Khaled Barakat : Les Etats-Unis cherchent à liquider la cause palestinienne

Posté par onsbouge le 10 octobre 2018

black-313636_640-2


COUP POUR COUP 31

10 Octobre 2018

Publié par Coup Pour Coup 31

Khaled Barakat : Les Etats-Unis cherchent à liquider la cause palestinienne

Photo : Aage Christensen, Arbejderen

Photo : Aage Christensen, Arbejderen

Khaled Barakat est un écrivain palestinien et coordinateur de la campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat, secrétaire général emprisonné du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Il n’apprécie guère le rôle des États-Unis ni le « plan de paix » à venir de son président Donald Trump pour le XXIe siècle au Moyen-Orient.

Le Palestinien Khaled Barakat secoue la tête alors qu’il se rend à la rédaction d’Arbejderen (journal danois). La conversation se tourne vers les États-Unis et son président.

Le président Donald Trump a promis que son gouvernement présenterait bientôt le «deal du siècle» pour résoudre le conflit entre Israël et les Palestiniens.

Trump veut que la question des Palestiniens soit complètement retirée de la table afin de se concentrer sur la lutte contre l’Iran, a-t-il déclaré.

Khaled Barakat, 46 ans, est un Palestinien de gauche, auteur et coordinateur de la Campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du FPLP emprisonné.

Le FPLP représente le Front populaire pour la libération de la Palestine. Il figure à la fois sur les listes des organisations terroristes américaine et européenne, bien que l’organisation soit la troisième force politique en importance parmi tous les groupes palestiniens, après le Fatah et le Hamas.

Le FPLP est la plus grande organisation de résistance palestinienne marxiste.

 

Affaire du siècle ?

Avec son «accord du siècle», Trump n’a rien inclus de vraiment nouveau.

Les États-Unis ont déclaré, après avoir transféré son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem en mai, que Jérusalem est israélienne et que ce n’est plus un problème sur la table des négociations.

Le plan revendiqué par Trump est une conversation vide de sens, a déclaré Khaled Barakat lors d’une conversation avec Arbejderen .

Selon le site médiatique israélien DEBKAfile.com, le point central du grand accord de Trump repose sur le fait que la Cisjordanie et la Jordanie deviennent une confédération. Cette suggestion est venue indirectement des États-Unis le mois dernier.

En outre, le plan de Trump donnerait aux Palestiniens une souveraineté limitée sur plus de la moitié de la Cisjordanie occupée et propose de nommer la ville d’Abou Dis, à l’est de Jérusalem, nouvelle capitale palestinienne, tout en maintenant les colonies israéliennes en Cisjordanie et le contrôle israélien sur l’Est de Jérusalem.

Pendant des décennies, les Palestiniens ont toujours insisté sur le fait que Jérusalem devait être la capitale d’un État palestinien.

« La principale raison pour laquelle Trump élabore ce plan est que la direction palestinienne traditionnelle sous l’autorité de Mahmoud Abbas est tellement malade et sans dents, après s’être rendu complètement à tous les niveaux politiques », a déclaré Khaled Barakat, connu pour discuter des perspectives du FPLP et partager leurs analyses.

 

Briser le Moyen-Orient

Barakat ajoute qu’une autre raison est la gravité de la situation des Palestiniens à Gaza et ailleurs sous occupation. Tout est brisé; l’économie est en ruine.

« Les capitalistes palestiniens acceptent le soi-disant gouvernement d’autonomie pour garantir leurs petits intérêts, en échange de toute indépendance réelle ou de toute autodétermination », a déclaré le Palestinien, en tournée européenne pour discuter de la situation.

Ce « gouvernement autonome » est dirigé par le parti politique Fatah, qui, selon Khaled Barakat, représente la bourgeoisie palestinienne.

Khaled Barakat estime également que Trump ne peut présenter son prétendu plan de paix que parce que le Monde Arabe est politiquement écrasé et en proie à de sanglantes guerres et à la tourmente.

« Regardez la Libye, qui a été totalement détruite par les bombes de l’Occident. L’impérialisme fait rage dans le monde entier, en particulier au Moyen-Orient », a déclaré le Palestinien. Selon Khaled Barakat, des puissances fortes se sont réunies pour détourner l’attention de la lutte en Palestine.

« Israël, les impérialistes des États-Unis et d’autres puissances occidentales et les régimes réactionnaires arabes, représentés par le prince héritier d’Arabie Saoudite, Bin Salman, se sont réunis pour tenter de casser la cause palestinienne. Ils veulent que la question soit complètement retirée de la table afin de se concentrer davantage sur la lutte contre l’Iran », a déclaré le Palestinien.

 

Critique des accords d’Oslo

Mais le Palestinien est également très critique à l’égard de l’Autorité palestinienne, qui gère certaines parties de la Cisjordanie occupée par Israël.

« La police palestinienne coordonne ses actions avec la puissance occupante israélienne. C’est complètement inacceptable. Le Fatah a joué son rôle politique actuel, en particulier depuis 1993, année où le processus d’Oslo a pris de l’ampleur », a déclaré Khaled Barakat.

Les accords d’Oslo, que le président palestinien Yasser Arafat a signé au nom de l’OLP, ont reconnu Israël. D’autre part, ils ont déclaré que l’autonomie palestinienne devrait être établie sur une période de cinq ans en Cisjordanie et à Gaza, pendant qu’Israël se retirerait des territoires occupés.

Israël a rompu toutes ces promesses et a finalement mis un terme aux négociations en 2010. Depuis l’accord d’Oslo de 1993 jusqu’en 2000, le nombre de colonies de peuplement a doublé.

« Maintenant, 25 ans après les accords d’Oslo, nous pouvons voir que nous avons tout perdu. De plus, l’OLP a perdu son statut de seul représentant légitime du peuple palestinien », a déclaré Barakat.

Il touche sa casquette, hésite, a l’air un peu triste, mais continue avec énergie.

« Les dirigeants de l’Autorité palestinienne et le projet capitaliste palestinien ont tué l’essence, dépouillé le noyau même de l’OLP. Aujourd’hui, Mahmoud Abbas et son aile ont détourné les soi-disant dirigeants palestiniens. Les décisions ne sont plus prises par l’OLP, mais par l’Autorité palestinienne », critique Khaled Barakat.

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est une organisation parapluie qui regroupe des organisations politiques palestiniennes, allant du Fatah au FDLP (Front démocratique de libération de la Palestine), orienté vers la gauche, au FPLP marxiste. Le Hamas, qui est islamique, ne fait pas partie de l’OLP.

Khaled Barakat estime que l’Autorité palestinienne a probablement coopéré avec Israël et d’autres groupes lors de l’arrestation et l’emprisonnement du dirigeant du FPLP, Ahmad Sa’adat, en 2006 en Cisjordanie. La police britannique a gardé sa prison pour l’AP, mais l’a quitté brusquement le 14 mars 2006. Des soldats israéliens sont ensuite entrés, ont enlevé le dirigeant du FPLP et l’ont emmené en Israël. Ici, il est condamné à une peine de prison à perpétuité pour terrorisme, par un tribunal militaire israélien.

Barakat a déclaré que les accords d’Oslo obligeaient l’Autorité palestinienne à travailler avec l’occupation israélienne sur des questions de sécurité et de renseignement. Par exemple, il note que les États-Unis ont financé la formation du personnel de sécurité palestinien en Jordanie, aux États-Unis et en Israël. Barakat estime en outre que les ONG palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est jouent un rôle très particulier.

« Je pense que l’argent des donateurs est venu pour exercer un contrôle. De l’UE, des États-Unis et des régimes arabes réactionnaires, ils se sont délibérément concentrés sur les ONG en tant qu’instruments de domination de la Palestine. L’UE et les États-Unis se sont en fait partagés la tâche. Les États-Unis ont financé les services de sécurité de l’AP, tandis que l’UE a financé des ONG civiles », a déclaré le Palestinien.

 

Autocritique

Malgré les critiques qu’il a adressées aux dirigeants de l’Autorité palestinienne, le Palestinien constate que le peuple palestinien est au stade du mouvement de libération nationale, un stade dans lequel il est urgent de réunir toutes les forces nationales, pas seulement la gauche. Cependant, il estime que la gauche palestinienne doit aiguiser son ton vis-à-vis du Fatah, en particulier.

« Le FPLP doit entreprendre une autocritique afin de soutenir la lutte interne, y compris dans le mouvement syndical – sans avoir intensifié la lutte contre la bourgeoisie palestinienne. Par exemple, nous voyons rarement la gauche prendre l’initiative d’organiser des grèves des travailleurs. Cela doit être changé », dit Barakat.

En dépit de la puissante opposition à la lutte de libération palestinienne aux niveaux national et mondial, Khaled Barakat estime qu’il est clair que la fin du tunnel est proche.

« À Gaza, depuis le 30 mars, de nombreuses manifestations ont eu lieu pour que les Palestiniens aient le droit de retourner dans leur pays d’origine, où leurs parents ou leurs grands-parents ont été expulsés dans les années 1940. Beaucoup de jeunes qui manifestent à Gaza dans le cadre de la Grande Marche du Retour peuvent, de leurs propres yeux, voir les villages d’où viennent leurs familles, mais font maintenant partie d’Israël. »

Pour Khaled Barakat, les tirs par l’armée israélienne de civils palestiniens à Gaza participant aux marches du retour ont été une « révélation » pour de nombreuses personnes hors de la Palestine qui, auparavant, n’avaient participé ni au soutien à la lutte pour la liberté ni au boycott d’Israël. Depuis le 30 mars, 193 Palestiniens ont été abattus et tués.

« Israël et les médias occidentaux – probablement aussi les vôtres ici – affirment que le Hamas envoie des civils aux frontières se battre. En fait, ce sont tous des groupes politiques palestiniens et davantage qui travaillent ensemble sur la Grande Marche du Retour, en particulier le Hamas et le FPLP. La coopération est nécessaire car elle se passe à l’intérieur des prisons et les différences politiques ne sont pas autorisées à affecter l’unité politique. »

Il estime que les événements à Gaza ont considérablement stimulé le mouvement de boycott et la campagne BDS (boycott, désinvestissement et sanctions).

« Israël est un État colonial raciste qui est condamné à se dissoudre. Je pense qu’Israël deviendra un jour un fardeau pour l’impérialisme, comme nous l’avons vu ailleurs dans l’histoire du monde, comme en Afrique du Sud. »

 

Espoir dans le boycott total d’Israël

Khaled Barakat sourit pour la première fois lors de cet entretien.

« Le BDS est surtout un mouvement fort en dehors de la Palestine. En outre, le mouvement de boycott comprend plus que la campagne BDS. Boykot Israel au Danemark, par exemple, a été créée en 2002, soit trois ans avant l’appel du BDS, dans le but de soutenir un boycott général d’Israël: économique, universitaire et culturel. »

«Le BDS a trois revendications : mettre fin à l’apartheid israélien, à l’occupation et le droit de retour des réfugiés. Ce ne sont que des exigences minimales, et non le programme maximal – c’est-à-dire la libération », déclare Barakat.

« Mais le BDS est un mouvement important parce qu’il s’adresse à une grande entreprise multinationale et organise des campagnes pouvant mener à des victoires », comme la campagne contre G4S, a déclaré Barakat.

Le Palestinien, vivant à Beyrouth, hésite encore une fois mais finit avec un grand sourire.

« Le mouvement de boycott était important pour la chute du régime d’apartheid en Afrique du Sud. La même chose s’appliquera ici ! »

Source : Free Ahmad Sa’adat – Traduction : Coup Pour Coup 31


Publié par  COUP POUR COUP 31
URL  http://www.couppourcoup31.com/2018/10/khaled-barakat-les-etats-unis-cherchent-a-liquider-la-cause-palestinienne.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court  http://onsbouge.unblog.fr/?p=147937

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots