Fusillade aux Champs-Elysées: un policier tué, l’assaillant « abattu »

Posté par onsbouge le 21 avril 2017

black-313636_640-2


jeudi 20 avril 2017

.
Fusillade aux Champs-Elysées: un policier tué, l’assaillant « abattu »

Fusillade aux Champs-Elysées: un policier tué, l'assaillant

Des policiers bloquent l’accès aux Champs-Elysées à Paris où un policier a été tué, le 20 avril 2017 (afp)
Cliquez pour agrandir

 

(Afp) – Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu, a-t-on appris de sources concordantes.
La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête sur la fusillade. Cette enquête en flagrance a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.
La fusillade survient à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, alors que la France a été confrontée depuis 2015 à une vague d’attentats jihadistes sans précédent ayant fait 238 morts.
Des policiers ont été pris pour cibles par des tirs vers 21H00. Un policier a été tué et deux autres blessés, a indiqué le ministère de l’Intérieur.
L’agresseur a été « abattu en riposte », a expliqué le ministère. Une source judiciaire a confirmé le décès de l’assaillant.
La préfecture de police a souligné que les circonstances de l’attaque n’étaient « pas déterminées ».
« L’agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l’arme automatique, a tué l’un des policiers et à essayé de s’en prendre aux autres en courant », a rapporté une source policière.
Le quartier a été bouclé et d’importantes forces de police ont été déployées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.
Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l’AFP avoir entendu une « fusillade brêve » mais avec « beaucoup de tirs ». « On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols », a-t-il ajouté. (afp)

***

Deux policiers tués, un autre blessé sur les Champs-Elysées

(Reuters) – Deux policiers ont été tués et un autre a été blessé dans une fusillade qui a éclaté jeudi soir sur l’avenue des Champs-Elysées, à Paris, a-t-on appris auprès d’un porte-parole du ministère de l’Intérieur.
L’auteur des coups de feux a également été tué, a-t-on précisé.
Il fait l’objet d’une « fiche S » des services de renseignements, selon une source policière, qui fait état d’un complice en fuite.
La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie et l’enquête confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ainsi qu’à la section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, a-t-on déclaré de source judiciaire.
L’assaillant tué se trouvait à bord d’un véhicule qui s’est arrêté au niveau d’un camion de police et a ouvert le feu pour des raisons encore inconnues, dit-on encore au ministère de l’Intérieur.
« Pour savoir quelles étaient les motivations et ce qui a poussé cet individu à agir, il est beaucoup trop tôt encore pour le dire mais, en toute cas, ce sont des policiers qui ont été délibérément pris pour cible », a déclaré Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère, interrogé par BFM TV.
« Cette agression n’est pas à relier avec un autre fait qui aurait pu se dérouler sur les Champs-Elysées. Vous parliez d’un braquage. A priori, c’est un fait un fait qui s’est déroulé de manière indépendante », a-t-il ajouté.
Les policiers patrouillaient « en mission de sécurisation des Champs-Elysées », selon l’une des sources policières sollicitées par Reuters.
Sur Twitter, la préfecture de police a conseillé d’éviter le secteur, sans donner davantage de précisions.
La circulation a été bloquée sur cette artère touristique du coeur de la capitale, bordée de boutiques de luxe et de restaurants.
Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, s’est rendu à l’Elysée pour analyser la situation avec François Hollande.

***

Le dernier round télévisé bousculé par l’attaque sur les Champs-Elysées
(AFP) – A trois jours d’un premier tour virant à un imprévisible « match à quatre », le dernier round télévisé des onze candidats sur France 2 a été bousculé par l’annonce d’une attaque ayant tué un policier sur les Champs-Elysées.
Peu après 21H00, alors que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen étaient déjà passés dans cette dernière émission politique avant le premier tour, les premières rumeurs de coups de feu sur la plus célèbre avenue de Paris apparaissaient sur les réseaux sociaux.
Les journalistes David Pujadas et Léa Salamé continuaient d’interroger les candidats en tenant les téléspectateurs informés en direct des circonstances encore floues des conditions des tirs qui ont tué un policier et blessé un autre.
Vers 22H15, Emmanuel Macron a été le premier à réagir à l’antenne. « Cette menace, cet impondérable, fait partie du quotidien des prochaines années. Je veux témoigner toute ma solidarité à l’égard de nos forces de police et plus largement nos forces de l’ordre. Et je veux avoir une pensée pour la famille de la victime », a-t-il dit.
Les autres candidats, soit déjà passés ou en attente, ont réagi sur les réseaux sociaux, alors que le Premier ministre Bernard Cazeneuve se rendait à l’Elysée retrouver le président Hollande.
Lors de la première partie de l’émission, Jean-Luc Mélenchon s’est défendu d’être « un homme de pagaille », citant De Gaulle et Mitterrand, et a évoqué son projet d’Assemblée constituante pour une VIe République. Invité à venir avec un objet, le candidat de La France insoumise est venu avec un réveil « car il est temps ».
Marine Le Pen, venue avec les clefs d’une entreprise lorraine, a choisi le terrorisme comme carte blanche et cherché à rassurer sur sa proposition de sortie de l’euro. « Je ne ferai rien sans le peuple français ni contre lui », a-t-elle affirmé.
Distancé dans les sondages, Benoît Hamon a regretté que se succèdent « des monologues et pas un débat démocratique », brandissant une carte d’électeur qui n’est pas une « carte de consommateur » ni une « carte bleue ». Nicolas Dupont Aignan a affirmé avoir été censuré par un patron de presse pro-Fillon.
Dans une campagne à multiples rebondissements et au niveau de suspense inédit, l’émission est la dernière grande fenêtre médiatique avant l’échéance de dimanche.
Notamment pour les quatre en position d’accéder au second tour au vu des intentions de vote: Emmanuel Macron, Marine Le Pen et, un peu derrière, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, qui ont réduit l’écart dans la dernière ligne droite.

