Résistance. La « Sécu » telle qu’on la connaît aujourd’hui était née : un système « visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail », financé par les cotisations des employeurs et des salariés, et géré paritairement par les syndicats de travailleurs et les organismes patronaux.


Publié par L’HUMANITÉ.fr
URL  https://www.humanite.fr/modele-social-la-macronie-veut-supprimer-la-secu-de-la-constitution-657752
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=141785

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CNR, - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - LUTTES, - ORGANISMES SOCIAUX (SECU-CAF-URSSAF-CNAV), - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS | Commentaires fermés

MACRON : le privatiseur en chef des outils stratégiques de notre indépendance : à présent la SNCF en ligne de mire !

Posté par onsbouge le 2 avril 2018

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

MACRON : le privatiseur en chef des outils stratégiques de notre indépendance : à présent la SNCF en ligne de mire !

Publié le 2 avril 2018 par FSC

Ce que les « grands » médias cachent : la cohérence en trahison des intérêts nationaux de la contre-réforme de la SNCF.

Cette dernière s’inscrivant à la fois dans la mise en œuvre des directives européennes Et dans le bradage industriel et le dépeçage des grandes entreprises françaises comme ALSTOM.

L’abandon à Siemens du secteur ferroviaire d’Alstom , soumettant le système ferroviaire français lui-même aux intérêts allemands.

******************

Rediffusion ce dimanche 1er avril sur la chaîne LCP du documentaire « Alstom une affaire d’état ?« 

RAPPEL des faits :

Grâce à une opération combinant le principe d’extéritorialité (ingérence des USA pour imposer leurs intérêts incluant le rôle du département de la justice), le chantage, les mesures punitives (arrestation et détention arbitraire durant 14 mois du dirigeant  Frédéric Pierucci ) General Electric s’est emparé de la division nucléaire d’Alstom (production de la  turbine Arabelle) et se trouve à présent en situation de monopole dans ce secteur stratégique.

C’est sous le mandat de Hollande que ce bradage a eu lieu.

Montebourg a mimé une attitude de résistance pour s’incliner au final.

Et Emmanuel Macron à l’époque secrétaire général adjoint puis ministre de l’économie succédant à Montebourg ayant a donner son avis sur cet abandon d’Alstom aux USA a donné son aval à l’opération accompagné de l’argumentation suivante pour justifier le laisser faire et la trahison des intérêts nationaux :

« Nous ne sommes pas légitimes pour intervenir, nous ne sommes pas dans une économie dirigée, on n’est pas le Vénezuela ! »

MACRON : le privatiseur en chef des outils stratégiques de notre indépendance : à présent la SNCF en ligne de mire ! dans - CNR ob_78dcdd_macron-alstom-2

Un peu plus tard sous la présidence de Macron c’est la branche ferroviaire d’Alstom qui cette fois est bradée à Simiens.

A présent c’est la SNCF que Macron entend livrer aux intérêts privés en prétendant mensongèrement que ce n’est pas la privatisation qui est l’objectif de la contre-réforme;

C’est le bradage et le démantèlement de tout notre système de transport ferroviaire qui est mis en place. Ceci est inscrit dans le marbre des directives et traités européens.

Les lignes de chemin de fer et les trains ne seront plus soumis qu’à celle des actionnaires allemands ou autres.

Beaucoup de lignes, de gares, de trains, seront supprimés, au profit des bus, des camions, des avions.

Un mensonge de plus qui illustre les trahisons de l’oligarchie et du liquidateur en chef des intérêts nationaux et de l’intérêt général : Emmanuel MACRON !

VISIONNAGE du DOCUMENTAIRE !


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL  http://www.frontsyndical-classe.org/2018/04/alstom-une-affaire-d-etat.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=134437

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CNR, - DROIT, - FRANCE - DOM-TOM, - LIBERTES, - LUTTES, - POLITIQUE, - SERVICES PUBLICS, - TRANSPORTS, - VIDEO | Commentaires fermés

Les acquis du CNR sous les talons de fer l’UE #vidéo #FKassem #LéonLandini #JRCF

Posté par onsbouge le 30 mars 2018

black-313636_640-2

PRCF Initiative Communiste

Les acquis du CNR sous les talons de fer l’UE #vidéo #FKassem #LéonLandini #JRCF

Nous avons le plaisir d’enfin vous diffuser l’intervention de , grand résistant et antifasciste français, au Café d’histoire critique et d’études marxistes. Avec lui, le professeur d’histoire

Nous rappelons que chaque mois se déroule sur , au Café Falstaff à Bastille, un cours du Café d’histoire critique et d’études marxistes. Nous vous appelons bien évidemment à venir et à soutenir les camarades qui s’occupent de ce projet, mais aussi à la faire connaître autour de vous, pour que gagne la bataille de l’hégémonie culturelle. D’ailleurs, ce sera le sujet de la prochaine conférence du 7 avril de Georges Gastaud. Nous vous appelons à venir nombreux.

Bon visionnage !

http://.over-blog.org/2018/03/cinquieme-cours-les-acquis-du-cnr-sous-les-talons-de-l-ue.html

https://youtu.be/D7q8CInPeqs


Publié par PRCF Initiative Communiste
URL  https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/les-acquis-du-cnr-sous-les-talons-de-fer-lue-video-fkassem-leonlandini-jrcf/?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=134087

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - CNR, - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - LUTTES, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

12345...15
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots