Salut Camarades !

Posté par onsbouge le 13 septembre 2011

 

-

Salut Camarades ! dans - ECLAIRAGE - REFLEXION etoile-rouge*

« Il est bien plus difficile d’être un homme libre que d’être un esclave »

Aimé Césaire

 

révolution_2

 

MAROC Mustapha MEZIANI, étudiant marocain marxiste-léniniste
( En connaître plus, clic sur le titre )

LIBERTÉ AUX PRISONNIERS POLITIQUES AU MAROC

jaouad lakhdar

ASDHOM: Campagne de parrainage des prisonniers politiques au Maroc.wmv

Torture au Maroc: à l’ombre de l’impunité

12037957_754117621367183_5553484163162291235_n LE CRI DES MERES

Le cri des mères et des familles de prisonniers politiques au Maroc devant le Parlement pour exiger la libération
de tous les détenus politiques dans les prisons dans le système existant au Maroc. (Mise à jour du 20 juin 2015)

Belkezize Tachfine
Ajoutée le 7 oct. 2016


PÉTITIONs

MAROC
PEUPLE MAROCAIN: Liberté pour les détenus politiques du complot du 24 Avril 2014 – Fès Maroc

01c7255a49c38355ea460e044f9ec7cc

Maroc: Liberté pour HOUSSAMA HOUSNE
11666267_10153343500156265_5398117808817054695_n

Si Wafaa est enfin libre en ce début juillet 2016
Houssama Housne, lui, est toujours emprisonné !

PALESTINE
« Non au terrorisme d’État d’Israël » :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Palestine – Leanne Mohamad remporte un prix grâce à un récit sur la Nakba, puis est exclue

***

LIENS FACEBOOK / BLOG-

ROC ML RECONSTITUCCIÓN
COMMUNISTA – RC
COMINTERN – SH
PAÌS VALENCIÀ LIBERTÉ AUX PRISONNIERS
POLITIQUES AU MAROC

564983_423559624323780_77391269_n-ROCML 1450176_438565136249593_689624942_n-RECONSTRUCCION COMMUNISTA RC 10447660_1611029959122894_4952451590757864146_n_Comintern SH PAIS VALENCIA 10644549_264721703727239_8939829398976890257_o
YPG International LES AMIS DE LA RÉSISTANCE
PRCF – IC
C. S. R. P. – 59-62
REVOLUTION MAKERS
14938186_1933906766894750_8250335733140940692_n kurde site LES AMIS DE LA RESISTANCE prcf COLLECTIF SOUTIEN RÉSISTANCE PALESTINIEN REVOLUTION MAKERS
VDBNEM79 SAWTE CHAAB JRCF  collectifdesprogressistesmarocains ON S’BOUGE ?!
logo prisonniers politiques maroc 12095108_1061903973822380_4955003032476207818_o

JRCF

Jeunes pour la Renaissance
Communiste en France

collectif des progressistes marocains onsbouge 20 fev 2016 x200

 


Pétition : pour un référendum pour la sortie de l’euro et de l’Union Européenne. #démocratie #paix #progrès #PRCF

.bandeau pétition


la quadrature du net
Contactez vos députés


Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=3
.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION | Commentaires fermés

Flottille vers Gaza en 2010: fin des poursuites turques contre Israël

Posté par onsbouge le 10 décembre 2016

black-313636_640-2


vendredi 9 décembre 2016

Flottille vers Gaza en 2010: fin des poursuites turques contre Israël

 Flottille vers Gaza en 2010: fin des poursuites turques contre Israël dans - ECLAIRAGE - REFLEXION a12

Des avocats déchirent les portraits d’ex-officiers israéliens après que la justice turque a abandonné les poursuites contre ces militaires jugés pour l’assaut meurtrier lancé en 2010 contre une flottille en route vers Gaza, le 9 décembre 2016 à Istanbul. (Afp)

.

La justice turque a abandonné vendredi les poursuites contre des officiers israéliens jugés pour l’assaut meurtrier lancé en 2010 contre une flottille en route vers Gaza, qui a empoisonné les relations entre Ankara et Tel Aviv jusqu’à un récent accord de normalisation.
Suivant l’avis du procureur, un tribunal d’Istanbul a mis fin aux poursuites contre les quatre officiers en poste au moment de faits et jugés in absentia, a annoncé sur Twitter une avocate de la partie civile, Me Gülden Sönmez.
Dix Turcs avaient été tués dans l’assaut contre le navire Mavi Marmara, élément de la flottille humanitaire qui cherchait à briser le blocus de la bande de Gaza.
L’incident avait provoqué une profonde crise diplomatique entre la Turquie et Israël qui, vivement encouragés par les Etats-Unis, ont conclu en juin un accord de normalisation de leurs relations après des mois de tractations secrètes.
A huis clos, le tribunal a également annoncé sa décision de lever les mandats d’arrêt visant l’ancien chef de l’état-major israélien, Gabi Ashkenazi, les ex-chefs de la marine et de l’aviation, Eliezer Marom et Avishai Levi, ainsi que l’ancien patron du renseignement militaire, Amos Yadlin, a précisé Me Sönmez.
D’après l’agence de presse progouvernementale turque Anadolu, la décision du tribunal a été motivée par la conclusion de l’accord de normalisation, dans le cadre duquel Israël a versé fin septembre 20 millions de dollars (près de 18 millions d’euros) d’indemnités à la Turquie au profit des familles des victimes.
En échange, cet accord prévoyait qu’aucun citoyen israélien ni aucun représentant du gouvernement d’Israël ne pouvait être tenu responsable.
Anticipant la décision rendue vendredi, plusieurs proches des victimes avaient manifesté leur colère pendant l’audience, scandant des slogans hostiles au gouvernement israélien, a constaté une journaliste de l’AFP sur place.
« Maudit soit Israël ! », « nous sommes fiers du Mavi Marmara ! », ont-ils lancé dans une ambiance électrique.
« Quelle que soit la décision du tribunal au sujet de ceux qui ont commis ces crimes (…) nous savons qu’ils ont été condamnés par la conscience populaire », a déclaré, avant la décision du tribunal, un avocat de la partie civile, Yasin Samli.
La réconciliation turco-israélienne a été scellée par la nomination réciproque d’ambassadeurs le mois dernier. Eitan Naeh, premier ambassadeur d’Israël en Turquie depuis 2010, a pris ses fonctions lundi à Ankara.
Le gouvernement turc a pour sa part nommé Kemal Okem, conseiller du Premier ministre Binali Yildirim, au poste d’ambassadeur en Israël.
Les avocats de la partie civile ont dénoncé les « interférences politiques » dans le procès. « Prendre une décision sur la base de motivations politiques revient à fouler la loi aux pieds », a déclaré Mehmet Sari, président d’une association d’avocats turcs.
Signe qu’au niveau gouvernemental, la crise liée au Mavi Marmara n’est plus qu’un souvenir, les deux pays discutent d’un ambitieux projet de construction d’un gazoduc pour acheminer le gaz israélien en Turquie, mais aussi jusqu’en Europe.
Les tensions ne sont toutefois pas totalement dissipées: le président turc Recep Tayyip Erdogan semble avoir renoué avec la rhétorique propalestinienne qu’il avait largement modérée pendant les négociations de normalisation.
Lors d’un entretien à la télévision israélienne le mois dernier, le président turc a ainsi affirmé qu’il lui était « impossible d’oublier les centaines, les milliers de personnes qui sont mortes » lors d’une intervention de l’armée israélienne à Gaza en 2014.
Il avait également jugé que « quand il est question de la mort d’autant de gens, il est déplacé de se demander qui était le plus barbare » entre Hitler et Israël.
Ankara a également qualifé d’ »absolument inacceptable » et d’ »insulte à la culture, au passé et à l’histoire de Jérusalem » un projet de loi israélien visant à diminuer le volume des appels à la prière des mosquées.

(09-12-2016 – avec les agences de presse)

.

« Non au terrorisme d’État d’Israël » :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à « Assawra »,
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 – Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 – as-sawra+subscribe@googlegroups.com


Publié par
URL https://assawra.blogspot.fr/2016/12/flottille-vers-gaza-en-2010-fin-des.html

Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=91322

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - ECLAIRAGE - REFLEXION, - INTERNATIONAL, - JUSTICE, - PETITION, - POLITIQUE | Commentaires fermés

Long Live DPR Korea Communism

Posté par onsbouge le 9 décembre 2016

black-313636_640-2


Long Live DPR Korea Communism

MarxLeninKimilsung

Ajoutée le 27 avr. 2013


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=91316

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - INTERNATIONAL, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Les garçons et le soleil de la liberté الصبية و شمس الحرية

Posté par onsbouge le 9 décembre 2016

black-313636_640-2

الصبية و شمس الحرية.mp4

Les garçons et le soleil de la liberté. Mp4

 Jeseka Hadad

Mise en ligne le 2 nov. 2016

تحية للشعب السوري الذي يسطر بدمائه ملحمة جديدة في النضال الوطني ضد الاستبداد

Saluez le peuple syrien, qui souligne son sang une nouvelle épopée dans la lutte nationale contre la tyrannie


Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=91309

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE, - VIDEO | Commentaires fermés

Non à l’UE et oui à la coopération avec les BRICS! l’appel du 23e congrès du Parti Communiste (Suisse)

Posté par onsbouge le 9 décembre 2016

black-313636_640-2

PRCF Initiative Communiste

Non à l’UE et oui à la coopération avec les BRICS! l’appel du 23e congrès du Parti Communiste (Suisse)

 

partito-communista-suisse

 

www.initiative-communiste.fr est heureux de pouvoir rendre compte des travaux du 23 congrès du Parti Communiste (suisse). qui s’est tenus à Lugano les 27 et 28 novembre dernier. Chacun pourra constater la convergence des analyses avec le PRCF, notamment concernant la nature impérialiste, belliciste, de classe de l’. Les camarades suisses sont d’ailleurs signataires, de l’appel lancé par les communistes français et italiens du PRCF et du Fronte Popolare appelant à la sortie de l’UE

Massimiliano Ay confirmé à la direction du Parti Communiste, qui réitère son «Non à l’UE et oui à la coopération avec les ! »

Après deux jours de travaux, le XXIIIe Congrès du Parti Communiste () s’est conclu dimanche 27 Novembre. L’événement a eu lieu au Palais des Congrès à Lugano, en présence d’une centaine de personnes, dont de nombreux invités étrangers: en effet des dirigeants politiques importants étaient présents provenant de pays comme l’Italie, la Croatie, la Turquie, la Corée, le Laos et le Maroc. Les ambassadeurs de la République populaire de Chine en , de la République de Cuba et de la République bolivarienne du Venezuela ont également envoyé des lettres de voeux ainsi que l’ex-ministre italien Oliviero Diliberto.

Le travail a commencé par une commémoration émouvante du Commandant en chef de la Révolution cubaine Fidel Castro Ruz, qui est décédé le même jour du Congrès. Avant d’intonner l’Internationale, il a été décidé de mode extraordinaire de chanter aussi l’hymne national cubain. La Municipalité de Lugano a ensuite apporté les salutations des autorités de la ville au Congrès, en faisant mention du travail du conseiller municipal communiste Demis Fumasoli.

La première session du Congrès a vu Edoardo Cappelletti faire le bilan des trois dernières années d’activité en réaffirmant l’importance d’investir dans l’éducation politique et culturelle des jeunes militants, y compris par le moyen du magazine marxiste #PoliticaNuova, dirigé par Aris Della Fontana et entrant dans sa quatrième année de publication. Le rapport politique de Massimiliano Ay a porté sur la nécessité pour le Parti de réaffirmer la méthode pragmatique et rigoureuse du socialisme scientifique et de renoncer au folklore et à des attitudes « rebellistes » comme une fin en soi. Dans le même temps, il a clairement indiqué que, en plus de la classe ouvrière, il y a des secteurs de petites entreprises écrasées par les multinationales et à qui les communistes doivent être en mesure de parler. Une partie entière du rapport s’est cependant concentrée sur la politique internationale, en condamnant les coups d’Etat au Brésil et en Ukraine, en réaffirmant la solidarité avec la Syrie et en espérant que la Turquie reste unie et qu’elle approche le pacte de Shanghai.

Les délégués ont ensuite examiné une résolution sur des sujets d’actualité dans laquelle ils ont réitéré la ligne anti-européiste du Parti Communiste et sa volonté d’insister sur la coopération économique avec les BRICS et la région eurasienne et sur la revitalisation de l’appareil de production national en mettant l’accent sur la haute valeur ajoutée et la souveraineté économique accrue pour ne pas céder aux diktats de la Banque centrale européenne. Le Congrès a également discuté de la question des flux migratoires et a mis en évidence que les communistes ne sont pas une organisation de bienfaisance et que, dans la gestion du phénomène migratoire, if faut se distancer de l’idéalisme « no border » et adopter à la place une pratique anti-impérialiste.

Après avoir approuvé une résolution introduite par Zeno Casella et Luca Robertini pour engager davantage les communistes dans l’école publique et le droit à l’éducation, une résolution présentée par l’agronome et conseillère municipale de Serravalle, Lea Ferrari, a également été discutée et approuvée pour insérer la souveraineté alimentaire dans la Constitution cantonale.

Le député tessinois Massimiliano Ay,  a été unanimement reconduit comme secrétaire nationale. L’économiste Alessandro Lucchini, conseiller de Giubiasco, continuera à être le secrétaire adjoint du Parti. Ceci est une condition préalable pour poursuivre la consolidation et la croissance du travail du Parti qui continue à se vouloir d’avant-garde.
Le nouveau Comité Central du Parti passe de 15 à 20 cadres, avec une moyenne de moins de 30 ans.

Intervention  » Non à l’UE, oui au BRICS »

Chères camarades, la résolution que nous allons discuter concerne différents points mais je veux en approfondir certains en particuliers. En commençant par l’Union européenne parce que je crois que la gauche doit enfin faire la lumière sur ce sujet. L’ Union européenne est présenté par les pays fondateurs comme une « union des peuples qui partagent les mêmes intérêts ». L’objectif principal serait le développement économique fondé sur la libéralisation des marchés entre les différents pays membres. En fait, dans ce processus il n’est pas du tout question d’unification des peuples, étant donné qu’ils ne sont pas à l’origine de la création de l’UE. Tout a été fait dès l’origine par la bourgeoisie qui défend là ses intérêts de classe pour les faire primer sur les aspirations des classes inférieures. Les Etats membres sont désormais liés par les décisions des technocrates de Bruxelles sans avoir pratiquement aucun pouvoir de décision, et le but de tout cela est de normaliser artificiellement les différentes zones de l’UE. Aussi les gens sont confrontés à des réductions de la protection sociale  dont l’exemple grec démontre à quel point elles sont tragiques. Au sein de l’UE il y a des pays dominants (Allemagne et France), puis les pays subordonnés ( de l’Est) qui sont utilisés comme périphérie productive. Cela crée un problème de type hiérarchique. La politique étrangère de l’UE porte clairement la marque de l’impérialisme qui essaie avec l’UE de créer un marché atlantique puissant avec le soutien des Etats-Unis et dans le même temps d’isoler les BRICS créant une guerre économique contre-productive.

 .
Dans ce conflit impérialiste comprend également l’accord pour l’échange de services (TISA). Ces deux traités voulus également par Bruxelles et Washington aurait des conséquences néfastes tels que la dépendance du marché atlantique et la privatisation des services publics, des services qui sont déjà ciblés par la bourgeoisie.

 .
Le Brexit avant et après l’élection du Trump a fait douter de l’application de ces traités, mais il ne faut pas se leurrer, car l’impérialisme ne va pas abandonner si facilement ses plans. La Suisse dans ce monde multipolaire qui se forme doit se libérer du marché transatlantique et de l’UE et, trouver des accords commerciaux principalement avec les BRICS.

 .
Lors que je parle avec mes amis de la libre circulation et dumping salarial, nous tombons d’accord qu’il y a eu un conflit entre les travailleurs (Tessin et de la frontière). Avec les salaires les plus bas qui sont gagnés par la frontière des employeurs du Tessin ont trouvé une occasion idéale d’avoir de la main-d’œuvre pas cher. De la discussion, nous avons conclu qu’il faudrait un salaire minimum au niveau national. Et ‘s’agissant de l’UE beaucoup disent que les peuples des pays membre n’ont plus de démocratie.

 .
Maintenant, je voudrais réitérer la ligne du parti que j’espère que ce Congrès confirmera: dans un contexte de grands changements géopolitiques, pour nous, il est important d’avoir des relations avec le pays dans lequel les gouvernements sont de type communiste ou dans laquelle les communistes ont des rôles la responsabilité et d’assurer de bonnes relations avec les parties ML (marxiste-léniniste) afin d’avoir un échange d’idées et une bonne coopération.

 .
En conclusion, de mon point de vue, le Parti doit continuer à soutenir l’école publique, qui est de plus en plus affectées par les coupes dans les budgets cantonau. En plus d’être présent dans le milieu de l’enseignement, nous devrions toujours être bien conscient par le syndicat étudiant (SISA). En ce qui concerne le secteur des services, nous estimons que le Parti aura toujours beaucoup à faire contre les démantèlement qui aura lieu au cours des dernières années, comme la fermeture des bureaux de poste, les bureaux de conseil, etc … afin que chacun puisse profiter ces services sans aucun problème

 .

 

Traduction (sommaire) depuis l’italien, Initiative Communiste

partito-communista-suisse-congres

Les textes des résolutions adoptées par les camarades suisses


Posted by: – - // 4-EUROPE: en sortir, s’en sortir !, articles // BCE, BRICS, Europe, parti communiste suisse, suisse, Union Européenne // décembre 9, 2016

Publié par PRCF Initiative Communiste
URL http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/non-a-lue-oui-a-cooperation-brics-lappel-23e-congres-parti-communiste-suisse/
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=91300

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DATE A RETENIR, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - EUROPE, - INTERNATIONAL, - LUTTES, - POLITIQUE | Commentaires fermés

LA DICTATURE MEDIATIQUE À L’ÈRE DE LA POST-VÉRITÉ Fidel Castro et la répression contre les intellectuels par Ignacio Ramonet

Posté par onsbouge le 9 décembre 2016

black-313636_640-2

FRONT SYNDICAL DE CLASSE

LA DICTATURE MEDIATIQUE À L’ÈRE DE LA POST-VÉRITÉ Fidel Castro et la répression contre les intellectuels par Ignacio Ramonet

Publié le 9 décembre 2016 par FSC

 

A l’heure où l’immense majorité des médias appartiennent à un poignée de milliardaires et où le secteur public ne joue plus son rôle, la lutte pour une véritable information honnête est devenue essentielle.

La dictature médiatique s’exerce notamment à propos des questions internationales comme on peut le constater en ce moment à propos de ce qui se passe en Syrie.

Elle s’est manifesté lourdement lors du décès de Fidel Castro.

On a pu la constater lors de la lutte contre la loi El Khomri où ce qui était mis en avant, diffusé à longueur d’antenne c’était les désordres et l’action des casseurs en vue d’isoler le mouvement et de retourner l’opinion publique.

Qu’il s’agisse de la lutte pour la paix ou des luttes sociales pour les organisations syndicales la bataille de l’information est bel et bien devenue primordiale en démasquant les hypocrites et les manipulateurs, car c’est effectivement au nom de la liberté de l’information que les chiens de garde de l’ordre établi bâillonnent l’expression de ceux qui contestent leur ordre!

______________

LA DICTATURE MEDIATIQUE À L’ÈRE DE LA POST-VÉRITÉ Fidel Castro et la répression contre les intellectuels par Ignacio Ramonet dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - RACISME - FASCISME ob_a0e795_ramonet

La mort de Fidel Castro a donné lieu – dans certains grands médias occidentaux – à la diffusion de quantités d’infamies contre le commandant cubain. Cela m’a blessé. Chacun sait que je le connaissais bien. Et j’ai donc décidé d’apporter mon témoignage personnel. Un intellectuel cohérent doit dénoncer les injustices. En commençant par celles de son propre pays.

Lorsque l’uniformité médiatique écrase toute diversité, censurer toute expression divergente et sanctionner les auteurs dissidents, est naturel, en effet, on peut parler de « répression ». Comment qualifier autrement un système qui étouffe la liberté d’expression et réprime les voix différentes ? Un système qui n’accepte pas la contradiction en arguant qu’il l’admet. Un système qui établit une « vérité officielle » et ne tolère pas la transgression. Un tel système a un nom, ça s’appelle « tyrannie » ou « dictature ». Pas de discussion. Comme beaucoup d’autres, j’ai vécu dans ma chair les fléaux de ce système… en Espagne et en France. C’est ce que je vais vous raconter.

La répression contre moi a commencé en 2006, lorsque j’ai publié en Espagne mon livre « Fidel Castro. Biographie à deux voix » ou « Cent heures avec Fidel »- (Edition Debate, Barcelone), fruit de cinq années de documentation et de travail, et des centaines d’heures de conversations avec le leader de la révolution cubaine. Immédiatement, je fus attaqué. Et la répression a commencé. Par exemple, le journal « El Pais » (Madrid), qui m’ouvrait régulièrement ses pages d’opinion, m’a sanctionné. Il cessa de me publier. Sans donner la moindre explication. Et non seulement cela, mais dans la meilleure tradition stalinienne, mon nom a disparu de ses pages. Supprimé. Plus aucun compte-rendu de mes livres, plus aucune mention de mon activité intellectuelle. Rien. Supprimé. Censuré. Un historien du futur qui chercherait mon nom dans les colonnes du journal « El País » déduirait que je suis mort il y a une décennie…

La même chose dans « La Voz de Galicia », journal dans lequel j’ai aussi écrit pendant des années, une chronique hebdomadaire intitulée « Res Publica ». En raison de la publication de mon livre sur Fidel Castro, et aussi sans la moindre excuse, j’ai été puni. Ils ont cessé de publier mes chroniques. Du jour au lendemain : la censure totale. Comme dans « El País » mise à l’écart absolue. Traitement de pestiféré. Jamais plus, ensuite, la moindre allusion à une de mes activités.

Comme dans toute dictature idéologique, la meilleure façon d’exécuter un intellectuel est de le faire « disparaître » de l’espace médiatique pour le « tuer » symboliquement. Hitler l’a fait. Staline l’a fait. Franco l’a fait. Le quotidien « El País » et « La Voz de Galicia » me l’ont fait.

En France, ce fut pareil. Quand les éditeurs Galilée et Fayard ont publié mon livre « Fidel Castro. Biographie à deux voix » en 2007, la répression s’est immédiatement abattue sur moi.

 amérique latine dans - DROIT

Sur la radio publique « France Culture », j’animais un programme hebdomadaire le samedi matin, consacré à la politique internationale. Dès la publication de mon livre sur Fidel Castro, les médias dominants commencèrent à m’attaquer violemment, le directeur de la station m’a appelé dans son bureau et sans détours, m’a déclaré : « Il est impossible que vous, ami d’un tyran, puissiez vous exprimer sur nos ondes. » J’ai essayé d’argumenter. Rien à faire. Les portes des studios se sont fermées à jamais pour moi. Ils m’ont aussi bâillonné. Le silence était imposé à une voix discordante dans l’unanimisme anti-cubain.

A l’Université Paris-VII, cela faisait 35 ans que j’enseignais la théorie de la communication audiovisuelle. Quand a commencé la diffusion de mon livre et la campagne médiatique contre moi à se propager, un collègue m’a prévenu: « Attention! Certains fonctionnaires disent qu’on ne peut pas tolérer que « l’ami d’un dictateur » donne des cours dans notre faculté… » Bientôt commencèrent à circuler dans les couloirs des dépliants anonymes contre Fidel Castro qui exigeaient mon expulsion de l’université. Peu après, j’étais officiellement informé que mon contrat ne serait pas renouvelé… Au nom de la liberté d’expression, on m’a refusé le droit à l’expression.

Je dirigeais à l’époque, à Paris, le mensuel « Le Monde Diplomatique », appartenant au même groupe d’édition que le célèbre journal « Le Monde ». Et, pour des raisons historiques, je faisais partie de la « Société des rédacteurs » de ce journal, mais n’écrivais plus dans ses colonnes. Cette société était alors très importante dans l’organigramme de l’entreprise par sa condition d’actionnaire principal, parce qu’en son sein on élisait le directeur du journal et parce qu’elle veillait au respect de l’éthique professionnelle.

En vertu de cette responsabilité précisément, quelques jours après la sortie de ma biographie de Fidel Castro en librairies, et après que plusieurs médias importants (notamment le quotidien « Libération ») ont commencé à m’attaquer, le président de la Société des rédacteurs m’appela pour me transmettre « l’extrême émotion » qui, selon lui, régnait au sein de la Société des rédacteurs depuis la publication du livre. « L’avez-vous lu ? » Demandai-je. « Non », répondit-il, « mais peu importe c’est une question d’éthique, de déontologie. Un journal du groupe « Le Monde » ne peut pas interroger un dictateur. » Je cite de mémoire une liste d’une douzaine d’authentiques autocrates d’Afrique et d’autres continents dont le journal avait obligeamment donné la parole pendant des décennies. « Pas la même chose » dit-il, « précisément je t’appelle pour ça : les membres de la Société des rédacteurs veulent que tu viennes leur donner une explication. » « Vous voulez me faire un procès ? Un «procès de Moscou» ? Une «purge» pour déviationnisme idéologique ? Il va falloir assumer votre rôle d’inquisiteurs et de police politique, et m’emmener de force devant votre tribunal. » Ils n’ont pas osé.

Je ne peux pas me plaindre ; je n’ai pas été emprisonné ni torturé ni exécuté comme cela est arrivé à beaucoup de journalistes et d’intellectuels sous le nazisme, le stalinisme ou le franquisme. Mais j’ai subi des représailles, symboliquement. Comme dans ‘El País’ ou ‘La Voz’, j’ai « disparu » des colonnes du journal « Le Monde ». Lorsque j’étais cité, c’était seulement pour me lyncher.

Mon cas n’est pas unique. Je connais en France, en Espagne, dans d’autres pays européens, de nombreux intellectuels et journalistes condamnés au silence, à « l’invisibilité » et à la marginalité parce qu’ils ne pensent pas comme le chœur féroce des médias dominants, parce qu’ils rejettent « le dogme anti-castriste obligatoire ». Pendant des décennies, Noam Chomsky lui-même, aux États-Unis, pays de la « chasse aux sorcières », a été condamné à l’ostracisme par les grands médias qui lui ont interdit l’accès aux colonnes des journaux les plus influents et aux antennes des principales stations de radio et de télévision.

Cela n’a pas eu lieu il y a cinquante ans dans une dictature poussiéreuse lointaine. Non, ça se passe maintenant dans nos « démocraties médiatiques ». Je continue à en souffrir à l’heure actuelle. Pour avoir simplement fait mon travail de journaliste, et donné la parole à Fidel Castro. En justice, ne donne-t-on pas la parole à l’accusé ? Pourquoi ne pas accepter la version du dirigeant cubain que les grands médias dominants jugent et accusent en permanence ?

La tolérance n’est-elle pas le fondement même de la démocratie ? Voltaire définissait la tolérance de la manière suivante : « Je ne suis pas du tout d’accord avec ce que vous dites, mais je lutterai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » La dictature médiatique, à l’ère de la post-vérité (*), ignore ce principe fondamental.

Ignacio Ramonet

(*) « post-vérité » : « qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles » (dictionnaire Oxford)
La vérité a toujours été falsifiée ou contestée, ce qui est nouveau c’est qu’elle est devenue secondaire, c’est l’ère de la post-vérité.


Publié par FRONT SYNDICAL DE CLASSE
URL http://www.frontsyndical-classe.org/2016/12/la-dictature-mediatique-a-l-ere-de-la-post-verite-fidel-castro-et-la-repression-contre-les-intellectuels-par-ignacio-ramonet.html
Relayé par http://onsbouge.unblog.fr/
Lien court http://onsbouge.unblog.fr/?p=91295

.
.

« Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d’auteurs et d’organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens. ».

Publié dans - DISCRIMINATION - SEGREGATION - RACISME - FASCISME, - DROIT, - ECLAIRAGE - REFLEXION, - FRANCE - DOM-TOM, - HISTOIRE, - INTERNATIONAL, - LIBERTES, - MEDIAS-PRESSE, - POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...4477
 

Bliid |
wowgoldhao |
comprendrelacriseeconomique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | appleshoes
| CGT Association Rénovation
| MesMots