***

Le parquet antiterroriste est saisi de la fusillade de Paris
(Reuters) - La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de la fusillade des Champs-Elysées à Paris qui a notamment coûté la vie à un policier, a annoncé le parquet de Paris.
Selon le ministère de l’Intérieur, une voiture s’est arrêtée au niveau d’un car de police et un homme en est sorti pour tirer à l’arme automatique sur les occupants du véhicule. Il a ensuite tenté de tirer sur d’autres policiers en courant avant d’être abattu.
Le mobile de l’assaillant n’a pas été précisé dans l’immédiat par le ministère.
« Pour savoir quelles étaient les motivations et ce qui a poussé cet individu à agir, il est beaucoup trop tôt encore pour le dire mais, en tout cas, ce sont des policiers qui ont été pris délibérément pour cible », a dit Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur, sur BFM TV.
Un policier a été tué, deux autres blessés et l’auteur de la fusillade abattu, précise-t-on au ministère de l’Intérieur.

***

Hollande « convaincu » du caractère terroriste de la fusillade de Paris
(Reuters) - François Hollande s’est dit jeudi convaincu que la fusillade survenue dans la soirée sur les Champs-Elysées relevait du terrorisme.
Le président français a précisé qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi à 08h00 (06h00 GMT).
« Nous sommes convaincus que les pistes qui peuvent conduire à l’enquête et qui devront révéler toute la vérité sont d’ordre terroriste », a-t-il dit dans la cour de l’Elysée.
« Nous serons d’une vigilance absolue, notamment par rapport au processus électoral », a ajouté François Hollande, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle.

***

L’Etat islamique revendique l’attentat via son canal habituel, l’agence Amaq.
(Reuters) - Une attaque meurtrière contre des policiers revendiquée par l’Etat islamique et qualifiée de « terroriste » par François Hollande est venue percuter jeudi soir la campagne pour l’élection présidentielle à trois jours du premier tour.
Les candidats à l’élection présidentielle avaient commencé à marteler sans surprise leurs positions sur France 2 et France Inter, lors de la dernière émission télévisée qui avait pris la forme d’interviews successives sans débat, quand la nouvelle de la fusillade a fait irruption sur le plateau.
Un assaillant a attaqué un fourgon de police sur les Champs-Elysées, tuant un policier et en blessant deux autres avant d’être abattu par des policiers.
« Nous sommes convaincus que les pistes qui peuvent conduire à l’enquête et qui devront révéler toute la vérité sont d’ordre terroriste », a dit François Hollande dans la cour de l’Elysée.
Quelques instants plus tard, l’Etat islamique revendiquait l’attentat via son canal habituel, l’agence Amaq.
François Fillon a immédiatement estimé sur France 2 que la campagne pour le premier tour devait être suspendue, par « solidarité » avec les policiers victimes de l’attaque.
« Je considère que dans le contexte que nous vivons il n’y a pas lieu de poursuivre la campagne électorale », a déclaré le principal candidat de la droite.
Le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a exprimé son désaccord avec François Fillon.
« Dans l’attente d’informations plus sûres, il me paraît nécessaire de répondre d’abord à notre devoir de citoyen: pas de panique, ne pas interrompre le processus de notre démocratie, de manière à bien montrer que les violents n’auront pas le dernier mot contre les républicains », a-t-il dit.

***

Un policier tué dans un attentat sur les Champs-Elysées, en pleine présidentielle
(Afp) - Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu, à trois jours d’une élection présidentielle française sur laquelle plane la menace jihadiste.
« A 21h précisément (19H00 GMT), sur les Champs-Élysées, une attaque est intervenue visant des policiers et le car qui les abritait. Un policier a été tué, deux autres ont été blessés. Une passante a également été touchée. L’assaillant a été neutralisé lui-même par d’autres policiers », a déclaré jeudi soir le président François Hollande, en affirmant que la piste était « d’ordre terroriste ».
Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque, qui s’est déroulée sur les très touristiques Champs-Elysées, surnommée « la plus belle avenue du monde », au coeur de la capitale française.
Le groupe Etat islamique a revendiqué la fusillade qui a coûté la vie à un policier et en a blessé un autre jeudi sur les Champs-Elysées à Paris, dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.
« L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique », a écrit l’EI.
La justice antiterroriste s’est aussitôt saisie de l’enquête. L’assaillant présumé était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, selon des sources proches de l’enquête. Son domicile présumé, en banlieue parisienne, a été perquisitionné.
« L’agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l’arme automatique, a tué l’un des policiers et a essayé de s’en prendre aux autres en courant », a rapporté une source policière.
Une touriste a été « légèrement blessée par balle » au cours des échanges de tirs, selon une autre source policière.
Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant dans une rue adjacente, a raconté à l’AFP avoir entendu une « fusillade brève » mais avec « beaucoup de tirs ». « On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols », a-t-il dit.
Le quartier commerçant, en plein coeur de Paris, a été bouclé et d’importantes forces de police ont été déployées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.
Le président américain Donald Trump a rapidement réagi à l’annonce de l’attentat de Paris. « C’est une chose vraiment, vraiment terrible qui se passe dans le monde aujourd’hui », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni à la Maison Blanche.
Cela « ne s’arrête tout simplement jamais », a ajouté M. Trump. « Nous devons être forts et vigilants, et je répète cela depuis longtemps ».
L’Allemagne se tient « de façon ferme et déterminée aux côtés de la France », a indiqué le ministère allemand des Affaires étrangères.


Publié par
URL  https://nanterrereseau.blogspot.fr/2017/04/fusillade-aux-champs-elysees-un.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=103945

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots